ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Cradle Of Filth : Back in black in pink city


Cela fait plus de trente ans que Cradle Of Filth est présent sur la scène du metal extrême et plus de trente ans que le vocaliste Dani Filth porte fièrement et bien haut la noire couleur du blason de la formation anglaise. Et même si les défections au sein du line up ont été nombreuses au fil du temps (on se souvient des claquages de porte de Paul Allender et de Dave Pybus), Cradle Of Filth est toujours allé de l’avant contre vents et marées. Ainsi, malgré les récents départs du guitariste Richard Shaw et de la claviériste Anabelle Iratni suite à la sortie d’Existence Is Futile, et ce après respectivement huit et deux ans de bons et loyaux services, l’annonce de l’arrivée de Donny Burbage (guitare) et de Zoe Marie Federoff (claviers) a de nouveau apporté du sang neuf au groupe. Qui plus est, la signature en mai dernier de Cradle Of Filth chez Napalm Records a vite remis la machine sur les rails au travers de la tournée Dark Horses And Forces qui a débuté aux États-Unis en compagnie de Danzig et Crobot et qui continue en ce moment même sur le Vieux Continent avec Alcest et Naraka dans un tour marathon de pas moins de vingt et une dates dans onze pays différents !

Artistes :  Cradle Of FilthAlcestNaraka
Dates : 19 et 17 octobre 2022
Salles : Le Bikini – Backstage
Villes : Toulouse [31] – Munich [Allemagne]

À cette occasion, Dani Filth a décidé de mettre les petits plats dans les grands après quelque temps de disette scénique suite à la pandémie. Ainsi, le chanteur a tenu à présenter le très bon Existence Is Futile (sorti en octobre 2021 chez Nuclear Blast) via un décorum scénographique viscéral aux accents gothiques qui rappellent parfois l’univers de l’artiste HR Giger (Alien), histoire d’allier le fond et la forme des shows.

Avec seulement trois dates prévues en France (Paris, Toulouse et Rennes), le public toulousain ne s’est pas fait prier pour aller au Bikini sous la houlette de Regarts Asso, à la rencontre de Dani Filth et de sa bande en ce soir du 19 octobre. Et même si on est en pleine semaine, les fans ont tous répondu présents pour assister au noir sabbat ! Qui plus est, le dernier passage de Cradle Of Filth à Toulouse remonte à treize ans, lorsque le groupe était venu défendre son album Godspeed On The Devil’s Thunder (2008) en compagnie de Moonspell et Turisas. Autant dire que ça fait une sacrée éternité et que le line up autour de Dani Fith a entièrement été remodelé depuis 2009. Comme nous étions au concert de Munich également, cela va nous permettre de comparer les sets d’Alcest et Cradle.

Il est 20h pile quand les Parisiano-Marseillais de Naraka débarquent sur scène avec fracas. Bien qu’il ne soit jamais évident d’ouvrir les hostilités devant un parterre souvent peu concerné par les premières parties, le groupe taille dans le vif du sujet avec l’opener « In Tenebris » qui présente une musique mixant death et thrash modernes avec des touches de black metal ici et là. Malgré un seul album à son actif sorti en mars 2021 chez Blood Blast / Season Of Mist, Naraka possède déjà de solides bases dans la mesure où le groupe est composé de fines gâchettes, avec notamment l’excellent Franky Costanza (Dagoba, Blazing War Machine) derrière les fûts en tant que batteur de session ou l’impressionnant chanteur Théodore Rondeau.

De plus, Naraka a déjà pris la route avec Fleshgod Apocalypse durant son Veleno European Tour en fin dernière… Autant dire que le public toulousain n’a pas affaire à des manchots ! Ainsi, en l’espace d’environ quarante minutes, Naraka dévoile pas mal de morceaux de l’album In Tenebris à l’instar de « Cursed », « Darkbringer », « Mother Of Shadows » ou « The Great Darkness » qui laissent entrevoir l’énorme potentiel du groupe. Et bien que les titres ne soient pas d’une originalité sans borne, le quatuor alterne passages incisifs avec des touches plus aérées où le chant de Théodore prend toute sa puissance, entre growls et chant clair guttural (« The Black »). Bref, même si le parterre du Bikini s’est avéré plutôt sage devant la prestation de Naraka, les Parisiano-Marseillais ont fait belle impression. Voilà un groupe à (re)découvrir au plus vite !

Setlist :

In Tenebris
Cursed
The Black
Darkbringer
Mother Of Shadows
The Great Darkness
Compendium Maleficarum

Quelques minutes après le set nerveux de Naraka, c’est maintenant au tour d’Alcest de fouler les planches de l’antre toulousain. Et dès les premières notes éthérées de « Jardins De Minuit », le quatuor prend le contrepied de l’agressivité sonore du groupe précédent afin de mettre en place une musique introspective savamment ambiancée. Très vite, le black metal atmosphérique façon shoegaze du groupe fait mouche. Ainsi, malgré des morceaux relativement longs construits sur des structures à tiroirs qui façonnent les atmosphères, Alcest fait montre d’une incroyable qualité d’écriture. En effet, chaque titre prend aux tripes à la manière d’une véritable invitation au voyage (« Protection », « Autre Temps »).

Alternant avec finesse émotion pure et parties plus agressives, le groupe s’offre une prestation singulière aux intonations mystiques qui ne laissent pas indifférent (« Oiseaux De Proie »). À ce titre, le tandem Neige / Zero aux chants et guitares fonctionne à merveille et se complète plutôt bien. Malgré un temps de jeu assez court, Alcest va mettre à l’honneur ses derniers albums (Shelter, Kodama et Spiritual Instinct) au travers d’une setlist équilibrée qui fait un tour rapide de l’univers du groupe.

Cette parenthèse enchantée et aérienne entre Naraka et Cradle Of Filth a été accueillie comme il se doit par le public toulousain. Quel superbe concert ! A Munich, le show sera de bonne facture également même si le son ne sera pas à la hauteur du show toulousain. En tout cas, à la vue du grand nombre de T-shirts Alcest présents au Backstage et étant donné la jolie salve d’applaudissements reçus, on peut constater qu’Alcest a réussi à se constituer une belle fanbase à l’étranger. Aux dernières nouvelles, Neige a terminé la composition du successeur de Spiritual Instinct. Vivement qu’on puisse se jeter à corps perdu dans ce futur album…

Setlist :

Jardins De Minuit
Protection
Sapphire
Écailles De Lune – Part 2
Autre Temps
Oiseaux De Proie
Délivrance

22h15. C’est sur l’intro instrumentale « The Fate Of the World On Our Shoulders » que les lumières rouges du Bikini révèlent l’imposante scénographie de Cradle Of Filth. Mais à peine le public a-t-il le temps de s’en rendre compte que Dani Filth et sa bande ouvrent le bal satanique avec le costaud « Existential Terror », tiré du nouvel album. En l’espace de quelques mesures, on se rend vite compte que le groupe est visiblement très en forme ! En effet, en plus de la déferlante sonore qui nous assaille, la voix de Dani est à tomber par terre et particulièrement puissante. Comme à son habitude, l’homme varie son chant hurlé/guttural et n’a pas son pareil pour aller chercher les notes suraiguës qui font la particularité de la musique de Cradle Of Filth (« Desire In Violent Overture », par exemple). Il y a treize ans, le set des anglais était plus poussif : tout comme le bon vin, la formation semble se bonifier avec le temps… De plus, les orchestrations symphoniques aux accents gothiques des compositions de ce soir sont bien ficelées et donnent énormément de relief à l’ensemble. L’équilibre entre la musique et le visuel scénique prend ici tout son sens !

Comme on pouvait légitimement s’y attendre, l’album Existence Is Futile est mis à l’honneur dans la setlist avec pas moins de cinq nouveaux titres qui semblent taillés pour le live (l’intro grandiloquente « The Fate Of The World On Our Shoulders », « Existential Terror », « Necromantic Fantasies », « Crawling King Chaos » ou le dévastateur « Us, Dark, Invincible »). Ceci étant, Dani Filth n’oublie pas de contenter les fans en puisant quelques morceaux de la belle époque comme « Summer Dying Fast », « Nocturnal Supremacy » ou « A Gothic Romance (Red Roses For The Devil’s Whore) » qui sont toujours aussi prenants.

De son côté, le guitariste Marek « Ashok » Šmerda est lui aussi très en jambes et multiplie ici et là les poses pour les photographes et le public. Depuis le départ de Richard Shaw, l’homme est maintenant à la lumière et force est de constater qu’il en joue beaucoup ! Quant aux nouveaux venus, Donny Burbage est très appliqué (quitte à rester très statique) et Zoe Marie Federoff s’en tire plutôt bien derrière les claviers, même si son chant reste parfois légèrement perfectible, notamment sur « Nymphetamine (Fix) »… mais rien de rédhibitoire dans sa prestation, la musicienne prend encore ses marques. Derrière tout ce beau monde, la section rythmique composée du batteur Martin « Marthus » Škaroupka et du bassiste Daniel Firth est en acier trempé et prend la forme d’un véritable rouleau compresseur (« Us, Dark, Invincible », « I Am The Thorn »). On sent que ce Cradle Of Filth mouture 2022 dépasse de la tête et des épaules ses précédentes incarnations : l’audience est conquise…

Après environ une heure trente d’un set remarquablement bien mené de bout en bout, les Anglais achèveront de mettre à genoux le public du Bikini au travers d’une triplette infernale en guise d’épilogue macabre : « Necromantic Fantasies », « Gilded Cunt » et bien sûr le classique « Her Ghost In The Fog » qui réunit tous les suffrages. Quel show ! Quelle puissance !

En fin de compte, malgré plus de trente ans à mener la barque Cradle Of Filth dans l’univers du metal extrême, l’indéboulonnable Dani Filth et sa bande ont gratifié le public d’une prestation racée et de haute volée. Ce soir à Toulouse comme deux jours auparavant à Munich, le hurleur en chef a prouvé à tout le monde qu’il était vocalement très en forme et que son groupe était une véritable machine de guerre ! Avec cette tournée européenne en guise de mise en jambes pour les Anglais, nul doute que la signature de Cradle Of Fith chez Napalm Records amènera des choses intéressantes dans un avenir plus ou moins proche…

Setlist :

The Fate Of The World On Our Shoulders
Existential Terror
Nocturnal Supremacy
Summer Dying Fast
I Am The Thorn
Crawling King Chaos
Nymphetamine (Fix)
A Gothic Romance (Red Roses For The Devil’s Whore)
Scorched Earth Erotica
Us, Dark, Invincible
Desire In Violent Overture
Venus In Fear
Necromantic Fantasies
Gilded Cunt
Her Ghost In The Fog



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3