ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Daniel Gildenlöw (Pain Of Salvation) hospitalisé : « J’ai plus ri que pleuré »


Daniel Gildenlöw, chanteur de Pain Of Salavation, revient de loin mais n’est pas encore totalement remis. Après avoir dû renoncer, successivement, à tourner avec Transatlantic en Amérique du Nord, puis privé de la croisière-festival Prog Nation At Sea aux Bahamas du 18 au 22 février derniers avec Pain Of Salvation, le voilà désormais forcé d’annuler sa tournée (avec son Daniel Gildenlow Trio) en compagnie de The Flower Kings qui fera deux haltes en France, en avril, à Lyon et Paris.

Ayant souffert d’une sérieuse infection bactérienne, une fasciite nécrosante (aussi appelée bactérie mangeuse de chairs, qui avait frappé le guitariste de Slayer Jeff Hanneman en 2011), étant passé par plusieurs opérations au cours des deux derniers mois, le chanteur sera transféré le 17 mars prochain à l’Hôpital Universitaire d’Uppsala (Suède), où il sera de nouveau opéré. Mais pas question pour l’homme de baisser les bras au moment où il voit le bout de cette épreuve.

Au 25 février dernier le chanteur semblait même en bonne voie de guérison (« Tous mes médecins sont très satisfaits de la bonne et rapide façon dont mon corps a guéri »), pouvant passer quelques jours par semaine chez lui, après avoir subi en janvier une première opération chirurgicale pour lui retirer plusieurs centimètres carré de tissu infecté dans le bas du dos (jusqu’à l’os à certains endroits), attaqué par ces bactéries mangeuses de chair. Néanmoins, cela fait maintenant neuf semaines que le musicien se trouve coincé à l’hôpital, avec les conséquences que cela peut avoir sur le moral, depuis qu’il a été hospitalisé d’urgence le 12 janvier. Et une nouvelle opération, cette fois-ci de chirurgie réparatrice, est encore au programme afin de refermer sa blessure en prélevant de la peau et des tissus dans la zone environnant celle-ci. Une greffe de peau douloureuse et contraignante. Et comme il le dit lui-même sur sa page Facebook : « J’ai vraiment pleuré de nombreuses larmes durant ces dernières semaines quand ma résistance est soudainement tombé à sec lors de la deuxième double douche de désinfection de la journée ou de la douzième aiguille, mais j’ai plus ri que pleuré ». Et si cette prochaine opération est une étape supplémentaire vers sa guérison, ses conséquences directes ne seront pas toutes des plus simples, car « ce sera comme un retour à la case départ, avec la douleur et l’immobilité, et cela me fait peur. »

Mais Gildenlöw l’accepte et relativise toujours : « Woah, si j’avais su… C’est bizarre comme cette situation surréaliste est devenue la norme pour moi maintenant. J’ai appris tellement de choses endémiques à cette situation particulière – les préférences pour la pose de pansement, les angles d’injection […] comment se tourner de la gauche de votre lit à sa droite sans jamais être sur le dos, et ainsi de suite. Mais plus que toute autre chose j’ai appris que la famille est reine, et que je suis chanceux, chanceux, chanceux par rapport à beaucoup d’autres personnes dans ce monde. […] Je me suis senti beaucoup plus reconnaissant que je me suis senti amer. Un grand merci pour tout le soutien ! »

Conscient de sa situation, l’acceptant et le moral toujours présent – il expliquait en février garder « une humeur légère » (publiant, par exemple, de nombreuses photos sur Instagram montrant la vie d’une guitare à l’hôpital) et « essay[ait] de mettre les choses dans une perspective plus large » -, Daniel Gildenlöw est bien décidé à surmonter cette nouvelle épreuve et même à profiter de ses enseignements : « Si j’ai appris quelque chose de ça, c’est d’apprécier chaque petite victoire. Bon sang, les MINUSCULES victoires – les ‘seulement-si-tu-les-regardes-sous-le-bon-angle’ victoires ! Elles ont toutes de la valeur ». Et même si l’on sent parfois l’homme frustré de devoir encore se coltiner ces lits d’hôpitaux, ces anesthésies, ces douches désinfectantes, ces mots croisés (122 terminés pendant les six premières semaines !) etc. Daniel Gildenlöw espère bien retrouver au plus vite sa vraie place : sur scène.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Sabaton @ Lyon
    Slider
  • 1/3