ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

DARK TRANQUILLITY : ENTRETIEN AVEC NIKLAS SUNDIN


DARK TRANQUILLITY, dont le dernier opus Fiction vient de sortir, est un des groupes les plus respectés du Death Metal. Ce qui n’empêche pas les suédois de briller par leur humilité.
La preuve avec Niklas Sundin qui déclarera, quelques minutes avant de monter sur la scène du Hellfest : « je ne suis pas un très bon guitariste » !

Radio Metal : Vous venez de sortir Fiction, votre dernier opus. Quelle est pour toi la différence entre celui-ci et Character, le précédent album ?

Niklas Sundin : Cet album est plus varié, plus diversifié que les précédents. Sur Character on s’était efforcé de composer des chansons sur le même modèle. On voulait un album qui puisse s’écouter de la première à la dernière chanson et sonner comme un tout cohérent. Pour Fiction, on a essayé de composer des chansons très différentes les unes des autres. Certaines sont très lentes, d’autres très rapides. Certaines sont groovy, d’autres plus industrielles…De mon point de vue, Fiction est plus intéressant que l’album précédent. C’est toujours du DARK TRANQUILLITY, avec tous nos riffs caractéristiques, mais c’est plus varié. Avec la diversité des styles dans le metal, il est difficile de toucher tout le monde. Pourtant ça a l’air de marcher avec cet album!

L’auteur d’une chronique publiée sur Metal France, un webzine français, a qualifié Fiction d’album sombre mais à l’émotion explosive. Que penses-tu de cette definition?

Je suis d’accord ! C’est tout a fait approprié. C’est un album très sombre mais, comme tu l’as dit, très explosif. Créer ce genre d’atmosphère, c’est tout à fait ce qu’on cherchait à faire avec cet album. Bon verdict donc !

DARK TRANQUILLITY est l’un des pionniers de la nouvelle vague de Death Metal mélodique suédois. Qu’est-ce qui a provoqué cette vague ?

Tout a commencé il y a un bout de temps. Nous étions une bande d’amis qui écoutaient du Metal et nous avons décidé de monter un groupe sans même savoir jouer d’un instrument de musique. Notre décision prise, nous avons acheté les instruments, et c’est là que tout a commencé. A l’époque, on écoutait beaucoup de groupes de Metal mélodique comme HELLOWEEN, BLIND GUARDIAN ou JUDAS PRIEST. Mais aussi des groupes de Death Metal underground comme ATHEIST. Nous avions donc pas mal d’influences différentes. On voulait jouer du Death Metal mais avec des riffs plus évolués. Avec plus d’harmonie entre les deux guitares et la basse. Et puis on s’est rendu compte que, quitte à monter un groupe et à passer beaucoup temps en répétition, autant se mettre à écrire quelque chose de neuf. On a cherché ce qu’on pouvait faire et ça a pas mal payé. Aujourd’hui le Death mélodique n’a rien de révolutionnaire, mais à l’époque, c’était vraiment nouveau. Tout est parti de notre désir d’avoir notre propre groupe, notre propre musique. Ensuite, tout s’est enchaîné, et on a commencé à sortir des albums et à partir en tournée. Revenons à la musique et surtout à Fiction. Il n’y a pas beaucoup de solos sur cet album. Pourquoi ?

Revenons à la musique et surtout à Fiction. Il n’y a pas beaucoup de solos sur cet album. Pourquoi ?

Il n’y a pas vraiment plus de solos sur Character ou Damage Done. Personnellement je n’aime pas beaucoup jouer de solos, car je ne suis pas un très bon guitariste ! Martin non plus, d’ailleurs. Un solo apporte une certaine dynamique à une chanson, donc nous en avons quelques-uns, mais nous ne sommes pas très bons quand il s’agit de les jouer. C’est pour cette raison que nous essayons d’en avoir le moins possible.

Penses-tu qu’il soit plus difficile de créer un son original sans solo ?

Je ne sais pas, ça dépend de ton niveau. Pour un grand guitariste, il est peut-être plus facile d’écrire une bonne chanson en y incluant un solo de trois minutes. Tout dépend de ce que tu essaies de transmettre à travers la musique. Certains grands groupes peuvent inclure un solo de sept minutes dans une chanson et le résultat sera époustouflant. D’autres fonctionnent mieux avec des solos plus courts. C’est le cas de DARK TRANQUILLITY. Nos chansons sont déjà très mélodiques la plupart du temps, nous n’avons pas besoin d’y ajouter de longs solos de guitare ou de claviers. Le format fonctionne très bien pour DARK TRANQUILLITY mais ce n’est peut-être pas le cas pour tous les groupes. Tout dépend du groupe et de ses intentions.

DARK TRANQUILLITY a beaucoup expérimenté à ses débuts, notamment avec l’album Projector. Vos fans ont été très surpris lors de sa sortie. Avez-vous encore la possibilité d’expérimenter aujourd’hui ? Beaucoup de groupes de Death Metal ne le peuvent plus à cause de leurs fans…

J’aime à penser que nous pouvons faire ce que nous voulons sans subir de pressions de la part des fans ou des medias. Nous avons toujours dit que nous ferions exactement ce dont nous aurions envie. Si on a envie que notre prochain album soit très doux et très lent alors il le sera. En même temps, il est vrai que nous tournons beaucoup, alors il nous faut des chansons qui fonctionnent bien en live si on veut recevoir de bons retours du public. Nous jouons ce qui fonctionne le mieux. Quand nous avons sorti Projector, nous étions lassés du Death Metal mélodique, parce que nous n’avions fait que ça pendant des années. Nous avions besoin de faire cet album pour retrouver toute notre motivation. La situation peut très bien se présenter à nouveau : si nous n’avons pas d’autre choix, nous ferons quelque chose de totalement différent pour rester motivés. Ce ne serait probablement pas bien reçu par les fans. Mais ça fait partie du jeu. Si les gens apprécient ce que vous faites, tant mieux. Si ce n’est pas le cas c’est la même chose.

Dernière question, toi qui es fan de Black Metal tu as dû savourer le concert d’IMMORTAL sur la grande scène du Hellfest ?

Oui, ils ont été vraiment bons ! Je suis un grand fan de leurs premiers albums. Mais IMMORTAL est un groupe qui fonctionne mieux en studio qu’en live, même si le show était très bon et que la réaction du public a été très positive. Je trouve que le Black Metal n’est de toute façon pas fait pour la scène. Ce n’est pas une question de talent, la plupart des groupes sont composés de très bons musiciens. Mais dans le Black, tout est une question d’ambiance, d’atmosphère. Ce qui n’est pas souvent rendu sur scène, surtout dans le cadre d’un festival. Quitte à jouer du Black en live, autant le faire dans une petite salle bien sombre. Des groupes dits “evil” qui montent sur scène en plein jour pour un festival, ça casse un peu l’ambiance. Mais les gars d’IMMORTAL ont été très bons – surtout Horgh, le batteur. L’atmosphère était très particulière, très tendue, car le groupe se reformait… Il faisait très sombre, le jeu de lumières était excellent… Ce concert était vraiment cool. Mais à choisir, je préfère écouter les albums d’IMMORTAL plutôt que de les voir sur scène !

Traduction: Saff’

Site DARK TRANQUILLITY : www.darktranquillity.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3