ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Cristian Machado (Ill Nino) se livre


Cristian Machado est un très bon client des interviews. Lorsqu’on lui pose une question, il prend une longue inspiration, réfléchit, dit tout ce qui lui passe par la tête à la manière d’un brainstorming et fait de son mieux pour exprimer le plus clairement son idée. On est loin des réponses toutes faites, préparées en amont de certains. Et, cerise sur le gâteau, il agrémente volontiers ses réponses d’anecdotes personnelles et n’a pas peur de parler à cœur ouvert.

A Radio Metal, nous aimons ces interviews qui, à l’instar de celle d’Arjen Lucassen, dégénèrent. Ainsi, en plein milieu d’interview, nous avons ouvert une longue parenthèse sur l’enfance de Cristian qui nous en aura fait un récit touchant. Sans attaches, ballotté de pays en pays, ignorant l’identité de son père, le petit Cristian avait découvert avec émerveillement un disque d’Iron Maiden. Il s’en souvient comme si c’était hier et nous raconte tout. Et cette parenthèse qui nous aura permis de débattre sur ce qui nous pousse à écouter du metal, ce qui n’a finalement pas grand-chose à voir avec Ill Nino, s’avère être le passage le plus passionnant de cette interview.

[NDLR : à propos de la vidéo d’Against The Wall] »Les bois représentent cet endroit sale où tu ne peux pas être jugé, cet endroit où l’avis des autres ne compte pas, peu importe ce que tu as fait, ce que tu as vécu. Acceptation et désolation, c’est ce que les bois représentent. « 

Vous avez quitté Roadrunner en 2006. Plus récemment, c’est aussi ce qu’ont fait Daath et Cradle Of Filth pour aller dans des maisons de disque plus modestes. Paul Allender de Cradle Of Filth nous a dit il y a quelques semaines qu’ils préfèrent être un gros poisson dans une petite mare qu’un petit poisson dans une grosse mare. Es-tu d’accord avec cette phrase ?

C’est marrant qu’il ait dit ça. Je crois que je suis à la fois d’accord et pas du tout. Tu ne veux pas être un requin dans un étang, tu pourrais ne pas survivre. Ce n’est pas vrai à 100% mais je peux être un peu d’accord avec ça.

Est-ce un mauvais calcul de signer chez Roadrunner alors qu’on n’est pas encore un « gros poisson » ? Ne peut-on donc pas compter sur Roadrunner pour faire grossir un groupe et, par conséquent, faut-il attendre d’être vraiment très vendeur pour envisager une collaboration avec eux ?

Pour nous, quitter Roadrunner était une manière de nous étendre un peu plus. Mais Roadrunner est un bon label. Ils sont très professionnels. Comme le dit le guitariste de Cradle of Filth, il y a beaucoup de groupes chez eux et ils vendent des millions d’albums chaque année. Ce n’est pas vraiment une compétition musicale mais de business. Tu as en permanence des paliers à atteindre : la barre du million, puis des deux millions, cinq millions d’albums vendus, etc. C’est un label très professionnel qui essaie juste de toucher un très large public. Et d’un point de vue business, ils font les bons choix.

Je crois que ce qu’il voulait dire, c’est que Roadrunner s’occupe très bien de ses gros groupes, Slipknot, Dream Theater, etc. mais qu’ils se fichent des autres groupes. C’est pourquoi Cradle Of Filth l’a quitté et est passé chez Peaceville Records pour avoir plus d’attention, plus de promotion pour leurs albums, etc.

Ouais, c’était un peu la même chose quand Chimaira est parti de Roadrunner. Ils ne se sentaient pas assez pris en charge par le label et c’était un sentiment assez similaire pour nous. La seule différence est que Chimaira est parti pour raisons personnelles. Je crois qu’ils voulaient être sur un label vraiment indépendant. Quand nous avons quitté Roadrunner, nous venions de jouer pour le Roadrunner United Record et toute leur attention était fixée là-dessus. Notre album est sorti quelques semaines après et nous n’avons pas vraiment eu le soutien espéré. Donc je vois ce qu’il veut dire oui…

Parlons un peu de votre nouvel album. Est-ce que son titre, Dead New World,  représente un certain rejet de la modernité de votre part ?

Non ! C’est plutôt un rejet de ce que nous avons vécu ces cinquante dernières années, selon moi. Ça représente la mort de cette vieille façon de penser et la naissance d’une nouvelle façon de penser à travers laquelle on peut progresser et sortir notre esprit de notre cul ! Dead New World est une représentation du monde d’aujourd’hui, de la façon dont nous vivons depuis peu. On a l’impression que les humains sont devenus fous. Si tu regardes de l’extérieur les choses que nous faisons, les manières que nous avons de traiter les gens dans d’autres pays, les manières par lesquelles nous nous laissons diviser….

Le thème de la mort revient souvent dans le nouvel album Dead New World que ce soit dans le titre ou dans plusieurs morceaux : « God Is Only For the Dead », « Killing You, Killing Me ». Pourquoi cette prééminence ?

Eh bien, parce que je crois que les gens peuvent voir la mort comme quelque chose de très négatif. Tu vas me dire que je suis un psychopathe obsédé par la mort. Pas que je veuille aller la chercher, bien sûr, mais la mort peut-être grande dans certains de ses aspects. Par exemple, quand une forêt est brûlée, cette mort débouche sur la naissance de choses nouvelles. Lutter, se débarrasser du passé, être capable d’avancer… Le concept de l’album, c’est cette lutte pour avancer. Quand un homme part en voyage très loin, il doit accepter de laisser sa famille et tout ce qu’il connaît derrière lui pour s’adapter au nouveau monde. Un homme doit assumer ses pensées et accepter le fait qu’il pourra être perçu comme anormal dans la société.

« God Is Only For The Dead », c’est un nom de chanson intéressant. Est-ce que tu trouves qu’il est inutile de se poser la question de savoir si Dieu existe et qu’il faut profiter de la vie ?

Oui, c’est ce que le titre veut dire, oui. C’est clairement une de mes préférées sur l’album et elle sous-entend vraiment ce que tu viens de dire. Au lieu de passer nos vies à nous demander comment nous serons jugés, peut-être devrions nous les vivre pleinement. Peu importe que l’on soit jugé ! Certains pensent qu’ils le seront, d’autres non. C’est très personnel. Mais mon questionnement est : ne devrions-nous pas nous soucier de Dieu uniquement à l’approche de la mort ? C’est une idée difficile à faire avaler.

Quelle est la signification de cette pochette où l’on voit ces trois visages aux yeux masqués et au nez bouché ?

Ils représentent les visages du changement. Ils sont le passé, le présent et l’avenir.

C’est donc le même visage de gauche à droite.

Absolument.

Ça va te paraître très débile, mais on dirait que des dreadlocks leur sortent du nez !

(Rires) Ça pourrait être ça oui… Je ne sais pas trop quels rituels se pratiquaient avant, mais je suis sûr qu’il y a des gens dans le monde qui ont des dreadlocks dans le nez !

Quel est le lien entre la vidéo pour le titre “Against the Wall”, qui se passe dans les bois, et les paroles de la chanson ?

Eh bien…. (il s’interrompt) Mais en fait comment sais-tu que la vidéo se passe dans les bois ?

Il y a un extrait sur Myspace.

Ça va alors. Je croyais que le clip était sorti et qu’on ne m’avait rien dit. Eh bien, c’est autour de l’amour entre deux personnes, tu vois ? Les bois représentent cet endroit sale où tu ne peux pas être jugé, cet endroit où l’avis des autres ne compte pas, peu importe ce que tu as fait, ce que tu as vécu. Acceptation et désolation, c’est ce que les bois représentent. Dans la vidéo, on voit ce couple qui mène une vie très vaniteuse, égocentrique. Puis ces deux personnages se rendent dans les bois pour se débarrasser de leur vanité.

[NDLR : à propos d’Iron Maiden] »Je me suis senti vraiment bien juste en lisant les paroles et je suis devenu fan avant même d’avoir entendu la musique ! J’avais un album d’eux mais pas de lecteur donc j’ai lu les paroles pendant deux ou trois jours. […] Iron Maiden parle beaucoup des mythes et de l’histoire dans leurs textes. Et au final tu te dis : « mec, il y a des choses que tu étudies à l’école qui sont cool, parce qu’Iron Maiden en parle dans ses chansons. » »

Étant donné que tu viens d’une culture latine, comment es-tu venu au rock et au metal ?

Je suis né au Brésil mais j’ai grandi au Venezuela. Et même quand je vivais là-bas, j’entendais déjà quelques groupes à la radio. Pas des vrais groupes de metal ; j’étais encore un gamin et je ne connaissais rien au metal. Mais j’ai écouté des groupes comme Van Halen et Kiss et ça a eu un impact important dans ma vie. Il y avait des albums de Kiss et de Van Halen dans les supermarchés – parce qu’il n’y avait pas de magasins de musique – et, de temps en temps, ils passaient à la radio. Je suis venu au hard rock très jeune. Mon père jouait dans un groupe de rock et ma mère me passait leurs disques… Plus tard, j’ai appris que mon beau-père n’était pas mon père et que mon vrai père vivait toujours au Brésil. J’étais déjà dans le hard rock quand je suis venu aux États-Unis. Un membre de ma famille en Europe est venu nous rencontrer et il m’a parlé d’Iron Maiden. C’était un grand fan d’Iron Maiden et moi je ne les connaissais pas. Je me souviens de ma première impression en lisant les paroles : je me suis senti vraiment bien juste en lisant les paroles et je suis devenu fan avant même d’avoir entendu la musique ! J’avais un album d’eux mais pas de lecteur donc j’ai lu les paroles pendant deux ou trois jours. Je crois que c’était l’album Killers. J’ai fini par mettre la main sur un lecteur, je suis allé au magasin et j’ai acheté mes premiers albums : Killers et un album des Scorpions .

C’est intéressant ce que tu dis à propos d’Iron Maiden. On entend beaucoup de témoignages de gens qui sont devenus fans d’Iron Maiden rien que grâce à l’imagerie, aux pochettes par exemple.

Oui. Je pense que quand tu es jeune, tu absorbes beaucoup de choses différentes car tu te cherches. Et moi aussi je me cherchais à cette époque-là. Je devais avoir environ douze ans. Tout ce qui tournait autour du groupe m’intriguait. Les paroles, le visuel… Iron Maiden parle beaucoup des mythes et de l’histoire dans leurs textes. Et au final tu te dis : “mec, il y a des choses que tu étudies à l’école qui sont cool, parce qu’Iron Maiden en parle dans ses chansons.” Par exemple : quand tu es gamin, tu étudies la Seconde Guerre Mondiale, l’aviation américaine contre l’aviation japonaise, etc., et après tu écoutes une chanson comme “Aces High” ou « Rime Of The Ancient Mariner » et tu te dis “waaow !”.

Certains fans de metal, avant qu’ils le deviennent, sont généralement des jeunes qui manquent de confiance en eux. Et ce serait pour se sentir exister qu’ils auraient besoin de cette contre-culture. C’était ton cas ?

Je dirais juste qu’un fan de metal est toujours en rébellion contre la société. Écouter du metal ou faire du metal ta musique, ce n’était pas accepté quand j’étais gamin. C’était il y a bien dix ou quinze ans. Je crois que maintenant c’est un peu différent, si tu peux trouver des T-Shirts de Motörhead à Wallmart, c’est que c’est relativement accepté. A l’époque, tu n’aurais jamais vu ça, tu n’aurais jamais vu de T-Shirt Iron Maiden dans un supermarché. A l’époque, j’étais vraiment en quête d’identité. Je ne savais pas qui était mon père, je ne l’ai su que plus tard. J’étais trimbalé de pays en pays ; je n’avais que ma mère et ma sœur. Vivre dans trois pays, ne pas vraiment savoir qui était ma famille, tout ça rend vulnérable. Je me sentais différent des autres. Je me sentais séparé du reste du monde. J’avais besoin de me trouver et le metal m’a aidé à faire ça. De nos jours, je ne sais pas trop comment ça se passe. Beaucoup de jeunes viennent au metal parce que c’est vu comme cool. Mais quand moi je suis entré dedans, ce n’était pas cool.

Récemment, Matt Kleiber a réalisé pour nous une chronique dans laquelle il avançait que la plupart des fans de metal sont de jeunes losers qui n’arrivent pas à plaire aux filles et qui ont besoin du metal pour se distinguer, être originaux. Qu’en penses-tu ?

(Rires) Oui, ça pourrait être vrai. Est-ce que moi-même, j’étais ce gamin ? Oui. J’étais un isolé, je n’aimais pas parler aux gens. Je dois aussi dire que quand j’ai trouvé le metal, j’étais le seul hispanique dans une école pleine de gens qui parlaient une autre langue. Comme je l’ai dit : je me sentais vraiment isolé. Le metal m’a fait considérer cette situation de manière positive. Mais je peux comprendre que la désolation amène à la musique extrême parce que celle-ci te conforte dans ta situation. Je crois que c’est bien que ce soit mieux accepté de nos jours et j’espère que tous les fans de metal ne sont pas des pauvres mecs solitaires qui n’arrivent pas à plaire aux filles.

« A l’époque, j’étais vraiment en quête d’identité. Je ne savais pas qui était mon père, je ne l’ai su que plus tard. J’étais trimbalé de pays en pays ; je n’avais que ma mère et ma sœur. Vivre dans trois pays, ne pas vraiment savoir qui était ma famille, tout ça rend vulnérable. Je me sentais différent des autres. Je me sentais séparé du reste du monde. J’avais besoin de me trouver et le metal m’a aidé à faire ça. « 

Est-il envisageable de vous voir un jour sortir un album ou du moins participer à un projet musical « latino », uniquement acoustique ?

Oui, je ne vois pas pourquoi cela ne le serait pas. Quand nous faisions l’album, on en a parlé. Le fait qu’on soit en auto-production nous laisse le champ libre. J’ai dit à Ahrue : “mec, on a produit cet album nous-mêmes, il se vend bien, ça nous ouvre des portes pour enregistrer quand on veut. Tant qu’on a un budget suffisant, on peut venir au studio et enregistrer”. C’est quelque chose qui nous donne plus de potentiel qu’avant.

Penses-tu que la musique d’Ill Nino soit appréciée par des auditeurs de musique latine, en dehors du metal ?

Je crois que ça dépend de la chanson. Il y a des chansons assez latines avec beaucoup de guitares acoustiques qui sont appréciées par les Latinos. Hier soir, une amie du groupe avec qui nous partageons notre local est passée et tout ce qu’elle voulait entendre, c’était les chansons acoustiques. Il y a aussi les Latinos fans de métal qui veulent les chansons plus heavy ! Dans la culture latino, il est intéressant de voir à quel point la musique “mainstream” est extrêmement séparée des côtés plus obscurs de la musique. Il y a des Latinos fans de métal qui n’écoutent que Suffocation, Obituary et Ill Nino. On a des fans plus « mainstream » qui aiment nos chansons acoustiques. Cet album est très agressif et on n’a pas pu trouver de place pour une chanson acoustique. Les fans vont devoir attendre !

Avez-vous eu des retours de métalleux que votre musique aurait poussé à écouter de la musique latine ?

Il y en a peut-être quelques-uns qui ont appris un peu d’espagnol en nous écoutant. Mais de là à se mettre à la musique latine, j’en doute sérieusement. Peut-être que quelques personnes se sont mises à écouter autre chose mais je ne pense pas que nous orientons le métalleux américain vers la musique latine. Ça n’a jamais été notre objectif. En tout cas, nous ne l’avons jamais voulu. Nous souhaitons juste avoir notre personnalité musicale. Beaucoup de groupes, aujourd’hui, copient les autres. Il était important pour nous d’avoir une individualité, de l’originalité. C’est une chose que tu peux offrir au monde en tant que musicien. Soit tu entres dans le monde musical en copiant les autres et en ne proposant rien de neuf, soit tu rentres vraiment dans la musique en te demandant qui tu es et d’où tu viens. Bien sûr, tu aimes la musique et tu veux jouer cette musique. Mais comment mets-tu ton esprit, tes sentiments et tes expériences dans ta musique ? Je pense que beaucoup de groupes ne comprennent pas ça et ne font que copier. Même si nous avons été influencés par de grands groupes, nous avons toujours mis, ou au moins essayé de mettre, notre personnalité dans notre musique et c’est peut être pour cette raison que nous sommes encore là dix ans plus tard. Si nous avions fait de la même manière que beaucoup d’autres groupes ont fait dans notre genre, on ne sortirait peut-être plus d’albums aujourd’hui.

Et y a-t-il des latinos qui se sont mis à écouter du metal après avoir découvert Ill Nino ?

Ça, oui ! Et beaucoup, même ! On voulait que la culture latine se sente à l’aise avec le metal. Il y a des métalleux latinos qui sont fans de metal grâce à Ill Nino.

Alors qui sont les plus fermés d’esprits ? Les métalleux ou les latinos ?

Si tu es un latino fan de death metal, tu es aussi fermé d’esprit que… Je ne sais pas quoi. Mais ce n’est pas ta culture d’origine qui joue sur ton ouverture d’esprit.

Il semble que Soulfly a eu un rôle important dans votre carrière. Les touches tribales que l’on peut entendre sur vos albums sont un clin d’œil à ce groupe. Considères-tu qu’Ill Nino n’existerait pas sans Soufly ?

Je dirais qu’Ill Nino n’existerait pas sous cette forme. On existait déjà quand Soulfly a sorti son premier album. Ce n’est pas tant Soufly que Max. A 100%. Il m’a beaucoup influencé comme chanteur au cours de ma carrière.

« Comment peut-on faire de l’énergie nucléaire ? Et les déchets qui sont toujours radioactifs, pourquoi les met-on dans des bombes ? Tu utilises de l’uranium, du matériel radioactif et tu oses dire à ton soldat de dix-neuf ans que cela n’a rien de mauvais ? On est bien devenu fou. « 

J’ai lu dans une interview que vous aviez fait votre tout premier concert devant sept cents personnes. C’est vrai ?

Oui, oui.

C’est gros quand même pour un premier concert !

C’est vrai, c’est assez gros. On a eu un bon buzz, et on a eu de la chance que Dave ait joué dans des groupes professionnels avant. On avait fait une démo avant notre premier concert et il y avait aussi une radio au lycée qui passait nos chansons et tout. On peut dire que nous avons eu de la chance mais on pourrait aussi dire que nous avons été bénits. Ou au bon endroit, au bon moment. Les gens ont aimé la musique et nous avons eu un premier concert fabuleux pour un groupe !

Dans la biographie du groupe, tu es décrit comme étant un latino angoissé et une âme en colère. Tu as l’air en colère contre pas mal de choses !

Eh bien, il n’y a pas grand chose dont on peut être content ! Nous disons beaucoup de choses positives dans nos textes, il faut juste les chercher.

Est-ce que c’est cette colère qui vous inspire musicalement ?

Non. Je n’appellerais pas ça de la colère, d’ailleurs. On pourrait l’appeler de la déconnexion ou du rejet de ce que nous pouvons voir dans notre vie de tous les jours. J’ai beaucoup voyagé avec Ill Nino et j’ai vu beaucoup de choses qui me font me demander si, en tant qu’espèce humaine, nous ne sommes pas devenus fous. Que fait-on et comment peut-on le faire ? Comment peut-on faire de l’énergie nucléaire ? Et les déchets qui sont toujours radioactifs, pourquoi les met-on dans des bombes ? Tu utilises de l’uranium, du matériel radioactif et tu oses dire à ton soldat de dix-neuf ans que cela n’a rien de mauvais ? On est bien devenu fou. Le sens de nos paroles est de toujours essayer de garder quelque chose de positif et une vision positive du futur. Tous nos albums ont ça quelque part, en sous-entendu. Mais je crois que le dernier album est plus raffiné et plus perfectionné.

Dernière question : le nom Ill Nino fait référence à un ouragan donc au danger, mais signifie également « enfant malade ». Est-ce que vous vous voyez comme une bande de gamins dangereusement fous ?

Probablement. Je crois que tu as raison. On est probablement des gamins dangereusement fous ! A la base le nom du groupe faisait référence à l’enfant malade, à nous, nous en tant qu’espèce humaine malade. Nous avons cette maladie. Je ne sais pas comment elle s’appelle, moi je l’appellerai la folie. J’essaie de ne pas être aussi fou que je le suis vraiment.

Eh bien, merci beaucoup pour l’interview.

Tes questions étaient vraiment bien ! On vient dans quelques mois en Europe, on se verra en France ! Merci mon pote !

Interview réalisée en novembre 2010 par phoner.

Myspace Ill Nino : myspace.com/illnino



Laisser un commentaire

  • Une jolie interview avec des questions comme des réponses très pertinentes et personnelles, ça change, bravo =)

    [Reply]

  • L’interview est vraiment bon, les questions sont vraiment pertinentes comme il le dit. Grâce a cela j’ai découvert la pensée de Cristian, dont j’approuve pas mal de choses. Le groupe est vraiment bon, ils méritent leur place sur la scène metal car je trouve, comme il le dit lui même, ils se démarquent des autres de part leur originalité très distincte.
    Un exellent interview pour un exellent groupe 🙂
    Vivement le prochain album !

    [Reply]

    Gwen

    Totalement d’accord. C’est vrai que j’ai l’impression qu’en france Ill Niño n’est pas très apprécié et c’est fort dommage. En tout cas ils méritent leur place dans la scène métal, comme tu le dit si bien^^

    TaGGaZoK

    Oui, ils n’ont rien à envier aux autres groupes connus. Mais à l’inverse, j’ai plusieurs amis metalleux qui connaissent bien le groupe et qui l’apprécient (c’est d’ailleurs grâce à eux que je les connais maintenant). Bon je sais pas si c’est partout comme ça en France, mais je sais que dans mon bahut, ceux qui écoutent du metal connaissent de près ou de loin Ill Nino. Ils se font une place maintenant 🙂

    Gwen

    J’aimerai avoir ta chance parce que personne ne connait Ill Niño autour de moi. C’est moi qui en parle tout le temps et qui a fait connaitre a mes amies mais il n’y en a qu’une qui accroche. Et en ce qui concerne les albums oui je suis d’accord ils sont tous bons mais j’ai une préférence pour One Nation Underground. Pour Enigma tu peux le trouver chez EMP et y’a même encore l’édition digipack avec The Undercover Sessions en « bonus ». Moi j’ai été déçu la 1ère fois que je l’ai écouté maintenant sa va, mais c’est vrai que je voit quand même cette album à part dans leur discographie. Tu sais les critiques de leurs albums en général les valorisent pas, toutes les chroniques que j’ai pu lire dans les magazines style Rock Hard ou Metallian disent que c’est nul ou au mieux que c’est passable. La pire que j’ai pu lire c’est celle de Metallian sur DNW où il est dit que cristian a une voix de minet! Après c’est vrai que sur le net on trouve des choses bien plus positives et heureusement, ils le méritent.

    TaGGaZoK

    Bah heureusement que des personnes comme toi sont là pour faire découvrir ce groupe à d’autres personnes 🙂
    Et je suis entièrement d’accord sur le fait que internet n’est pas une source fiable en terme de critiques. Cependant, j’avais lu une critique d’un forum (je me souviens plus du tout du nom…) qui « comparaient » un peu leurs différents albums. Il expliquait comme quoi, Revolution/Revolucion était plus bourrin par rapport à ces 2 confrères que sont One Nation Underground et Confession qui eux étaient plus axés sur du new-metal, le tout dans un bon rendu qui a plu a beaucoup de monde. S’en est suivit l’album Enigma et il expliquait tout simplement que par rapport à tous leurs albums, c’était le moins bien réussi (peut-être à cause du changement de leur maison de disque à ce moment).
    Mais bon je vais voir pour me le procurer histoire me voir si c’est vraiment un album raté…
    Et je confirme le fait que Christian n’a pas du tout une voix de minet, bien au contraire, sa voix est sublime je trouve…dans une tonalité qui t’attires, qui te transportes.

    Gwen

    Tu as trouvé les mots justes pour décrir la voix de Cristian, tout du moins c’est ce que je ressent.^^
    Malgré ce qui a pu être dit Enigma n’est pas un album raté ou mauvais, ils ont juste voulu faire quelque chose de moins bourrin.Par conséquent, c’est différent et ça demande un temps d’adaptation mais je te conseille de poser une oreille dessus quand même.:)
    Pour connaitre des metalleux qui connaissent Ill Niño tu doit habiter dans une grande ville non?
    De mon point de vue c’est plutôt ONU qui est le plus bourrin (même si les autres le sont aussi). Un titre comme « This Is War » est juste excellent ce morceau envoi du bois comme on dit, après c’est vrai qu’un morceau comme « Rip Out Your Eyes » de Revolucion/revolution est tout aussi bourrin.

    TaGGaZoK

    Et bien figures-toi que j’habite dans une petite ville (- de 5000 habitants), mais je sais pas si cela joue quelque chose sur la répartition des metalleux, je précise juste que je suis dans un lycée agricole 🙂
    Pour moi ONU et Confession sont les meilleurs albums d’Ill Nino, vu qu’ils sont plus axés metal, j’adhère facilement…Cependant Revolution/Revolucion, comme tu l’as dit, a beaucoup de chansons qui envoie du lourd…j’aime énormément ce style de sons comme Rumba ou No Murder.
    Et je vais suivre ton conseil en essayant de me procurer Enigma, juste histoire de ne pas suivre la critique et d’en juger moi-même, peut-être que j’aimerais.
    Pis je te propose mon adresse msn : adriworms@hotmail.fr, si jamais t’as envie de parler de groupes de metal, je suis ouvert 🙂

  • Y’a un passage que je ne comprends pas. Au début de l’ITW, il parle de rejeter le monde tel qu’il était ces 50 dernières années, en disant que le monde actuel permet de « se sortir l’esprit du cul ». Puis il ajoute qu’actuellement tout le monde est dingue, que c’est la merde, qu’il y a plein de trucs qui nous divisent etc. Analyse à laquelle je souscris évidemment, mais y’a pas un problème avec ce qu’il disait au départ ? Ça me paraît incohérent.

    [Reply]

    Je ne pense pas qu’au départ de l’interview il oppose un ancien monde à un nouveau monde, meilleur. Il oppose plutôt la folie de l’être humain depuis 50 ans à un espoir d’adopter une nouvelle pensée et « se sortir l’esprit du cul » (ce n’est pas le monde actuel qui génère cette pensée). J’y vois plutôt un appel qu’un constat. Mais c’est vrai que ce n’était pas forcément très clair dans la réponse.

  • Ill Niño est mon groupe préfèré et franchement Metal’o Phil cette interview est juste excellente! Et juste pour info je suis pas une latino mais c’est quand même ce groupe qui m’a fait rentrer dans le magnifique monde du metal.^^
    Merci encore pour cette interview et de passer leur musique de temps en temps aussi (en même temps si vous pouviez en passer plus souvent se serai pas mal).

    [Reply]

    Merci pour ce beau retour ! Ca fait plaisir de voir que nos efforts pour tirer les vers du nez et vraiment faire découvrir un personnage lors d’une interview sont appréciés !;)

    Gwen

    Je me permet une question: vous n’avez que Dead New World non? Parce que One Nation Underground est puissant, juste une tuerie et je vous le conseille^^

    TaGGaZoK

    De même pour Revolution/Revolucion et Confession, ils ont enchaînés des albums sompteux avec une touche latino parfaite 🙂
    Mais je pense que vous devez déjà les avoir en stock, pour moi ce sont des références. Un seul point négatif : leur album Enigma…qui d’après la critique que j’ai pu lire est désastreux, et je n’arrive pas à me faire la mienne de critique car je ne trouve même pas l’album…
    Sur ce, continuez comme ça, je viens de découvrir la radio et j’adhère beaucoup !

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3