ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Dark Funeral – We Are The Apocalypse


Au-delà de ses inspirations thématiques et de ses tournures stylistiques, la discographie de Dark Funeral possède elle-même quelque chose de cérémoniel et de rituel. En effet, une nouvelle fois six ans après leur dernière sortie, leur nouvelle offrande obscure, théâtralement baptisée We Are The Apocalypse, vient poser le nouveau jalon d’une histoire aussi temporellement étendue que relativement mesurée en termes d’occurrences. Un nouveau chapitre qui porte la difficile charge d’innover ou réactualiser une musique très codifiée tout en respectant les tropes stylistiques attendus qui ont fait l’identité sonore du groupe, une démarche fondamentalement marquée par le paradoxe.

Et l’écoute ne trompe pas. Malgré les années, Dark Funeral n’opère ici aucun virage musical. Les compositions portent assurément l’essence du groupe et délivrent avec assurance leur lot de riffs et de scansions rythmiques, que ce soit dans la pure tradition du groupe ou dans la lignée du très varié Where Shadows Forever Reign. Une démarche pourtant largement inféodée à la confection d’ambiances infernales et sombres, que ce soit à la manière de « When I’m Gone » – digne successeur de « As I Ascend » – ou de l’ésotérique « Leviathan ». Inévitablement, le travail, volontaire, de répétitions et de redondances rythmiques, articulé autour de sections en tremolo-picking, ne fait que renforcer et marquer les ambiances sculptées tout au long de l’album. Des ambiances qui sont ici teintées d’échos appuyés à une actualité apocalyptique ou encore par les variations thématiques que propose par exemple « Nosferatu », hommage et figuration du film de Murnau. Mais si ces teintes et variations se retrouvent en partie dans le travail instrumental, ce n’est jamais que pour dire, et accentuer, l’aura et les épanchements d’un black metal lancinant formellement bien défini. Car l’une des forces premières de Dark Funeral réside assurément dans le travail sur les guitares qui portent simultanément l’énergie malsaine des compositions et la mélancolie presque atmosphérique qui les nimbe. Résistant encore et toujours à l’usage des claviers parfois devenu systématique dans le black metal mélodique, Ahriman affirme ici encore sa préférence pour les cordes. La variété d’arrangements lui permet ainsi de jouer sur la complexité des compositions et offre par exemple à un titre comme « Leviathan » ses variations d’intensité tandis que « Let the Devil In » joue d’une texture qui rappelle les élans d’un « My Funeral ».

A ce titre, la production moderne de l’album est un soutien évident, et les couches de guitares distillent avec aisance toutes leurs mélodies et leurs atmosphères et permettent à certains titres, comme le langoureux « When I’m Gone », de pleinement s’épanouir. Si la définition et la précision des riffs sont quelquefois émoussées par le mixage tout entier dévoué aux lignes mélodiques, les compositions gagnent assurément en singularité. L’on pourra en revanche regretter que les percussions y perdent nettement de leur mordant alors même que le jeune nouveau batteur Jalomaah livre pourtant un travail remarquable. Une exécution nuancée où les variations aux cymbales et aux toms évitent l’hégémonie des blastbeats et que l’on aurait assurément aimé voir flamboyer un peu plus. Délaissant cependant toute volonté de compromis, comme en témoigne le titre d’ouverture « Nightfall », aussi dynamique que frénétique, Dark Funeral démontre ici sa pleine maîtrise dans la gestion des impulsions et des rythmiques, autant sur un brûlant « A Beast To Praise » que sur les titres mid-tempo. We Are The Apocalypse hérite ainsi autant de la génétique du groupe qu’il ne la perpétue. Une perpétuation que l’on retrouve par ailleurs dans l’artwork réalisé par Marcelo Vasco et qui s’inscrit dans la lignée directe des illustrations que Necrolord a pu réaliser pour le groupe, tout en offrant un grain et une texture nouveaux.

Ce que propose finalement Dark Funeral avec ce septième opus, ce n’est ni plus ni moins qu’une version raffinée et actualisée d’une stylistique depuis longtemps éprouvée. Et si cela implique occasionnellement une perte de mordant et d’intensité, le travail de composition structurel reste quant à lui invariablement efficace, et permet à certains des plus virulents titres de la discographie du groupe de coexister étroitement avec les compositions les plus éthérées. We Are The Apocalypse incarne finalement tout ce qui fait Dark Funeral, pour le meilleur et pour le pire, et présente un black metal aux mélodies appuyées qui sait tirer parti de la modernité de ses arrangements et de sa production.

Clip vidéo de la chanson « Leviathan »:

Clip vidéo de la chanson « Nightfall »:

Clip vidéo de la chanson « Let The Devil In »:

Album We Are The Apocalypse, sortie le 18 mars 2022 via Century Media Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3