ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Crowmorph tire ses flèches à toute vitesse


imageC’est une soirée éclectique qui s’est déroulée samedi 30 mai à la Flèche d’Or. Cinq groupes programmés, allant du rock alternatif au death metal, en passant par du thrash à la Metallica à du rock progressif. Une salle plutôt bien remplie, un public réceptif et des groupes manifestement heureux de répondre présent promettaient un beau moment.

Les festivités commencent avec Control C, un combo d’électro pop de Paris bien décidé à montrer ce dont ils sont capables. Musiques d’ambiances aux voix perchées remplies de reverb, un bassiste alternant basse et sons électroniques saturés joués au synthé sans omettre un batteur discret mais concerné : c’est un combo efficace qui aura su séduire la foule en enchaînant ses morceaux avec une énergie positive avant de remercier l’audience d’avoir fait le déplacement et laisser la place à Demon Tool.

Artistes : Crowmorph – Noydem – Charge – Demon Tool – Control C
Date : 30 mai 2015
Salle : Flèche D’Or
Ville : Paris [75]

Rien qu’au changement de set, on sent que le registre va être bien différent du groupe pré-cité. Guitares, cheveux longs et saturation : avec Demon Tool on sait qu’on va bouger la tête. Le chant en français est poétique, énergique et rappelle les inévitables Misanthrope. Le sens de l’humour du frontman participe également à la réussite du show. On note un guitariste survolté, probablement fan de Michael Amott (Arch Ennemy) de par sa dextérité et sa rapidité d’éxecution. Côté basse le sourire est de mise et l’on se dit que Demon Tool a vraiment du Trust revisité. En tout cas son énergie a fait mouche.

On reste dans le metal avec Charge dont le groupe joue sur scène avec une guitare, une batterie et deux basses. Au menu : du thrash bien ancré dans l’esprit de Metallica. On pouvait noter d’ailleurs les tatouages du logo de Metallica et du fameux M symbolique du combo sur le corps du bassiste/chanteur. Un concert plaisant à regarder tout comme celui de Noydem qui propose pour sa part du rock alternatif influencé par Muse, Oasis et les Red Hot Chili Peppers. Des membres actifs qui auront su faire bouger les trentenaires de la salle… mais pas que !

Le dernier groupe se prépare, les lumières s’éteignent : Crowmorph monte sur scène. C’est un quintet dynamique et motivé qui se présente à la foule, le signe des cornes au bout de leurs mains. Les guitares saturées résonnent et la chanteuse, charismatique à souhait, rentre sur scène, calme, avant de ramasser son micro pour lancer le premier morceau. Pas d’intro, pas de montée d’énergie, ça éclate directement. Du bon death comme on l’aime, à coup de riffs hyper rapides et de growl de la part de la chanteuse, qui ne se fatigue pas la voix pour un sou. Des échanges de plans mélodiques à la guitare s’effectuent, harmonisés par la suite. Les morceaux se poursuivent, enchaînant chant saturé et chant clair rappelant parfois les débuts de Eths pour se terminer à la façon d’un bon Cannibal Corpse : c’est rapide, c’est saccadé, tout le monde bouge… et évidemment ça blast !

Entre chaque morceau, la front girl incite sans arrêt le public à se rapprocher, ce dernier s’exécutant sans hésitation pour bouger la tête et lancer des petits, mais efficaces, pogos. Des breaks bien lourds font également leur apparition, donnant l’envie irrésistible de bouger la tête avec un sourire en coin, pour ensuite laisser place à des solos stridents à la Slayer. Les influences du combo sont parfois évidentes mais il est clair que sa patte est apposée sur chaque composition. Sur scène la bonne humeur du groupe est communicative et des sourires éclatants rayonnent sur les visages de chacun des membres. On sent vraiment que la formation est heureuse d’être là.

Après trente minutes de concert, et un bassiste à moitié dénudé, l’ambiance se calme. Des lumières bleues éclairent la scène par derrière, laissant seulement l’ombre de chaque musicien visible. « Chroma » commence, invitant à une montée d’énergie progressive. Des riffs atmosphériques prennent forme, rappelant par exemple l’intro de « The Way Of All Flesh » de Gojira. Ça dure, ça dure, et bam ! C’est reparti. Les épaules se remettent à bouger à coups de grands riffs percutants. La fin arrive, et le morceau ralentit de plus en plus en gardant le même riff, pour au final faire éclater le powerchord et les cymbales couplées à une double pédale précise. Le combo remercie la foule d’être venue et c’est sur une nouvelle performance énergique et authentique que ce termine cette soirée placée sous le signe de la variété.

Setlist Crowmorph :

L’autre coté
Eclosion
La Fée Blesse
-Larmorphose
Mycélium
Interlude
Stigmates
Sally Toi
Chroma

Live report : Valentin Istria.
Voir des photos Fabian Belleville.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3