ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Devildriver, Machine Head : grosse fuite chez Roadrunner Records ?


Il y a à peu près trois semaines, Devildriver annonçait que son prochain album sortirait chez Napalm Records. Un contrat à portée mondiale signé avec ce nouveau label qui marquait la fin d’une ère pour Dez Fafara et sa bande qui avaient toujours été hébergés par la maison Roadrunner, depuis son tout premier album, et même avant avec Coal Chamber, précédent groupe de Fafara.

Le chanteur précisait d’ailleurs en quelques mots ce qui les avait motivé : « Ils [Napalm Records] ont la passion et l’énergie que nous recherchons en tant que groupe. » Simple bla-bla communicatio-convetionnel pour montrer au monde ô combien ils étaient faits pour s’entendre ou véritable signe de ce qu’il manquerait aujourd’hui à leur ancien label ?

Ceci aurait aussi pu être interprété comme le cas isolé d’un groupe insatisfait qui change tout simplement de crèmerie. Mais voilà qu’une quinzaine de jours après, un nouveau départ s’annonce et, encore une fois, pas des moindres.

Machine Head. Même schéma : un groupe qui est chez Roadrunner Records depuis toujours, qui a construit sa notoriété sous cette prestigieuse étiquette, depuis son tout premier album. Robb Flynn, frontman du groupe, explique en interview avec PitCamTV au bout d’un moment, après qu’on lui ait demandé de réagir à la restructuration de Roadrunner par Warner quelques mois plus tôt, qu’il a clairement l’intention de mettre fin à cette aventure de dix-huit ans :

« C’est une honte, une putain de honte. Quand on pense qu’ils étaient les numéro 1 dans leur domaine… Je veux dire, quand il s’agit de metal, il n’y avait pas mieux. Ils étaient rentables, ce que quasiment aucun autre label ne peut affirmer aujourd’hui. Le plus bizarre, c’était que Warner avait tous ses groupes de rock et de metal qui allaient chez Roadrunner parce qu’ils [Warner] ne savaient pas quoi faire. Alors pourquoi est-ce que tu fais ça [fermer les bureaux de Roadrunner partout dans le monde] ? Mais ils l’ont fait. […] Nous essayons de sentir comment ça se passe. Nous sommes en rapport avec plusieurs labels en ce moment – le dernier disque était chez Roadrunner, donc, en fait, nous sommes dans une situation vraiment unique car nous avons beaucoup de choix, maintenant, pour choisir avec qui aller, on n’a qu’à se baisser pour trouver notre bonheur. C’est génial d’être dans cette position. Il y a huit ans, 35 labels nous ont refusé et aujourd’hui tous les labels de la planète veulent qu’on signe chez eux. [rires] C’est donc vraiment énorme. On va donc en finir. Il y a toujours chez Roadrunner des tas de gens que nous connaissons et que nous aimons – en particulier en Amérique où il y a un vraiment fort noyau de gens qui soutiennent Machine Head. On va voir ça et nous pourrions très bien en finir avec Roadrunner. Nous devons simplement être sûrs que c’est la bonne chose et qu’ils comprennent ce que nous faisons, car nous ne sommes pas un groupe pop, nous ne sommes pas des artistes mainstream. Je veux dire, nous sommes le plus gros groupe underground, j’imagine. »

On comprend bien que ce n’est pas totalement de gaieté de cœur que Machine Head quitterait Roadrunner. Flynn a l’air révolté par le destin de ce label qui était un véritable exemple parmi les labels spécialisés dans le metal. Jusqu’à présent, signer chez RR signifiait être au plus près de l’étape « major » sans forcément devenir un produit de consommation. Aujourd’hui, devenu un « simple bureau » chez Warner, les artistes chercheraient-ils, en abandonnant leur vieille maison, à échapper à une redécoration façon Valérie Damidot, pour ne pas avoir l’air de faire partie d’une écurie d’artistes « pop » ou « mainstream » ? On peut justement interpréter le départ de Devildriver chez Napalm comme une volonté de récupérer une image plus underground – à mois que ce soit, comme Cradle Of Filth en leur temps, pour devenir « un gros poisson dans une petite mare ».

Mais Fafara parlait plutôt de « passion » et « d’énergie ». Alors, ces éléments auraient-ils atteint leurs limites chez RR ? A moins que ce soit encore autre chose. En avril dernier, au moment de cette « restructuration », il était toujours prévu que le label « garde ses fonctions primaires de label : relations avec artistes, marketing, promotion, etc. » mais ces fonctions auraient-elles aussi atteint leurs limites ? Faut-il craindre que ces deux départs de deux des groupes de metal moderne les plus populaires aujourd’hui créent un appel d’air, entraînant à sa suite d’autres départs d’autres groupes prenant conscience que l’herbe peut être plus verte là où se dirige ces deux-là ?



Laisser un commentaire

  • jeffrey lebowski dit :

    c’est juste qu’ils n’ont plus de fric point barre….

    [Reply]

  • Ça me donne une impression bizarre, au même moment où Gojira signe chez RR… C’est vrai que RoadRunner comme on l’aimait n’est plus depuis longtemps (RIP avec la compil Roadrunner United je pense…) mais c’est assez étrange que 2 groupes majeurs produits par RR puissent partir comme ça, sans qu’on essaie de les retenir et finalement aussi longtemps après le rachat par la Warner… DevilDriver et MH ont même pu sortir des albums plutôt bons depuis 2007, alors pourquoi maintenant en 2012 ? Wait and see…

    [Reply]

  • Güns n' Fuckin' Crüe ! dit :

    Malheureusement cela fait quelques temps déja que le Roadrunner des années 90 n’est plus (depuis qu’ils ont étés rachetés en 2007 par Warner)
    Je pense aussi que Machine ‘Fuckin’ Head et DevilDriver ne sont que les premiers a quitter le navire …

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3