ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Deicide – Overtures Of Blasphemy


Deicide doit résonner chez chacun d’entre vous comme l’un des pionniers incontestés de la scène death metal issue de la Floride. Cela fait trente ans que le quatuor officie en restant fidèle à sa recette initiale : un death brutal et ô combien agressif, sans aucun compromis. Le groupe en est à son douzième méfait avec Overtures Of Blasphemy qui succède cinq ans après à In The Minds Of Evil (2013). En soi, un nouvel album de Deicide, c’est un événement dans le monde du death. La garantie certaine d’avoir ce pour quoi on s’est plongé dans le genre en premier lieu. Et c’est parfaitement le cas.

La philosophie du batteur et principal compositeur Steve Asheim résume bien ce qui ressort d’Overtures Of Blasphemy : « on ne va pas réparer ce qui n’est pas cassé ». La musique de Deicide est effectivement intangible, même après le départ du guitariste Jack Owen (Cannibal Corpse, Six Feet Under) remplacé par Mark English (Monstrosity). Le noyau du groupe, le bassiste-chanteur Glen Benton et le batteur Steve Asheim est toujours là, assisté par Kevin Quirion, guitariste semi-permanent depuis 2008. Le groupe persiste dans la tendance amorcée dès 2006 avec The Stench Of Redemption, à savoir accorder de l’espace à des soli et une approche mélodique plus marquée, ce que le producteur Jason Suecoff parvient à restituer avec brio. Deicide profite d’un son de guitare incisif au même titre que le growl de Glen Benton bien mieux intégré au mix. Surtout, Overtures Of Blasphemy retrouve une forme de brutalité et d’attaque que son prédécesseur n’avait pas toujours. Le riff grandiloquent de l’ouverture « One With Satan » ne tarde pas à se muer en course effrénée, l’occasion pour Steve Asheim de rappeler qu’il ne donne pas dans la dentelle, bien au contraire. Les blasts de ce dernier semblent inépuisables, il suffit de constater le travail de double-grosse caisse sur « Excommunicated ». La vitesse, la rage et la puissance sont bien présentes sur Overtures Of Blasphemy, parfois à l’état pur, ce qui est le cas sur le très sobre « Destined To Blasphemy », dernier titre de l’album qui n’entend pas le conclure « en douceur »…

Outre les blasts et la philosophie death traditionnelle qui nourrit la musique du groupe, ce dernier excelle véritablement lorsqu’il s’agit de construire des rythmiques plus saccadées, à l’instar du single « Seal The Tomb Below » qui a le mérite de présenter un condensé exact de l’essence d’Overtures Of Blasphemy. Un riff à la frontière entre le death et le thrash et des ouvertures mélodiques parfaitement agencées. Deicide gagne énormément à varier les plaisir, avec des passages plus mid-tempo par exemple, ou jouant sur la lourdeur. « Compliments Of Christ » reprend les mêmes codes dans le même ordre. Mark English et Kevin Quirion sont aussi inspirés sur les rythmiques massives que sur les leads mélodiques. L’exemple le plus flagrant est le heavy « Defying The Sacred », guidé par la cymbale ride endiablée de Steve Asheim. Il y a un aspect très progressif dans la composition, qui passe d’une introduction shreddée soutenue par un riff grandiloquent à un blast puis un refrain porté par un Glen Benton qui propose sa meilleure performance sur l’album. Le growl cryptique avec un effet d’écho en fait un monstre de puissance. Ce dernier initie d’ailleurs un enchainement de soli sur une mélodie apocalyptique. Un mélange parfait entre atmosphère macabre et subtilité mélodique en somme.

Overtures Of Blasphemy n’a rien de surprenant. Il n’a rien de déplaisant non plus, au contraire. La musique de Deicide est intacte et surtout inspirée. Y revenir laisse cette impression de rentrer chez soi, de revenir en terrain connu et de s’y sentir parfaitement à l’aise. Rien n’a changé et pourtant rien n’est devenu obsolète. Il y a suffisamment d’intelligence dans les structures pour ne pas lasser, l’accent mis sur les mélodies joue parfaitement le rôle de capter l’attention de l’auditeur au milieu de la violence déployée. Brutal, d’un classicisme certain, mais très loin d’être écervelé.

Chanson « Seal The Tomb Below » en écoute :

Chanson « Excommunicated » en écoute :

Album Overtures Of Blasphemy, sortie le 14 septembre 2018 via Century Media. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • samedi, 19 septembre 2020 à 20:12
    Dooweet est au service des artistes
    samedi, 19 septembre 2020 à 12:04
    The Ocean : voyage en terre d’expérimentation
    jeudi, 17 septembre 2020 à 16:39
    Behemoth : dieu du live stream
    mercredi, 16 septembre 2020 à 18:32
    Amaranthe – Manifest
    mardi, 15 septembre 2020 à 14:21
    Ihsahn prend le large
    vendredi, 11 septembre 2020 à 19:29
    Forgotten Tomb : le misanthrope
    1/3