ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Dani l’a dans l’os


Depuis quelques temps, dans les très nombreuses dépêches dans lesquelles nous furetons chaque jour pour vous dénicher les meilleures infos, nous assistions à une course qui se déroulait dans le comté de Suffolk (dans l’est de l’Angleterre) et dans laquelle Dani Filth, le frontman de Cradle Of Filth, avait, semble-t-il, toutes ses chances. Et si nous ne vous en avons pas encore parlé, c’est parce que nous attendions avant tout de connaître le gagnant.

Cette course en question était en fait un vote lancé par le comté du Suffolk afin que les gens désignent leur Suffolk Icon, en d’autres termes : le meilleur emblème de la région ; que ce soit une personnalité, un lieu, un objet ou quoi que ce soit d’autre. Pour cela, les participants au vote pouvaient soumettre à l’appréciation de leurs compatriotes une photo ou une vidéo de la personne ou de l’objet le plus représentatif de ce coin de terre baigné par la mer du Nord. Et l’enfant du pays, Dani Filth, s’est retrouvé à concourir face à des cabines de plage, des chevaux de trait et même face à un autre challenger de renom : le peintre du XVIIIe siècle Thomas Gainsborough.

Malgré ces concurrents de poids (surtout les chevaux de traits, avouons-le), dès septembre Dani était annoncé en tête avec plus de mille six cents voix, mille de plus que la piscine Broomhill d’Ipswich en deuxième position. Et à l’arrivée, c’est avec plus de treize mille voix que le leader de Cradle Of Filth a remporté cette course, soit avec près de douze mille voix en plus que son premier concurrent.

Récemment, Dani Filth avait déclaré par rapport à ce concours : « Je sais que cela peut prêter à rire et que nul ne peut être comparé à la grandeur des canards ou d’une piscine désaffectée de l’ère victorienne mais cela peut très bien ouvrir les yeux à bien des gens vivant dans ma région et qui n’ont jamais entendu parler de Cradle Of Filth. »

Malheureusement, et ce malgré son écrasante victoire, la course de Dani s’arrête là et les habitants du Comté de Suffolk se passeront de lui comme porte-drapeau de cette région dans laquelle il a toujours vécu. Si l’on se rend aujourd’hui sur le site de Suffolk Icons, on y retrouve bien les chevaux de trait, les cabines de plage ou Gainsborough mais nulle trace dans la sélection finale du jury de la face grimée du chanteur de Cradle.

Richard Ginger, porte-parole de Choose Suffolk, l’entreprise visant à promouvoir le comté, s’est exprimé à ce sujet dans le journal anglais The Telegraph : « Dans les faits, le jury était à la recherche d’icônes qui auraient un plus large impact hors des limites du Suffolk. Je ne me prononcerai pas sur leur décision. » Propos auxquels s’ajoutent ceux de Tim Passmore, directeur exécutif intérimaire de Choose Suffolk : « L’idée de ce qui fait une icône divisera toujours l’opinion et stimulera toujours les débats. […] Les finalistes qui ont été sélectionnés l’ont été parce que le jury croit en leur résonance régionale et sont des symboles du Suffolk, pour son comté et par-delà ses limites. […] Même si certaines images ont reçu de plus nombreux votes, le jury a jugé bon que les finalistes possèdent la crédibilité requise pour représenter l’image du Suffolk. »

Des bottes de foin, c’est tellement plus crédible.

Il est vrai que pour bien représenter une région, rien de telles que les bières locales, une éolienne, un fish and chips ou des bottes de foin. C’est plus crédible. Il serait dommage que le Suffolk apparaissent comme un comté progressiste, ouvert aux cultures actuelles et fier de la créativité de ses habitants (surtout ceux ayant « un plus large impact hors des limites du Suffolk »). Espérons au moins que l’art l’emporte ; il reste tout de même Gainsborough en lice pour le titre de Suffolk Icon. De tout manière, plus que l’évincement de Dani Filth, regrettons avant tout que le grand perdant dans cette affaire soit la voix du peuple.



Laisser un commentaire

  • ça ne l’est nullement
    le vote est là pour faire croire à la population qu’on l’écoute, et juste pour le plaisir du comité à lui dire: « en fait… fermes ta gueule, c’est moi le boss! »

    [Reply]

  • Putain, c’est encore moins démocratique que l’Eurovision ce truc !

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3