ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Dave Mustaine et Metallica : une histoire qui méritait une chanson


Robert Rolfe Feddersen est un auteur-compositeur américain dont le nouvel et quatrième album, American Loser, est sorti l’an dernier. Guitariste gaucher, un peu corpulent à l’allure d’ours, le regard tantôt sympathique, tantôt mélancolique, à la voix chaude faite pour cette folk tellement américaine, particulièrement poilu (au moins de ce qu’on voit de lui) et portant sobrement un T-shirt croisant la typographie d’une célèbre marque de bourbon et le nom de Johnny Cash. Alors qu’est-ce qui vaut au bon Feddersen d’atterrir dans ces colonnes metalliques ?

Si la réponse ne réside pas dans sa folk ni son rock au demeurant agréable, sincère et de bonne facture, celle-ci se trouve néanmoins dans l’un de ses derniers titres, « Dave’s Lament », morceau relatant (comme son titre l’évoque) les lamentations de Dave Mustaine, leader de Megadeth. Un Mustaine qui a plus d’une fois été parodié et moqué pour ses dires concernant ses ex-collègues de Metallica. Cependant le parti pris de ce morceau se veut original : chanter l’histoire d’un homme se sentant désabusé comme l’a fait Dylan et consort en leur temps. Et c’est encore mieux avec un clip (à voir par ici) pour promouvoir le morceau démarrant par un fameux billet de bus Greyhound, avant de suivre un Mustaine (interprété, ô surprise !, par Billy Ozzello de Survivor) s’enfermant dans son spleen…

Ci-dessous, l’album American Loser :

Dédiée au maître à penser de Megadeth, Dave Mustaine, la chanson relate donc l’histoire du guitariste-chanteur jugeant être toujours resté, tout au long de sa carrière, en permanence, dans l’ombre de Metallica. Et comme l’explique Feddersen chez Loudwire, il a, à l’époque où il chantait pour le groupe bien metal Loudmouth, rencontré les deux protagonistes de cette histoire : Metallica et Dave Mustaine. De quoi détailler le discours par de l’anecdote vécue mais aussi enrichir le discours par les deux visions des faits. Il explique ainsi ses rencontres : « A la fin des années 90, Lars Ulrich [batteur des Metallica] avait un label qui voulait mon groupe, Loudmouth. J’ai pu passer un peu de temps avec lui, allant aux concerts de Metallica et même en jouant sur scène avec eux à Saint Louis. Ils ont joué l’une de mes chansons nommée « Not Free », qui était hallucinante. […] Quelques années plus tard, je me suis retrouvé en tournée avec Megadeth. Dave Mustaine et moi-même avons quasi immédiatement accroché. Apprenant à connaître Dave, j’ai pris conscience à quel point sa vie avait été difficile et à quel point cela l’avait affecté et affligé d’être viré hors de Metallica. »

Maintenant que le sujet est exposé, que trouve t-on en son sein ? Un air folk au son de violon, d’une guitare sèche et d’une batterie. Une ballade sobre, mettant en musique le discours fictif (à peu de choses près) de Dave Mustaine lui-même. Et ces paroles, voici ce qu’elles racontent (pont pré-refrain et refrain) : « Je suis un bon compositeur / je joue bien de la guitare / Mais je ne peux pas aller aussi loin que là où eux sont allés / je reste sobre / Et essaie vraiment dur / Mais je ne peux pas sauter par-dessus cette clôture dans ma cour. » « Tout le succès va à Metallica / tous les honneurs vont à Metallica / Toutes les hôtels particuliers et tout l’argent / et toutes les bonnes choses et les cieux qui sont ensoleillés. »

« C’est probablement l’une des plus grandes histoires du heavy metal pour laquelle aucune chanson n’a encore été écrite » souligne Feddersen. Une histoire dont la sphère metal n’a jamais manqué de se moquer (plus ou moins gentiment), tout particulièrement après la sortie du documentaire Some Kind Of Monster présentant Ulrich et Mustaine se lamentant sur leur sort. Un divorce qui a aussi divisé, constituant deux écoles distinctes entre les fans des Mets et ceux de Megadeth. Et au milieu de ça, Robert Rolfe Feddersen, chante donc l’histoire de Dave Mustaine avec légèreté et une dose de sentimentalisme relativement bien dosée. Un titre folk des plus agréables qui, au moins sur ce point, mettra peut-être d’accord certains fans hardcore des deux « clans ». Après tout, la musique adoucit les mœurs non ?



Laisser un commentaire

  • VicRattlehead dit :

    Si DM n’avait pas participé à l’écriture de Kill’em All ou de Ride the Ligtning… je doute que Metallica aurait proposé une musique aussi riche…

    [Reply]

  • Master Capello Of Puppets dit :

    « Et essaie vraiment dur »… C’est de la traduction mot à mot qui ne veut rien dire.

    [Reply]

  • si vous faites référence à Jack Daniels celui çi n’est pas un bourbon!

    [Reply]

    Romain

    Ce n’est pas du Whisky non plus, c’est du Jack 😉

  • J’aimerais bien voir la réaction de Dave en entendant ce morceau, ça serait super intéressant !
    Personnellement, je trouve que même s’il reste « dans leur ombre », il n’a vraiment pas à rougir de ce qu’il a créé, et quand on voit ce que devient Metallica depuis quelques années, on se demande si ce n’est pas lui qui s’en est finalement le mieux sorti.

    [Reply]

    Kirk Hetfield

    Je suis un grand fan de Metallica, Et je dois dire que Dave Mustaine a du beaucoup souffrir du fait qu’il soit viré de Metallica. Mais je pense que c’est plus a la manière dont il s’est fait viré qui l’a fait souffir. Après je pense que vu ce qu’ils a réussi a créer et vu les putain de musicien qui le suit aujourd’hui ( Chris Broderick par exemple)Je pense qu’il n’est plus a plaindre. Aussi je pense que Dave pouvait se lamenter de Metallica au début entre 81 et 86, mais tout ses problèmes avec la drogue, ses querelles au sein de son propre groupe, sa bataille imaginaire avec Kirk Hammett, ses problèmes avec la justice, tout cela, il ne peut s’en prendre qu’a lui même. On a le choix de faire les choses ou pas et il les a faite. Et aujourd’hui je pense que lui même a un regard différent sur comment il était, et ce qu’il faisait. Bref, la querelle n’a plus lieu d’être. Megadeth est l’un des meilleurs groupes que je n’ai jamais entendu avec Metallica, qui à quand même écrit l’album Rust In Peace, Thirteen, Peace Sells. Donc Bon. Après c’est mon avis.

  • Arrow
    Arrow
    Rival Sons + MNNQNS @ Cenon
    Slider
  • 1/3