ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Metalanalyse   

Dark Adrenaline de Lacuna Coil : Mainstream or not Mainstream ?


La scène metal est un théâtre où la notion d’intégrité prend une importance quasi étouffante et où il est, par conséquent, bon de se vanter d’avoir sorti un album impopulaire. Cela représente même presque un argument commercial. Et c’est précisément l’axe principal de la communication de Lacuna Coil à propos de son nouvel album Dark Adrenaline, sorti il y a quelques jours.

Non pas que le groupe nous vende son album comme une révolution, bien au contraire. Dans de nombreux communiqués et interviews, les Italiens le décrivent à juste titre comme la synthèse involontaire de leur discographie : « Non, nous nous en sommes rendus compte après avoir commencé à laisser les gens écouter l’album. Ce n’était pas prévu. Mais, que ça nous plaise ou non, ce que nous sommes aujourd’hui, c’est le résumé de ce que nous avons vécu par le passé. » nous disait la chanteuse Cristina Scabbia. « Upsidedown », ses guitares sous-accordées et sa rythmique néo metal, fait écho à des titres comme « To The Edge » ou « Fragments Of Faith » sur Karmacode. A l’écoute du démarrage de « Fire » ou de son pattern de batterie dansant, on entend presque « I Won’t Tell You » de l’album précédent, Shallow Life.

Dans son discours, le groupe bombe le torse en insistant sur la prise de risque que représente pour lui ce disque, taclant au passage ceux qui auraient suivi une voie plus populaire : « Je vois beaucoup de groupes qui jouent le même style de musique que nous (mais je ne donnerai aucun nom) suivre la voie que nous avons empruntée il y a quelques années. Ils optent pour des sonorités plus mélodiques, plus mainstream, et nous, on fait le contraire. […] Cet album est le plus heavy que nous ayons jamais fait. Ça ne va pas nous faciliter la tâche pour être joués en radio ou obtenir plus de soutien. ». Dans ces propos, Lacuna Coil est l’un des, si ce n’est le plus courageux des groupes représentant le « metal à chanteuse ». Et l’on perçoit un certain mépris vis-à-vis de ceux qui auraient suivi une voie plus « mainstream ». Il y a fort à parier que Cristina fasse ici allusion à Within Temptation, dont le virage pop en a irrité certains.

« Nous devenons plus heavy tandis que tous les autres deviennent plus mainstream ». Cette phrase, issue d’une interview du groupe dans Revolver, avait fait sourire la communauté metal, souvent narquoise dès qu’un groupe hors death/black/thrash/grind se met à parler d’agressivité. Nous avons pu nous en rendre compte, la notion de violence et d’agressivité est on ne peut plus subjective. En tant que média généraliste, nous classons par exemple Dimmu Borgir dans le metal extrême alors d’autres s’étonneront de la présence de ce groupe dans une playlist dédiée à l’extrême à l’antenne. Pour ceux-là, Lacuna Coil ne sera de toute façon jamais assez agressif.

Mais quand bien même, cette obscurité sans précédent (« beaucoup de gens seront surpris ») annoncée par le groupe était exagérée.

Le titre de l’album, Dark Adrenaline, sous-entend l’idée d’énergie positive, la colère qui nous fait avancer, la fuite en avant, en quelque sorte : « l’adrénaline, c’est ce qui te tient éveillé, qui te fait réagir au quart de tour, qui te maintient en vie. ». Un titre pertinent pour des chansons, certes à grosses guitares, mais ayant une finalité mélodique, fédératrice et positive. Dans l’absolu, parler de lourdeur et de punch pour Lacuna Coil n’a rien d’aberrant : qu’un groupe de metal parle en ces termes de sa musique est même plutôt normal. Dans sa définition de la musique heavy, non pas au sens musicologique du terme, mais au sens « musique lourde » (et chacun a la sienne, même Steven Wilson), Lacuna Coil a sorti un album heavy. L’exagération dans cette communication vient surtout de la comparaison aux précédentes réalisations de la formation et à ce prétendu effet de surprise annoncé. Que l’inspiration ou l’efficacité soient ou non au rendez-vous, ce Dark Adrenaline s’inscrit dans la même veine que son prédécesseur Shallow Life. Cet album n’est pas plus lourd que Karmacode ou qu’aucun autre album de Lacuna Coil. Et l’on imagine mal quiconque connaissant la musique de Lacuna Coil être surpris de quelque manière par ce disque.

Cet album se veut, dans le discours, la réponse, voire le contre-pied de l’évolution « plus mainstream » des autres groupes. Dans les faits, il donne l’impression que, de peur de tomber dans le même piège, Lacuna Coil s’est empêché d’évoluer. Sans compter que, ironiquement, avec Dark Adrenaline, la musique de Lacuna Coil reste toujours aussi avenante avec son sens aiguisé de la mélodie pop et potentiellement… mainstream !



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3