ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Dead Cross – II


C’est un euphémisme de dire que Mike Patton, Dave Lombardo, Michael Crain et Justin Pearson n’ont plus rien à prouver. Avec des carrières prolifiques accomplies dans des groupes aussi brillants et divers que Faith No More, Slayer, Mr. Bungle, The Locust, Retox et bien d’autres, les quatre musiciens se sont donc retrouvés autour du projet Dead Cross pour, avant tout, s’amuser. « Je ne suis pas un petit dur qui essaie de prouver quelque chose, expliquait Patton à la sortie du premier album du groupe en 2017. Pour moi, faire un disque comme celui-là, c’est uniquement une aventure musicale. Je trouve que c’est fun, et ça me fait beaucoup sourire. » Et en effet, le hardcore singulier de Dead Cross déborde d’énergie et d’agressivité aussi jouissives que fédératrices. Mais cinq ans plus tard, le temps n’est plus vraiment à la légèreté : en plus d’une pandémie mondiale et d’un paysage politique éreintant, le groupe a accumulé les épreuves. Un cancer a été diagnostiqué chez Crain en 2019, au point que c’est en parallèle d’un lourd traitement médical que le guitariste a travaillé sur le deuxième album du groupe. De plus, la santé mentale de Mike Patton a été mise à rude épreuve, entre dépression, agoraphobie et alcoolisme. Dernier coup dur : au début de l’année décédait Gabe Serbian, le chanteur des premiers jours du groupe. Mais rien de tout cela n’a entamé la motivation du quatuor, au contraire : II, son second opus au titre adéquat, est plus chaotique que son prédécesseur, mais il est aussi parcouru d’un sentiment d’urgence plus tangible que jamais.

De cette urgence chaotique, « Reign Of Error », le très bref et très métallique premier extrait de l’album aux allures de classique de Slayer, en a à revendre, mais il ne dévoile qu’un aspect de la créativité débordante et de l’éclectique sauvagerie de II. Ces deux dimensions prennent d’assaut l’auditeur dès « Love Without Love », dont la spectaculaire gamme vocale, les teintes post-punk, et les touches de tremolo picking ponctueront tout l’album, et de l’ouverture hardcore punk mordante de « Heart Reformer » aux ronflements de basse menaçants d’« Ants And Dragons », il en voit de toutes les couleurs. Arrivé au bout de cette demi-heure où les neuf titres s’enchaînent sans temps mort, on peine à croire que si peu de temps se soit écoulé : chaque chanson est pleine à craquer d’idées et de changements d’ambiances parfois étourdissants. Le tempo ne ralentit jamais vraiment, mais il est souvent malmené, déstructuré, et sert de toile de fond à un Patton en grande forme, épaulé à l’occasion par Pearson au chant. Le producteur Ross Robinson est connu pour pousser les musiciens dans leurs retranchements : ici, chacun donne le meilleur de lui-même et suit sa propre inspiration, et le naturel de la production permet de suivre chacune de leurs acrobaties, tout en soulignant l’étrange harmonie qui en émerge. Expérience et spectaculaire sens de l’accroche obligent, le résultat n’est jamais abscons, et s’il peut donner le tournis dans un premier temps, les réécoutes en révèlent les astucieux tenants et aboutissants.

Ce n’est pas juste le hardcore que Dead Cross revisite, mais tout un pan des années 1980, de Cro-Mags à Bauhaus en passant par Discharge et Suicidal Tendencies, à la fois repris et métamorphosé par le quatuor. « Imposter Syndrome » referme l’album sur une note menaçante, avec sa batterie tribale, ses guitares hurlantes et ses accélérations brutales qui s’achèvent sur un fond de feedack et les derniers mots de Patton, « Silence is dying/It’s all gone quiet ». L’urgence et l’intensité qui courent tout au long de l’album ne sont en rien affectées par la dérision et le sens de l’absurde du chanteur, qui offre une fois de plus un large panel de punchlines ironico-potaches – « All out of ammo? Act as a dildo » dans « Christian Missile Crisis » par exemple –, au contraire ; elles mettent de l’huile sur le feu des critiques corrosives et de la fureur de vivre des musiciens. Car si II est né dans une période de détresse, il est aussi l’album de la rémission : Crain a survécu à son cancer et Patton se sent à nouveau d’attaque pour jouer en live. Mission accomplie donc pour un disque qu’on espère aussi salvateur pour ses auditeurs que pour ses créateurs.

Clip vidéo de la chanson « Christian Missile Crisis » :

Clip vidéo de la chanson « Heart Reformer » :

Clip vidéo de la chanson « Reign Of Error » :

Album II, sortie le 28 octobre 2022 via Ipecac Recordings. Disponible à l’achat ici

Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Arch Enemy @ Lyon
    Slider
  • 1/3