ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Craft – White Noise And Black Metal


2018 est une année faste pour les amateurs de black metal à la suédoise : commencée en fanfare avec l’explosif Trident Wolf Eclipse de Watain et X – Varg Utan Flock de Shining, elle a continué à bon train avec des sorties de la part de Marduk ou encore de Funeral Mist. Cet été, c’est Craft qui apporte sa pierre à l’édifice avec White Noise And Black Metal, son sixième album, qui fait suite à Void après un silence de près de sept ans. En vingt ans de carrière (vingt-cinq si on compte la précédente incarnation du groupe, Nocta), les Suédois se sont imposés comme des gardiens du temple de la tradition scandinave : agressivité, production rudimentaire et touches anti-cosmiques, le tout pour un résultat quelque part entre les premiers Mayhem et Carpathian Forest. Bilieux, hargneux, Nox et sa troupe vont droit au but et laissent les expérimentations à d’autres – ou du moins laissaient : dès les premiers instants de White Noise And Black Metal, la clarté d’une guitare hypnotique et le souffle puissant de la basse suggèrent que le quatuor ne s’aventure pas exactement là où on pensait le retrouver.

Car c’est bien ce qui frappe d’entrée de jeu : cette fois-ci, la production est profonde, claire, et d’un grand naturalisme (dans les effets de stéréo qu’on peut entendre sur « Undone » par exemple), dotant la musique des Suédois d’une ampleur qu’on ne lui connaissait pas. Faut-il y voir l’influence de leurs récents débuts live (en 2014 !) ? Quoiqu’il en soit, les fans de Craft et de black suédois en général ne se retrouvent pas en terre inconnue pour autant : « The Cosmic Sphere Falls » déploie en une minute un déluge de tremolo picking et de voix croassante qui résonnent avec le fiel dont le groupe a fait sa marque de fabrique. Même si elle n’est pas révolutionnaire, cette production apporte un changement de prisme intéressant dans la carrière de Craft – art ou habileté en anglais – qui n’a jamais mieux porté son nom : ce n’est plus l’énergie quasi punk du combo qui est mise en avant, mais les qualités de ses musiciens et de ses compositions. Des passages accrocheurs voire franchement groovy (le refrain et la rythmique à se briser la nuque de « Again ») succèdent à des éléments dissonants dont la modernité apporte de la fraîcheur à un groupe qui, on le sait depuis le temps, connaît ses classiques (on peut penser à l’ouverture très Celtic Frost de « Tragedy Of Pointless Games », par exemple). Les Suédois se permettent même un titre instrumental, « Crimson », en forme de morceau de bravoure, où riffs et arpèges lancinants s’entremêlent pour tisser une atmosphère oppressante et ténébreuse où on ne remarque même pas l’absence de voix. Quand à la basse, souvent sous-exploitée par les groupes de black, c’est sur « Yvhv’s Shadow » qu’elle s’illustre, où dans les moments les plus intenses, elle prend pratiquement à la gorge. À chaque nouvelle écoute, les morceaux, tous directs et entraînants qu’ils soient, s’étoffent de détails minutieusement arrangés.

Laissant derrière lui le côté monolithique de ses albums précédents, entre la finesse des compositions, le doigté des musiciens, et la négativité agressive de ses titres, Craft semble s’épanouir dans le contraste et les tensions. Expérience ? Maturité ? Après tout, cela nous était annoncé dès le titre de l’album, White Noise And Black Metal, et sa pochette, précise et ambivalente : entre emprunts dissonants et presque abstraits au black contemporain le plus expérimental (on peut penser au Sacred White Noise de Thanthifaxath ou à Aosoth) et true black metal fidèle à ses racines, le groupe propose un album bien plus subtil qu’il n’en a l’air. Efficace mais relativement générique si on ne s’y arrête pas, White Noise And Black Metal est en fait une synthèse maîtrisée des deux postulations opposées du black metal contemporain – le conservatisme nostalgique d’un côté, la recherche des limites de l’audible de l’autre – qui mérite qu’on l’écoute de près.

L’album en écoute intégral :

Album White Noise And Black Metal, sorti le 22 juin 2018 via Season Of Mist. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Cet album est une tuerie. Une des meilleur chose que le Black Metal a produit ces dernières années. Le travail de la guitare est véritablement phénoménal.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3