ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Deftones : un manque de frisson au Trianon


Artistes : DeftonesDoyle
Lieu : Paris
Salle : Le Trianon
Date : 15 décembre 2010

Suite à un grave accident de voiture en 2008 laissant Chi Cheng dans le coma, privant Deftones de son bassiste, le groupe a remis sine die l’album sur lequel ils travaillaient. La bande à Chino Moreno a recruté plus récemment Sergio Vega (Quicksand) pour s’occuper de la basse pendant ce temps et a sorti Diamond Eyes en 2010. S’en est suivie cette tournée s’achevant le 15 décembre à Paris où nous nous sommes rendus. Pour financer les soins médicaux de leur collègue, le groupe a mis en place une collecte de dons, provoquant une queue à la billetterie qui nous fera malheureusement arriver en retard pour le concert.

Nous entrons dans la salle juste à temps pour voir la toute fin du set de la première partie : Doyle. Difficile de se faire une idée de la prestation sur les quelques secondes de concert que nous avons vues et nous en sommes désolés. Cependant, le public n’était pas particulièrement enthousiaste. « Tu n’as pas manqué grand-chose », entendrons-nous. Ou encore : « c’était correct mais pas mon style ». « Correct » est un terme qui paraît plutôt bien décrire ce que nous avons aperçu.

Chino Moreno (Deftones) dans le cadre « grand luxe » du Trianon

Le changement de scène se fait lentement, nous laissant le temps d’observer la salle du Trianon, plutôt intéressante dans son arrangement bien qu’elle ne soit pas parfaite. Les proportions peuvent se comparer à celle de l’Élysée Montmartre : assez profonde avec une très grande fosse. La grosse différence avec la salle voisine (l’Élysée) se trouve dans la présence de deux niveaux de balcons dont le premier est assez bas pour permettre aux petits veinards les plus proches de la scène de serrer la main des musiciens sans avoir à se lever de leur siège. Bande d’assistés ! Ce balcon est bien sympa pour ceux qui y sont confortablement assis, ce n’est cependant pas très commode lorsqu’on est en dessous. D’une part il empêche de voir correctement la scène (on se retrouve à n’apercevoir les musiciens que jusqu’aux épaules), mais surtout, il est trop bas et coupe tous les aigus dans le son, on n’a alors que la basse et la grosse caisse en guise de piste audio. En comparaison, depuis le milieu de la fosse, le son est plutôt bien rendu.

Comme pour la plupart des têtes d’affiches, les membres de Deftones se font attendre plus d’une demi-heure avant de débarquer sur scène et entament directement avec du lourd : « Headup », issu de leur deuxième album Around The Fur, datant de 1997. Surprenant choix, pour un groupe faisant une tournée promotionnelle pour son dernier album. Ils s’y tiendront cependant, les cinq premières chansons du set étant issues du même album. Deftones s’attaquera ensuite à White Poney, opus ayant eu le plus de succès dans la discographie du groupe, jouant « Feiticeira », « Korea », et « Digital Bath ». Ce n’est qu’après un certain nombre de chansons que Deftones présente enfin « Diamond Eyes », morceau-titre du dernier album.

Sur le bord de la scène mais loin du public.

Le son est bon – lorsqu’on n’est pas sous le balcon ! -et la prestation est plutôt énergique mais on regrettera que Chino ne prenne pas un peu de temps entre les chansons pour adresser la parole à son public. C’est à croire qu’ils supposent les petits Frenchies incapables de comprendre l’anglais : les chansons s’enchaînent et les rares interventions durent moins de dix secondes comme « Bonsoir Paris ! » ou encore… Non, c’est à peu près tout ce qu’il nous dira dans la première moitié du set.

C’est d’ailleurs l’un des gros problèmes sur ce concert. Pour un groupe qui, en studio, est particulièrement doué pour faire ressortir l’émotion, il est difficile de dire grand-chose sur la prestation live. C’est carré, bien interprété, sans bavures particulières mais alors qu’on devrait normalement vous parler de ressentis en relatant un concert, nous nous retrouvons à sec ; ce show n’avait pas, ou peu, de réelle atmosphère. Il était difficile de se sentir proche du groupe et, tout au long du set, nous sommes restés un public observant une prestation. Un constat propre aux grosses salles qui demandent un frontman hors pair pour briser la barrière qui s’instaure entre le public et le groupe et, par-dessus tout, de la communication. Ces deux conditions ne se sont malheureusement pas retrouvées au Trianon ce soir.

Chino à la guitare pour « Sextape » (photo : Stan)

Parmi les titres de Diamond Eyes, Chino prendra la guitare sur « Sextape ». Sur ce titre beaucoup plus lent, il interprète l’intro avec chant seul sur scène jusqu’à l’arrivée des autres instruments. Deftones poursuit son set avec « You’ve Seen The Butcher », puis quelques morceaux de leur album éponyme ainsi que de Saturday Night Wrist, comme « Hexagram » et « Xerces ». Seul grand absent jusqu’à maintenant : Adrenaline, premier album du groupe, datant de 1995. Cependant quand le groupe remontera sur scène pour les rappels, il jouera enfin quatre morceaux de cet album : « Birthmark », « Root », « Engine No. 9 » et « 7 Words ». Au cours de ce dernier morceau, un second chanteur en la personne de Jacoby Shaddix des Papa Roach rejoindra Chino pour le refrain !

Une bonne prestation dans la forme, donc, mais manquant cruellement de ce petit plus indescriptible qui aurait pu en faire un réel moment d’extase. Il est étonnant d’ailleurs qu’un groupe avec quinze ans de carrière n’ait pas pu nous transporter et transcender ce moment plus efficacement. Peut-être est-ce dû à un automatisme lié à leur longue expérience ou simplement une fatigue passagère…?

En attendant Chi, Sergio Vega tient la basse.

Prenons maintenant un moment pour souhaiter à Chi un complet rétablissement, ainsi que beaucoup de courage à sa famille pour l’épreuve qu’elle doit traverser. Et si vous souhaitez les aider, vous trouverez plus de renseignements sur le site de l’association One Love For Chi.

Setlist de Deftones :

My Own Summer (Shove It)
Lotion
Be Quiet And Drive (Far Away)
Feiticeira
Korea
Digital Bath
Diamond Eyes
Rocket Skates
CMND/CTRL
Risk
Sextape
Royal
You’ve Seen The Butcher
Hexagram
Hole In The Earth
Xerces
Back To School (Mini Maggit)
Change (In The House Of Flies)

Rappels :

Birthmark
Root
Engine No. 9
7 Words

Photos : Julien Perez



Laisser un commentaire

  • Salut à tous, j’étais moi aussi ce soir là au trianon et j’ai trouvé que le concert était vraiment bon, sacré son (mais j’étais dans la fosse) et une setlist des plus eclectiques quand même (même si l’ordre des chansons aurait pu être un peu mieux inspiré, à croire qu’ils ne sont pas si fier et pas sur d’eux en ne démarrant pas avec des titres du dernier diamond eyes!)
    il y avait une certaine retenue mais je l’ai trouvé plutôt du côté public. Et côté pêhce, peut être étaient ils fatigués, mais je veux bien que tous les groupes fassent une prestattion pareille fatigué!!!!
    Bref, très bon concert. Pas l’extase totale, mais peut être me fais je vieux!
    Bonnes fêtes à tous!

    [Reply]

  • Je les ai vu pour ma part le 11 Décembre à Toulouse et j’ai été loin d’être déçue,j’ai pris une claque énorme,c’était pro, carré, toujours autant d’émotions et d’authenticité…à la différence du concert que j’avais vu lors de la tournée White pony où Chino était trés fermé dans sa bulle et ne parlait pas au public,là on a eu un Chino trés ouvert au public et trés communicatif, trés souriant…donc surement que sur cette seconde date à Paris,l’énergie et l’étincelle n’y étaient pas…ils devaient aussi être sur les rotules!

    [Reply]

  • Et bien pour repondre a ses commentaires;j etait au deux concerts pour en faire le report pr Nawakposse et je peux vous dire qu effectivement celui du Lundi soir etait d un autre calibre que celui du mercredi(meme ci celui-ci etait tres bon quand meme!!!)et qu au niveau émotion et ressentit des chansons on sentais le groupe motivé et heureux d etre la,chose moins evidente sur celui du mercredi…Enfin moi pour finir étant un fan de la 1ere heure et ayant suivi le groupe depuis le depart,j les avais vu pour Withe Pony et avais eté tres decus par Chino pourtant un modèle du genre pour moi qui chante aussi,mais je les ai revus l année derniere au Cabaret Vert pour leurs seul date en france,j avais remarqué un retour d énérgie et ses deux concerts ont bien confirmé ce regains de puissance….Du grand DEFTONES!!!!

    [Reply]

  • Deux petites remarques : dans le compte-rendu vous mentionnez Headup en ouverture, et on ne voit pas le titre dans la setlist à la fin de l’article. Et « Hexagram » n’est pas issu de « Staturday night wrist » mais de « Deftones » (c’est d’ailleurs le seul titre de cet album interprété ce soir-là).

    Remarquons quand même deux titres de SNW, « Hole In The Earth » et « Xerces », ce qui est beaucoup quand on voit les setlistes des deux dernières années, au sein desquels on ne retrouve plus généralement aucun titre issu de cet album.

    D’ailleurs pour cette histoire de setlist on peut saluer le groupe qui prend la peine de changer de programme d’un soir sur l’autre, ce qui n’est pas vraiment répandu parmi les formations qui ont leur notoriété qui se content de resservir toujours la même chose à chaque concert, parfois pendant deux ans (Kiss et Scorpions au hasard). C’est toujours beaucoup plus captivant, quand on est fan, de ne pas savoir ce qui nous attend !

    Dommage que le concert ait fait aussi mauvaise impression. Leur show au Hellfest ne m’avait vraiment pas emballé non plus, pourtant DEFTONES est un de mes groupes préférés. Pas de pot, vivement que Chi soit de retour !

    Sur ce, bon réveillon à tous, je vais aller me gaver de dinde.

    [Reply]

  • Moi je les ai vu le lundi 13 au Trianon. Le concert était énorme, tant au niveau de la set list, de l’ambiance du public, de l’attitude et smile du groupe, un chino avec une grosse pèche…pas énorme de dialogue certes mais c’est passé autrement. Et au contraire du gros frissons sur pas mal de morceaux. La claque de l’année définitivement.
    pour le concert du 13 décembre en tout cas !

    [Reply]

    J’ai vu des vidéos du 13 qui avaient l’air complètement folles ouais, donc je pense qu’ils étaient tout simplement fatigués ou de mauvaise humeur le 15 (comme machine head il y a quelques années qui venaient de se fritter juste avant de monter sur scène du coup ils n’étaient vraiment pas d’humeur à jouer ensemble)

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3