ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Dee Snider – For The Love Of Metal


Lorsque Dee Snider a déclaré vouloir réaliser un nouvel album solo, le doute s’immisce. Le frontman de Twisted Sister a certes déjà réalisé trois opus solo auparavant dont le dernier, We Are The Ones (2016), n’a que deux ans. Pourtant, on pouvait se montrer sceptique quant au niveau d’inspiration du musicien, We Are The Ones n’ayant pas vraiment marqué les esprits, et quant à la pertinence d’un album un peu sorti de nulle part, au milieu de ses projets divers et variés (la comédie musicale Rocktopia, le cinéma, etc.). Il a fallu la motivation de Jamey Jasta (Hatebreed) qui a défié Dee Snider en lui enjoignant de sortir un album de metal contemporain. For The Love Of Metal avait donc cet objectif en tête dès sa conception.

Dee Snider a su s’entourer pour réaliser son dessein. La production est en effet assurée par Jamey Jasta justement, et une pléthore d’invités ont proposé leurs services, tels que Mark Morton (Lamb Of God), Alissa White-Gluz (Arch Enemy), Howard Jones (ex-Killswitch Engage), Charlie Bellmore (Kingdom Of Sorrow), Joel Grind et Nick Bellmore (Toxic Holocaust). For The Love Of Metal n’apporte rien de neuf, tout est déjà entendu des centaines de fois. Son intérêt réside plutôt dans l’approche de Dee Snider qui s’efforce de montrer qu’il n’est pas devenu obsolète. La production est un aveu qui va dans ce sens. Jamey Jasta s’est attelé à façonner un son grave et massif. « American Made » se charge d’en être la vitrine, ponctué de quelques « shouts » caractéristiques du hardcore… For The Love Of Metal semble vouloir correspondre à son titre en empruntant dans tous les registres, que ce soit dans le heavy traditionnel à l’instar des riffs et soli de « Lies Are A Business » et de sa batterie cavalière, du power-thrash avec le riffing dynamique de « Tomorrow’s No Concern » qui peut rappeler Testament avec en outre un phrasé de Dee Snider qui reprend celui de Chuck Billy, du power rock avec le refrain de « I’m Ready » et ses accents à la Mark Tremonti ou encore du « groove metal » à la Lamb Of God sur « Running Mazes ».

La véritable interrogation concerne la capacité de Dee Snider à répondre présent y compris lorsqu’il sort de sa zone de confort. Soyons francs, le frontman de 63 ans s’en sort avec les honneurs, accusant un manque d’énergie seulement lors de certains couplets, tel celui d’ « American Made » où il semble tirer sur sa voix à outrance (mais rattrapé par le refrain), ou bien lors du phrasé de « For The Love Of Metal » qui aurait mérité d’être plus incisif encore. Sa polyvalence surprend, Dee Snider emprunte dans l’ensemble un registre plus grave et plus violent qu’à l’accoutumée, le faisant parfois se rapprocher d’un Yvan Moody et son groupe Five Finger Death Punch, parangon du metal moderne, s’il en est. Il excelle cependant dans ce qu’il connaît le mieux, à savoir les lignes les plus mélodiques, tels les refrains de « Mask » et « Roll Over You », ou le celui scandé et grandiloquent de « I Am The Hurricane ». « Dead Hearts (Love Thy Enemy) » voit la participation d’Alissa White-Gluz et dévoile la capacité de Dee Snider à conjuguer sa voix sans peine avec le chant clair déclamé de la frontman d’Arch Enemy.

Si le défi était de réaliser un album contemporain, Dee Snider le surmonte avec brio. Si pour l’amateur de metal ce For The Love Of Metal réemprunte justement tous les codes qu’il connaît parfaitement, il faut accorder le crédit qui revient à Dee Snider. Certes, For The Love Of Metal n’a rien d’un album impérissable (sauf peut-être pour les fans invétérés de la figure de Twisted Sister). Toutefois, pour un tel vétéran, n’ayant plus l’aura de son légendaire groupe derrière laquelle se cacher, réussir à s’inscrire de manière aussi juste dans son époque musicale est un petit tour de force. For The Love Of Metal a quelques moments de grâce bienvenue, succincts, rares, mais présents. Ce quatrième opus solo n’éblouit pas mais il a le mérite de garantir headbangs et refrains fédérateurs, et tord le cou aux doutes quant à la capacité de Dee Snider à s’illustrer à nouveau sans paraître désuet. C’est là le principal.

Chanson « Become The Storm » en écoute :

Lyric video de la chanson « Tomorrow’s No Concern » :

Album For The Love Of Metal, sortie le 27 juillet 2018 via Napalm Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mainstage 1 @ Hellfest - jour 3
    Slider
  • 1/3