ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Crowbar – Symmetry In Black


Crowbar a fait son ménage de printemps et a remis de l’ordre dans ses rangs pour se recentrer : le bassiste Patrick Bruders a décidé de partir se concentrer sur Down, laissant sa place à Jeff Golden, tandis que, plus important, le leader Kirk Windstein a, lui, au contraire, préféré quitter Down, qu’il a pourtant fondé et qui doit certainement mieux rémunérer, pour se donner entier à son bébé. Las de le voir balbutier au fil des ans, il est temps pour Windstein de donner un grand coup de collier avec Crowbar, profitant du nouveau souffle qui a accompagné l’album de 2011, Sever The Wicked Hand. Mais, avec des musiciens désormais investi à 100% dans le groupe, quelle différence, concrètement, cela fait-il vraiment ? Réponse avec Symmetry In Black.

« Walk With Knowledge Wisely » déboule sur un rythme de batterie sautillante et si l’espace d’un instant cette entrée en matière étonne, agréablement, elle est bientôt rattrapée par les guitares pachydermiques tant attendues. Crowbar est dans la place, aucun doute possible. C’est lourd – et ce terme est un euphémisme – à remuer les intestins. On imagine les vibrations des cordes de guitare dessiner d’amples arcs dans les airs, celles de la basse se jeter violemment contre la touche de l’instrument en projetant son claquement sourd, la batterie est évidemment grasse mais précise, offrant un groove assommant et quelques parties simili-tribales, tandis que Windstein assène lentement ses mots de sa voix rauque et grave. Il devient très vite évident que Crowbar n’a pas cherché à altérer sa formule, au contraire : il la renforce et se la réapproprie sous ses diverses coutures. Au milieu de toute cette masse de saturation, Crowbar nuance la pesanteur en lui injectant une dose d’harmonies et de mélodies empreintes de mélancolie, comme sur la sombre « Reflection Of Deceit » ou le refrain de « The Taste Of Dying », renvoyant, en quelque sorte, à la hauteur émotionnelle du classique « Planets Collide » (album Odd Fellows Rest, 1998). « Amaranthine » propose même une respiration cotonneuse et méditative en plein cœur de d’album, porté par des arpèges éthérés et la voix soufflée de Windstein – effet envoûtant garanti. Crowbar n’en écarte pas pour autant sa face la plus hardcore avec les parties plus rapides et directes d’ « Ageless Decay » et « Symbolic Suicide », voire groove metal avec les couplets ravageurs de « The Taste Of Dying ». Et le tout se termine sur la langoureuse instrumentale « The Piety Of Self-Loaning », pour accompagner paisiblement l’auditeur vers la porte de sortie.

Pas de vraie surprise dans Symmetry In Black qui campe sur ses acquis, mais une collection de chansons assez complète, aménagée autour d’un sludge solidement bâti. Plus encore qu’avec son précédent opus, Crowbar expose vraiment ici le meilleur de son savoir-faire. Peut-être est-ce ça le résultat d’un Kirk Windstein entièrement mobilisé et dévoué ? Toujours est-il que pour son 25e anniversaire et avec ce 10e album, le combo revient fermement décidé à réinvestir son trône.

Ci-dessous le titre « Walk With Knowledge Wisely » :

Album Symmetry In Black, sortie le 26 mai 2014 chez Century Media Records



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3