ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Deathstars en live : juste ce qu’il faut


En ce vendredi 9 mars, notre fine équipe pénètre dans l’enceinte d’une Laiterie de Strasbourg en mode « petite configuration ». Le rideau du milieu de la salle est en effet tiré et ce sont par conséquent près de 350 personnes qui se retrouvent pour assister au concert de Deathstars avec, en guise d’amuse-bouche, leurs compatriotes de Marionette. Les absents ont toujours tort car l’audience aura assisté à deux prestations de qualité aussi bien pour la tête d’affiche que pour Marionette, ces derniers ayant pour ambition de mettre le public alsacien dans de bonnes dispositions.

Deux jours après avoir observé le quintet suédois en première partie de Rammstein à Bercy, il nous intriguait de voir ce que la formation emmenée par Whiplasher Bernadotte (chant) pouvait avoir dans le ventre en tant que tête d’affiche. Avec peu de lumières et un jeu de scène très limité, Deathstars avait quand même réussi à convaincre l’audience parisienne alors la prestation de Strasbourg, de facto plus longue, devait logiquement être plus intéressante.

Voyons ensemble de quoi il en a retourné.

Artistes : DeathstarsMarionette
Date : 9 mars 2012
Lieu : Strasbourg
Salle : La Laiterie

Marionette

Les lumières de la Laiterie s’éteignent à 20h et Marionette monte sur scène dans le but de présenter Nerve, son dernier album. Les attitudes d’Alexander Andersson, le chanteur du groupe depuis 2010, sont parfois déconcertantes mais donnent de la personnalité au show des Suédois. Entre grimaces, crachats en l’air et fil de micro serré entre ses dents, la prestation scénique du frontman est très expressive et lui donne donc du caractère. Son chant hurlé est proche du black metal mais les chœurs effectués par le guitariste Aron Parmerud adoucissent les compos du groupe qui propose une musique mélangeant death/black et samples électro.

Si la foule paraît dubitative au début de la performance, on constate que les têtes commencent à bien bouger au bout de 15 minutes grâce aux bonnes mélodies du combo. Il est vrai que les compositions de Marionette passent très bien en live notamment grâce aux riffs des deux guitaristes qui incitent au headbanging. De plus, un Alexander énergique parviendra facilement à susciter l’adhésion du public.

Applaudissements mérités donc.

Whiplasher Bernadotte (chant)

On poursuit sans transition avec la tête d’affiche de la soirée, Deathstars, qui dès les premières notes met la barre haute question intensité grâce à un son irréprochable. En effet, il a été très plaisant sur ce concert de constater que « puissance sonore » ne veut pas forcément dire « danger pour les oreilles ». La batterie de Vice avait à ce titre un son impressionnant tout en restant agréable à l’écoute.

La performance de Deathstars fut à la hauteur aussi bien musicalement que visuellement. En ce qui concerne le premier volet, tous les tubes du groupe furent réunis (voir setlist indicative ci-dessous) et seuls les fans les plus acharnés auraient peut-être pu espérer un set un peu plus long, le groupe ayant joué approximativement 1h15 sur ce concert de Strasbourg. Mais Deathstars fait justement partie de ces artistes qui, sur scène, ne peuvent pas jouer deux heures de suite au risque de lasser à cause de compositions très répétitives.

Deathstars aime la répétition

En effet les lignes de chant de Whiplasher Bernadotte, à l’instar des riffs de la formation suédoise, sont souvent semblables. Il suffit d’écouter des chansons comme « Tongues » et « Chertograd » pour s’en convaincre. Le tout donne une musique indus/goth qui comporte une vraie identité (on reconnaît parfaitement le « son Deathstars ») mais cette identité est tellement marquée que le combo sur scène peut donner l’impression d’interpréter un seul et même morceau pendant tout le set ! Il est en effet clair que la force des compos de Deathstars ne repose pas sur sa variété mais bel et bien sur l’efficacité de ses riffs martiaux. D’ailleurs, alors que le clavier a une grande importance dans les compositions de Deathstars, il est tout de même étonnant de ne pas avoir de claviériste sur scène puisque cet instrument est entièrement samplé.

Mais malgré ces spécificités (qui font sans doute sa personnalité) le quintet s’en sort avec les honneurs côté présence scénique. Le visage charnu de Whiplasher Bernadotte et son attitude efféminée (renforcée par un rouge à lèvres particulièrement rouge) aura sans doute séduit les plus jeunes filles du public… à la différence des simagrées parfois effrayantes de Skinny Disco (basse) ! En tout cas, tous les musiciens du groupe apportent leur touche personnelle sur le plan scénique, ce qui participe à un rendu parfois étonnant mais malgré tout cohérent.

Ainsi le look très glam de Cat Casino (guitare) contraste par exemple avec la performance plus metal d’Emil Nödtveidt (guitare) et du marteleur de fûts qu’est Vice. Mais le vrai spectacle scénique reste avant tout dû aux hélicoptères de Skinny Disco et au côté « séducteur avec voix grave » de Whiplasher Bernadotte. Il est à noter également que, contrairement aux shows de Bercy, les lumières ont cette fois bien mis en avant les visages de tous les musiciens présents sur scène.

Un concert juste comme il fallait

Deathstars aura donc donné à son public juste ce qu’il fallait (des tubes et du partage) mais on sent malgré tout que le groupe a encore une marge de progression sur les planches et peut encore améliorer son show. Utiliser plus d’éléments (écrans, pyrotechnies, jeu de lumières encore plus varié, présence d’un claviériste etc.) serait par exemple une solution qui lui ferait probablement passer un cap supplémentaire en termes d’impact scénique.

Setlist Deathstars :

Mark Of The Gun
Motherzone
Semi-Automatic
Death Is Wasted On The Dead
Night Electric Night
Tongues
The Fuel Ignites
Chertograd
Blitzkrieg
Blood Stains Blondes
Metal
Cyanide

Rappels :
New Dead Nation
Death Dies Hard

Photos : Claudia Mollard



Laisser un commentaire

  • J’ai adoré les voir en 1ère partie de Rammstein le 7 !
    Franchement j’adore même si le groupe n’a pas été très aimé durant le concert (enfin des gens autour de moi alors !) mais le style est différent de Rammstein.
    Et puis avec Marionette en 1ère partie ca doit être un concert génial ! Dommage que ce soit à Strasbourg …

    [Reply]

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    euh, en lisant le report avec les histoires d’identité marquée tout en ayant des titres répétitifs, vous n’osez pas dire que c’était chiant ! (je n’étais pas aux concerts ni de Bercy, ni de Strasbourg, c’est juste en lisant votre article)

    [Reply]

  • Je ne suis vraiment pas sûr de ma setlist et de l’ordre des chansons. Donc n’hésitez pas à me dire pour que je rectifie !

    Merci.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3