ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

DETONATION : ENTRETIEN AVEC KOEN ROMEIJN


Les hollandais de DETONATION balancent de la très bonne purée Death Mélodique. Dans l’entretien qui suit, Koen, le leader de groupe, évoque bien entendu le dernier album en date intitulé Emission Phase mais en profitera également pour revenir sur ces doutes en tant que chanteur.

Radio Metal : Votre dernier album Emission Phase est sorti en Janvier dernier. Peux-tu nous raconter comment s’est déroulé sa sortie sachant que l’album précédent a été enregistré en 10 jours. Ce fut le cas pour Emission Phase ?

Koen : Non pas vraiment. En réalité, le nouvel album est sorti il y a environ un mois, c’est-à-dire en avril. Nous n’avions que dix jours pour enregistrer Portals To Uphobia alors que cette fois-ci nous avions environ quatre semaines pour le faire. Donc nous avons eu plus de temps…

Sur Emission Phase, on peut remarquer que la batterie est très présente : il y a plus de blast beat et votre musique est plus rapide. Ne penses-tu pas que certains de vos fans qui écoutent IN FLAMES ou DARK TRANQUILITY soient plutôt surpris par ce genre de musique ?

Oui peut-être, c’est vrai. On compare souvent DETONATION à DARK TRANQUILITY ou IN FLAMES car les mélodies sont assez proches. En effet, nous aimons jouer le même genre de métal. Toutefois, nous essayons de créer une combinaison parfaite entre le Death Metal et le Metal mélodique en utilisant énormément la technique du blast beat à la batterie. Or beaucoup de fans qui écoutent DARK TRANQUILITY et IN FLAMES n’apprécient pas DETONATION parce qu’ils trouvent notre musique trop rapide ou trop brutale. Mais il y a aussi d’autres fans qui disent que ce qu’ils aiment chez DETONATION c’est justement que nous gardons toujours l’essence et la rapidité du Metal et pas seulement les mélodies.

Sur Emission Phase, on trouve à la fois des moments mélancoliques et de la musique très rapide : as-tu l’impression que DETONATION se situe entre ces deux tendances ? D’un côté vous attirez les fans de IN FLAMES et de l’autre les fans de MORBID ANGEL… Est-ce un inconvénient pour toi et DETONATION ?

Oui en effet, parfois c’est une situation plutôt difficile car les gens aiment classer les groupes dans des catégories. Par le passé, nous avons constaté que certains n’appréciaient pas notre groupe à cause de sa rapidité ou bien peut-être à cause de son côté trop mélodique pour certains fans de Death Metal. Mais étant donné que c’est notre troisième album, et que chacun de nos albums attire un peu plus de fans, tout va dans le bon sens. C’est le genre de Metal que nous aimons et que nous jouons encore aujourd’hui, il est donc très difficile pour nous de changer de style. Simplement nous aimons ce genre de Metal mélodique, c’est donc ce que nous continuons à faire.

Cet album a été produit chez Osmose Productions. La promotion d’Emission Phase te satisfait-elle car je sais que vous aviez rencontré beaucoup de difficultés pour Portals to Uphobia en 2005 ?

Oui tout a fait. Nous avons rencontré pas mal d’obstacles à la sortie de Portals to Uphobia…Nous avions un contrat pour trois albums avec Osmose Productions et c’est notre dernier album avec eux. Et comme je l’ai dit nous n’avions vraiment pas eu de chance avec Portals to Uphobia : c’était entièrement la faute d’Osmose Productions parce que la distribution s’était mal passée aux Pays-Bas. Et puis aux Etats-Unis, le livret avait été imprimé sans les textes ! Il y a donc eu beaucoup d’erreurs. Pour cet album, nous nous sommes dit que cela ne pouvait pas être pire que ce qui s’était passé pour l’album précédent…De toute façon nous devions sortir un dernier album pour Osmose Productions…

Cela signifie-t-il que le prochain album ne sortira pas chez Osmose Productions?

C’est possible, mais nous ne le savons pas encore car peut-être que nous négocierons un nouveau contrat. Mais rien n’est certain pour le moment. La seule chose à faire pour l’instant est d’attendre et de voir s’ils nous proposent un nouveau contrat. Nous allons quand même tenter de trouver un label plus important si cela est possible. Et si ça ne l’est pas, alors nous signerons peut-être à nouveau chez Osmose Productions.

Quelles ont été exactement les difficultés que vous avez rencontrées lors de la sortie de Portals of Uphobia ?

Premièrement, l’album était censé sortir en avril 2005, mais étant donné que le mastering de l’album avait pris du retard et que nous n’étions pas satisfaits du résultat final du mixage, nous avions dû tout recommencer. Et lorsque nous étions enfin prêts, les responsables d’Osmose nous ont dit qu’il restait trop peu de temps pour sortir l’album, en faire la promotion, l’imprimer et tout ce qui s’en suit. Ils nous ont alors proposé de reporter sa sortie à 2005, c’est-à-dire quatre ou cinq mois plus tard. Le problème, c’est que nous avions déjà commencé la campagne de promotion pour l’album, ce qui veut dire que nous avions fait tout cela pour rien. Par conséquent nous avions dû attendre six mois avant de pouvoir le sortir et le promouvoir, c’était donc le premier problème. Le deuxième problème c’était la sortie de l’album aux Etats-Unis car ils avaient imprimé le livret sans les textes des chansons : il n’y avait que le graphisme, et l’ennui c’est qu’ils ne pouvaient pas les imprimer à nouveau avec les textes car ils ont jugé cela trop coûteux. De plus, lors de la distribution, les premières 3000 copies qui étaient censées être vendues aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne s’étaient perdues quelque part pendant leur exportation ! Par conséquent, lorsque l’album fut enfin sorti, les rayons des magasins n’avaient pas notre album car on ne savait pas où ces CD se trouvaient. Donc il y a vraiment eu de gros problèmes…

Maintenant qu’Emission Phase est sorti, qu’est-ce qui, selon toi, a changé sur votre dernier album : y a-t-il une grande différence ?

Oui absolument. Nous avons essayé de faire le meilleur album jusque-là et je pense que nous avons plutôt réussi car nous avons tenté de fonder la musique plus sur les rythmes et la structure des chansons, et en écoutant l’album, tu peux remarquer que les chansons semblent plus modernes, si je puis dire ; les chansons sont plus groovy, plus rythmiques.

En effet, il y a une réelle différence par rapport aux deux premiers albums de DETONATION, et la production est également très différente, le dernier est plus groovy.

Oui c’est exact. La production est bien sûr différente parce que nous étions dans un autre studio. Et les chansons en elles-mêmes sont mieux structurées et nous avons aussi prêté une attention particulière aux chants. Je pense que l’on peut le remarquer dans les chansons. Nous avons simplement consacré plus de temps à l’écriture des chansons. Il me semble que cet album est plus mature d’une certaine manière.

Petite question qui sort du contexte : Tu aimes la scène Métal Atmosphérique donc en tant que musicien hollandais, que penses-tu de la nouvelle qui est tombée hier (NDLR : Cet entretien s’est déroulé le 7 juin 2007) avec le départ de la chanteuse Anneke du groupe THE GATHERING ?

J’ai trouvé cela très surprenant. En fait je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse quitter THE GATHERING. Cela m’a vraiment étonné.

Aimes-tu la musique de THE GATHERING ?

Oui j’aime bien. Je possède deux albums de THE GATHERING : chez moi j’ai Mandylion, l’un de leurs premiers albums, et aussi Night Time Birds que j’aime vraiment beaucoup, en particulier les parties atmosphériques des mélodies très lentes très posées ; il y a beaucoup d’atmosphères ; et j’aime aussi beaucoup la voix d’Anneke.

Mandylion reste un album incroyable…

Mandylion est plus métal je crois, plus métal que leurs derniers albums. Personnellement j’aime beaucoup les deux derniers albums de THE GATHERING. C’est un très bon groupe.

En ce qui concerne CARDAMON, quand votre premier album va-t-il sortir ? Quelques titres sont disponibles sur MySpace et ils sont vraiment excellents !

Cool ! Merci ! L’album aurait déjà dû être prêt maintenant, mais je ne sais pas si tu connais Thomas (NDLR : Thomas Kalksma, le batteur de DETONATION) qui fait aussi partie de CARDAMON. Il est le compositeur principal du groupe et est en ce moment même au stade du mixage de l’album au studio Excess (NDLR : à Rotterdam) et ce pour la quatrième fois déjà. Donc nous espérons que l’album sera prêt dans un mois. Il contiendra douze chansons ainsi que quelques démos. Nous allons réenregistrer ces démos, bien sûr, ce qui fera un total de dix-huit chansons à la fin. J’attends la sortie de l’album avec impatience et j’ai hâte de tourner avec CARDAMON.

La question suivante va peut-être te paraître étrange mais peut-on dire que CARDAMON te permet de prendre plus de liberté musicalement contrairement à DETONATION avec qui il est difficile de s’éloigner du Death Métal ?

Oui absolument. C’est pour cette raison que Thomas et moi avons créé CARDAMON car nous avions mis de côté un certain nombre de partitions de guitares mélodiques et plus atmosphérique que nous ne pouvions utiliser pour DETONATION puisqu’elles n’étaient pas assez Metal. Nous avons eu l’idée de créer un nouveau groupe et nous avons ensuite écrit trois ou quatre chansons. Puis nous avons trouvé notre chanteuse, Floortje. Nous trouvions sa voix magnifique donc nous avons créé le groupe avec elle. C’est vraiment génial de jouer avec CARDAMON car on peut vraiment expérimenter de nouvelles choses et nous ne sommes pas obligés de nous restreindre aux limites du Metal. Tu vois, nous faisons ce que nous voulons.

J’ai remarqué que tu étais quelqu’un de vraiment très ouvert car tu écoutes des Groupes comme PAIN OF SALVATION ou A PERFECT CIRCLE. As-tu l’impression qu’il est rare pour ceux qui font partie de la scène Death Metal d’écouter du Metal Atmosphérique ?

C’est en effet mon impression, surtout ici en Hollande où plein de groupes de Death Metal et de Brutal Death Metal émergent. Il y a une grosse scène Grindcore qui s’agrandit d’année en année. Or le genre de musique que joue DETONATION n’est pas très en vogue en ce moment. La plupart des gens que je connais et qui font partie de la scène Death Metal n’écoutent que du Brutal Death Metal et pas du tout d’autres genres de musique. Donc nous sommes différents à ce niveau-là car, à part notre bassiste, les autres et moi-même écoutons tous de la Pop, du Rock etc. Peu importe, du moment que c’est de la bonne musique et qu’elle dégage une bonne atmosphère. C’est ce que nous aimons et pour moi, c’est ce qui est important. PAIN OF SALVATION est l’un de mes groupes préférés. Je les ai vu deux fois sur scène et je pense qu’ils sont vraiment excellents parce qu’ils font de la musique très progressive. Et en tant que musicien je trouve cela très intéressant. J’adore aussi les chants… tu sais les gens qui chantent réellement ! J’ai toujours dit que si j’étais un bon chanteur, je chanterais sûrement avec une voix normale tout le temps. Je pense que c’est beaucoup plus beau que le chant que j’utilise dans DETONATION, que je trouve super aussi, mais j’aimerais pouvoir chanter avec une voix plus classique. Si j’étais capable de vraiment bien chanter, il est certain je j’aurais aimé essayer…

Tu saisi qu’il y a énormément de groupes de Death Métal dans les Pays-Bas. Quelle est pour toi l’originalité de DETONATION? Pour quelles raisons selon toi les gens devraient absolument écouter DETONATION et en particulier Emission Phase ?

Eh bien je pense que depuis le début nous tentons de créer un mélange parfait entre le Brutal Death Metal et le Metal Mélodique plus accessible. Or je ne pense pas qu’il existe beaucoup de groupes qui essaient de faire cela. C’est vrai qu’il y a beaucoup de groupes de Death Metal mélodique mais ils se concentrent plus sur l’aspect mélodique de la musique et n’exploitent pas vraiment le côté brutal du Death Métal. Ou même les influences Black Métal que nous utilisons aussi dans notre musique. Ce que nous avons simplement essayé de faire c’est un style spécial de Metal mélodique. Nous puisons dans l’essence du Metal et nous y ajoutons beaucoup d’atmosphères et aussi d’émotions dans les chansons.

Où allez-vous tourner maintenant ? Je sais que vous avez des dates de prévues au Royaume-Uni. Auriez-vous l’occasion de venir en France ?

Oui je l’espère. Nous étions en tournée avec DECAPITATED et nous étions censés faire un concert à Lyon – je crois d’ailleurs que vous êtes de Lyon, non ?

Oui c’est exact.

Donc nous tournions avec DECAPITATED et nous avions une date à Lyon, mais lorsque nous sommes arrivés là-bas, nous n’avons pas pu jouer pour je ne sais quelle raison, et je ne sais toujours pas pourquoi. D’ailleurs, quoi qu’il en soit, on ne nous a pas demandé de jouer…

Pour vous et les fans présents, cela devait être très frustrant !

Oui absolument ! Mais j’espère que nous aurons enfin l’occasion de faire quelques autres dates en France, surtout qu’Osmose est basé en France, donc nous devrions avoir la possibilité de donner plus de concerts dans ton pays. Nous ferons notre maximum pour que cela se fasse, et nous espérons qu’il y aura une nouvelle tournée européenne d’ici la fin de l’année. Peut-être en septembre ou octobre…Nous allons essayer d’avoir la possibilité de tourner à nouveau en Europe pendant quelques semaines et j’espère que la France fera partie du circuit…

Dernière question : la couverture de votre album est magnifique ! Peux-tu nous dire comment vous avez recruté son auteur car il a vraiment fait un excellent travail !

C’est un israélien, Eliran Kantor. C’est vrai qu’il a vraiment fait du bon boulot. C’est censé symboliser le concept de l’album qui concerne la guerre nucléaire, ou tout du moins l’impact d’une arme nucléaire. Néanmoins, les textes parlent plus de l’expérience des gens qui vivent à l’endroit même où des bombes ont explosé. Comment ont-ils réagit et comment ont-ils fait pour survivre, pour continuer à vivre ? C’est ce qu’évoquent les paroles au fond. Nous avons d’abord testé une explosion nucléaire mais nous trouvions cela un peu trop cliché, un peu maladroit. Je pense que cela ne nous convenait pas du tout. Nous avons alors demandé à Eliran de créer une image plutôt abstraite et c’est ainsi que nous avons abouti à l’idée de disposer le logo du groupe sur la couverture du CD et de représenter symboliquement l’impact de quelque chose de très puissant au contact du sol. L’album est sorti avec ce design et je suis vraiment très content du résultat final.

Mais cet album parle de politique. Considères-tu qu’il s’agit d’un concept album sur la politique ou pas du tout ?

Oui c’est un concept album mais pas vraiment sur des questions politiques. Je pense qu’il décrit plus l’humanité avec ses défauts et ses erreurs : l’Homme a tendance à s’autodétruire. Il est voué à l’échec. C’est plutôt ça le concept. Mais il ne s’agit pas vraiment de politique. D’ailleurs personnellement je m’intéresse peu à la politique, je ne sais pas pourquoi, c’est juste que je n’ai pas envie d’en parler sur les albums, dans la musique. Peut-être le ferai-je un jour mais en tout cas ce n’était pas mon intention sur cet album.

Traduction : Céline SEMELIN

Site Internet DETONATION : http://detonation.wingsofdeath.nu



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Deftones @ Lyon
    Slider
  • 1/3