ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Devin Townsend : collaborer pour avancer


Devin Townsend Project 2016Devin Townsend, aussi hyper productif puisse-t-il être, ne fait pas un album s’il n’a rien à dire, rien à développer, rien à expérimenter… Tous ses albums ont un but, un thème, une vision, une raison d’être. D’une certaine façon, ce sont presque toujours des concepts musicaux, même s’ils ne racontent pas une histoire à proprement parler. Voilà pourquoi Transcendence, le dernier (ultime ?) album du Devin Townsend Project n’a failli pas voir le jour : il est arrivé à un stade où, après cinq albums aux thèmes bien marqués, il avait l’impression de n’avoir plus rien de neuf à dire dans ce cadre, là où l’inspiration pointait déjà le bout de son nez pour un album symphonique et un second Casualties Of Cool.

C’est finalement l’auto-réflexion et la remise en question, notamment grâce à l’écriture de son livre à venir, qui lui ont inespérément apporté un thème : prendre du recul sur ce désir obsessionnel de contrôle en impliquant ses musiciens et collaborateurs dans l’effort créatif. Transcendence, c’est ça, la nouvelle et peut-être dernière étape d’un artiste qui apprend à s’intéresser aux autres plus qu’à lui-même, et peut-être la première étape d’une nouvelle ère artistique pour le canadien. Nous en parlons avec lui ci-après.

Devin Townsend Project 2016

« Que oui ou non ceci inclus la musique reste à déterminer mais je veux devenir une version plus heureuse, productive et confiante de moi-même. »

Radio Metal : Comment vas-tu ?

Devin Townsend (chant & guitare) : Je vais bien ! Je suis très occupé. Souvent… Car les interviews requièrent que je sois présent et concentré, et ça arrive aussi à la période où le téléphone sonne tout le temps et le groupe et les enfants et le management et donc… C’est une expérience très intéressante [petits rires] d’essayer de rester concentré.

Tu as dit que tu en étais arrivé à un stade où tu manquais d’inspiration pour le Devin Townsend Project et que tu avais besoin de te forcer à sortir de ta zone de confort. As-tu le sentiment que DTP était devenu un peu trop sûr pour toi à un moment donné ?

Je pense que c’est toujours le cas, d’une certaine façon, mais au moins, le truc, c’est que le Devin Townsend Project n’est pas fondamentalement malsain pour moi. C’est quelque chose qui mérite qu’on fasse des efforts, pas seulement dans l’intérêt de ma relation avec les gars dans le groupe et parce que j’ai le sentiment qu’ils méritent une occasion de participer, mais aussi pour une certaine portion du public qui tolère que je fasse des choses comme Casualties Of Cool, une symphonie ou Ghost ou quelque chose qui ne soit pas typiquement ce que j’ai fait pendant toutes ces années. Je pense que j’ai été tenu en laisse, pour ainsi dire, depuis que mon fils est né, depuis que Strapping Young Lad s’est arrêté, depuis que j’ai arrêté de prendre de la drogue, de fumer et de boire. Je me suis vraiment imposé une laisse, d’un point de vue créatif. Mais je pense également qu’il reste des leçons à apprendre de ça et c’était le but.

Tu as dit que le thème de Transcendence « était d’abandonner ce besoin de contrôler chaque aspect de la musique et impliquer des amis et collègues que [tu avais] choisi d’impliquer dans ce projet. » Comment t’es-tu rendu compte que tu avais besoin de changer ce désir de contrôle ?

Pour être clair, ça fait partie des paramètres de DTP, ce besoin de changer. Mais je veux dire que je ne pense pas que ce soit quelque chose de conscient. Toutes ces motivations qui sont sources d’inspiration sont souvent le simple résultat de tes travaux et expériences passées. J’ai eu l’occasion ces dernières années d’écrire un livre également. Et en écrivant le passé et ces pensées, les motifs deviennent très clairs. Et je pense que mon but premier, en tant que personne, en tant qu’entité créative, est de devenir une meilleure version de moi-même. Que oui ou non ceci inclut la musique reste à déterminer mais je veux devenir une version plus heureuse, productive et confiante de moi-même. Et en écrivant le passé, tu vois ces motifs émerger qui montrent clairement ce qui se passe si tu continues à aller dans certaines directions. Si ton besoin de contrôle est plus important que ton désir d’avoir des relations saines, alors ta décision est prise. Mais je pense qu’en écrivant, j’ai pu voir que mon désir d’avoir des relations saines était bien plus une priorité pour moi que le besoin d’avoir un contrôle total et une domination sur mes amis. Au final c’est juste devenu un thème pratique pour quelque chose dont j’avais le sentiment que ça devait conclure DTP. Transcendence est très similaire pour moi à l’album The New Black de Strapping Young Lad, où ça semblait être vers la fin de ce que j’avais besoin d’exprimer, et il semblait que la dernière étape dans ce processus était d’inclure les autres membres. Je ne suis pas en train de dire que c’est forcément le dernier album de DTP, c’est trop tôt pour le dire. A ce stade, ça pourrait aller dans un sens comme dans l’autre. Et je pense qu’il sera intéressant de voir dans quel sens ça ira. Mais ceci étant dit, s’il s’agissait du dernier album du Devin Townsend Project, ça irait bien ainsi. C’est un bon album sur lequel finir.

La dernière fois que nous nous sommes parlés, c’était en 2014, tu nous as dit, avec les concerts plus improvisés de Casualties Of Cool que tu as faits, à quel point tu avais un grand besoin de cette spontanéité. Du coup, est-ce que ces concerts ont joué un rôle dans cette prise de conscience ?

Sans aucun doute mais je veux dire, pour être tout à fait juste, chaque moment où tu es une entité créative est unique en soit. Ce moment qui a produit Casualties, et cette série de concerts qui ont été si gratifiants pour moi, n’est pas quelque chose que je peux reproduire avec ceci. C’était avant et je l’ai apprécié, et peut-être que le fait d’avoir participé à ça était quelque chose d’inspirant. Mais je pense qu’il est juste de dire que chaque projet est un produit du passé tout en étant unique en soit.

Je sais que tu n’aimes pas compromettre tes idées. Du coup, qu’est-ce que le fait de collaborer signifie et implique pour toi ?

Oh, une crise cardiaque ! [Rires] Je veux dire, encore une fois, mes objectifs, je pense, sont bien plus imprégnés par mon développement personnel. C’est ce que j’espère. Que j’y parvienne ou pas, ça reste discutable, mais c’est ce que j’espère, le fait que je puisse me développer en tant que personne. Et donc le processus qui consiste à traverser ça et collaborer de la façon dont je l’ai fait, tout en conservant un contrôle dessus… Je veux dire, pour être clair, je n’ai pas énormément collaboré et lâché de lest [petits rires], tu vois ? Mais j’ai dû apprendre à y faire face parce que, putain, c’était dur ! Genre, bordel de merde, mec ! Je ne veux écouter personne ! [Petits rires] Et le faire, et le faire d’une façon qui ne soit pas condescendante et hypocrite, c’était quelque chose qui défiait en bonne partie les façons réellement fondamentales dont je me comporte. C’était intéressant, c’est le moins qu’on puisse dire ! Et je veux dire, tel que je le dis là de vive voix, ça parait tellement pathétique ! Genre, quel drame c’est de partager, quel énorme drame c’est de collaborer, ça semble pathétique. Mais dans la volonté d’avoir un thème et en raison de la nature de ce que je fais, c’est celui qui s’est présenté de lui-même, donc j’ai dû faire avec.

Devin Townsend Project - Transcendence

« Au bout du compte, la musique n’a pas tellement d’importance sur Transcendence. […] De bien des façons, les chansons n’étaient que des morceaux d’argile. »

Tu as toujours une vision très claire pour tes albums. Du coup, penses-tu que tu aies dû compromettre une partie de ta vision artistique cette fois ?

Non, je n’ai pas eu à compromettre la vision mais j’ai dû faire des compromis musicalement à certains moments. J’entends les choses d’une certaine façon, j’entends la batterie d’une certaine façon, j’entends la basse d’une certaine façon, j’entends la guitare d’une certaine façon, pour tout, j’entends ça d’une certaine façon. Mais il y a le moment et le lieu pour ça. Et ça sera encore possible à l’avenir. Mais pour cet album, ce n’est pas de ça dont il était question. Il était question de permettre aux gens de présenter leurs idées, car ils l’ont mérité, selon moi, ayant investi énormément de temps dans ce truc. Et ouais, ça a vraiment été un compromis. Certains roulements de batteries, je ne les aurais jamais faits comme ça. Certaines parties de basse et certains sons de guitare, je ne les aurais jamais faits comme ça. Même le mixage, je ne l’aurais jamais fait comme ça. Mais est-ce que ça veut dire que mes idées sont bonnes ? En fait, non. Ça veut juste dire que c’est ainsi que je fais les choses. Donc l’expérience, c’était plus une question d’essayer, car quelle est la pire chose qui puisse arriver ? Et le résultat est un album que je trouve cool et très bon. Je pense que j’en suis un tout petit peu déconnecté parce que, comme tu l’as dit, j’ai dû me résoudre à certains compromis, dans un intérêt moral et tout. Mais au final, la vision est correcte et c’est ce que j’ai décidé qui était la chose la plus importante.

As-tu une meilleure vue objective de ton album, puisque tu n’es pas le seul à y avoir contribué ?

Je pense que j’en ai une moins bonne, pour être honnête ! Lorsque je dis ça, ça me donne l’impression que je suis critique envers les gars, et ce n’est pas du tout ce que je veux dire. Tout le monde dans l’organisation me soutient énormément. Ce sont de si bons amis et si brillants musiciens que lorsque je dis que c’est différent de ce que serait ma vision, ça n’est certainement pas une critique contre eux. C’est que c’était important pour moi de permettre à la vraie nature et la vraie identité de ce groupe d’êtres humains de devenir cette musique. Je pense qu’il est essentiel pour mon développement en tant que musicien d’apprendre ces compétences, d’apprendre à me mettre en retrait, d’apprendre ce que tu as besoin de contrôler afin que la vision soit correcte, et ensuite y participer, car ce n’est pas confortable. Le confort, pour moi, c’est simplement faire exactement comme je l’aurais fait. Il y a un avantage à ça mais, encore une fois, dans le futur, je suis sûr que je vais beaucoup le faire, tu vois ? Donc, maintenant, c’était le moment pour le faire.

Dirais-tu que ceci était l’étape suivante d’un plus long processus où tu t’es de plus en plus ouvert et intéressé aux autres plutôt que, comme dans le passé, te focaliser sur toi-même ?

Oui, à cent pour cent !

Je sais que par le passé, tu as fait des choses « libérées d’un point de vue créatif, en étant complètement inconscient. » Et c’était l’une des idées avec Deconstruction, en fait, de faire « quelque chose qui a l’air vraiment aléatoire et dérangé à la surface » mais qui a été « fait avec un contrôle total. » Du coup, comment compares-tu le manque de contrôle que tu t’es permis avec Transcendence et le manque de contrôle que tu avais avec tes premiers albums ?

Je suis toujours en laisse là tout de suite. Ce n’est pas… Le manque de contrôle que j’ai était calculé avec Transcendence, c’est avec des amis, c’est avec des gens en qui j’ai confiance, c’est avec des gens qui me font confiance. Ce n’est pas un truc hasardeux. C’est plus une réorganisation des mêmes parties de quelque chose que tu connais implicitement. Donc le genre de renoncement au contrôle que j’ai eu, c’en n’était pas un qui était effrayant, c’en était plus un qui était stimulant intellectuellement parce que c’est de l’apprentissage, c’est le fait d’étendre tes capacité à faire ce que tu fais, c’est ardu de la même façon que faire de l’exercice est ardu. Mais je pense que, pour ce qui est du lâcher prise que j’ai eu par le passé sur le contrôle, c’était par exemple Alien ou Infinity, ce sont les genres de choses dont je suis encore en train d’intégrer les leçons. Et je pense qu’il y a une limite vraiment ténue entre lâcher prise et lâcher prise d’une manière qui va entraver ta progression en tant que personne. Et les façons dont, à l’avenir, j’ai le sentiment que je pourrais lâcher prise, genre vraiment lâcher prise, pas un lâcher prise à la Transcendence, va renforcer mon essence et les intentions de ma propre personne, et ceci requiert un type d’analyse et d’introspection qui est totalement séparé de tout ce qui est créatif. Ce n’est que de l’insécurité, au bout du compte, et le fait d’apprendre pourquoi tu fais les choses, quelles sont tes motivations pour ça. Et je pense qu’une fois que j’aurais au moins ça sous contrôle, et on en est proche, alors je pourrais à nouveau laisser aller et ne pas forcément avoir peur des répercussions, parce que ça viendra d’un endroit où j’ai de l’autorité plutôt que d’ouvrir complètement les vannes.

Devin Townsend Project 2016

« La spiritualité m’embrouille à cause de la manière dont c’est vendu et emballé, mais ce que vraiment je crois, c’est que je suis capable de capituler face au fait que je ne sais rien. […] Il y a une certaine beauté dans une profonde ignorance [petits rires] à laquelle je voulais que les chansons fassent écho. »

Qu’est-ce que ça a changé selon toi pour la musique de Transcendence ? En quoi en a-t-elle bénéficié ?

La musique est presque sacrificielle, d’une certaine façon, dans le sens que ce n’est qu’un paquet de chansons. Je compose constamment, donc j’ai choisi parmi les cinquante chansons que j’ai écrites au cours des quelques dernières années celles qui bénéficieraient de l’expérience créative, et j’ai présenté toutes ces chansons au groupe et ensuite nous les avons passées en revue et celles avec lesquelles nous avons accroché sont celles qui se sont retrouvées sur l’album et sur lesquelles nous avons travaillé. Mais au bout du compte, la musique n’a pas tellement d’importance sur Transcendence. Autant je trouve que ce sont des trucs cool, que j’aime et qui est dans l’esprit de ce que je fais, c’est très bien pensé et le niveau de soin et d’attention que nous avons mis dans toutes les parties est significatif, autant ça aurait pu être n’importe quelles chansons parmi les cinquante, vraiment. C’est plus une question de pourquoi nous le faisions, de ce qu’il y avait à y apprendre. De bien des façons, les chansons n’étaient que des morceaux d’argile.

Est-ce que ce processus a également inspiré les paroles ?

Oh, ouais, énormément ! Quelqu’un m’a posé la question sur les paroles l’autre jour et ma pensée à ce sujet était que je ne suis pas poète. J’essaie simplement de chanter et crier juste, parler juste [petits rires], tu vois. Donc où que je sois d’un point de vue créatif, ce sera représenté par les paroles et la musique ; chaque aspect de toute cette aventure en fera partie. Ainsi, pour chaque album, les paroles ne sont qu’une réaction automatique à ce qui se passe, quoi que ce soit.

Est-ce que tu l’as appelé Transcendence parce que tu as eu l’impression de te transcender toi-même ?

Je ne pense pas que je me transcende dans un sens littéral mais je pense qu’on aurait pu l’appeler Get Over Yourself (NDT : Oublie-toi), mais ça n’a pas l’air aussi bien sur la pochette [rires]. Donc, en ce sens, « oublie-toi », je veux dire que ça va un peu vers ça, et je pense que c’est un bon début.

Il y a beaucoup de positivité dans cet album, une positivité même presque religieuse, avec des chansons comme « Higher » ou « Offer Your Light », ce qui va bien avec les connotations spirituelles de l’illustration. Vois-tu une part de spiritualité dans cet album ou son processus ?

En un sens oui mais pas dans le sens religieux, pas dans un vrai sens spirituel. L’illustration, des gens m’ont questionné à ce propos, genre : « Pourquoi as-tu de l’imagerie chrétienne, de l’imagerie bouddhiste et Baphomet et toutes images spirituelles désespérées en un seul et même endroit ? Qu’es-tu en train de dire à propos de la religion et de la spiritualité en général ? » Tout d’abord, l’illustration a été faite par quelqu’un qui avait une interprétation de ceci indéniablement différente de la mienne, mais ce que j’en ai retiré, c’est que je ne sais rien ! La religion m’embrouille. La spiritualité m’embrouille à cause de la manière dont c’est vendu et emballé, mais ce que vraiment je crois, c’est que je suis capable de capituler face au fait que je ne sais rien. Et d’une certaine façon, il y a une certaine beauté dans une profonde ignorance [petits rires] à laquelle je voulais que les chansons fassent écho. Et je pense que c’est une déclaration importante pour moi à faire, qui est que, peu importe qu’il y ait véritablement ou pas quelque chose, peu importe si c’est ou pas réel ou une illusion ou un rêve divin ou les lois binaires d’une grande partie de ces religions, peu importe ce que c’est, le fait que je ne sais pas, ça ne me pose pas de problème, et le fait qu’à travers cette ignorance, je choisisse de dire des choses positives est, au final, quelque chose pour laquelle ça vaut le coup d’être content.

C’est important pour toi, aujourd’hui, de dire des choses positives ? Car un album comme Epicloud était également très positif…

Ouais. Bon, je veux dire, mec, de bien des façons, le monde est dans un état merdique ! Donc, je ne sais pas, je suis content d’être un musicien et on dirait que, si j’ai l’occasion de faire de la musique à notre époque, je préfère contribuer avec quelque chose d’utile, plutôt que « oh, c’est des conneries, regarde-le brûler. » Tu vois ce que je veux dire ? Il y a suffisamment de ce genre de choses autour de nous, mec. On n’a pas besoin que je rajoute de l’huile sur le feu. Je préfère apporter un peu d’eau.

C’est intéressant parce que de nombreux groupes de metal aujourd’hui, au contraire, ont tendance à utiliser cette négativité qu’on voit dans le monde pour faire de la musique.

Eh bien, je veux dire que je comprends pourquoi ils mettent de la négativité dans la musique. Je l’ai moi-même fait. Mais ça ne… Je veux dire que, personnellement, je ne veux pas entendre ces conneries tout de suite [petits rires]. Tu vois ce que je veux dire ? Chaque fois que je regarde les infos, chaque fois que j’entends quelque chose, c’est apocalyptique, c’est sombre, c’est de la haine et tout ça, n’est-ce pas ? Je saisi, ce n’est pas comme si j’étais naïf face à ça mais si j’ai l’opportunité de dire quelque chose, alors peut-être que ça vaut le coup de ne pas rajouter une couche sur ce brasier, n’est-ce pas ?

Devin Townsend Project 2016

« Tu dois vraiment analyser parce qu’il est très facile de se duper en pensant que c’est quelque chose que tu veux dire alors que c’est peut-être juste ton égo. »

Tu as toujours autoproduit tes albums. Du coup, est-ce parce que tu as voulu lâcher un peu le contrôle que tu as choisi de travailler cette fois avec le producteur Adam ‘Nolly’ Getgood ?

Eh bien, je l’ai quand même produit, il a joué le rôle d’ingénieur et il l’a mixé. Je m’entends bien avec lui et nous avons tourné ensemble lorsqu’il était dans Periphery. Tu sais, c’est bien d’avoir une relation personnelle saine. Mais il est aussi bien plus jeune que moi et ses oreilles n’ont pas été défoncées [rires]. Il y a donc un aspect à sa capacité à simplement entendre qui m’aide presque à ne pas stresser à propos de ce genre de choses. Et à mesure que tu vieillis et plus mon audition subit de dégâts, c’est, encore une fois, une de ces choses qui semblent évidentes. Tu dois admettre ce que tu fais bien par rapport à ce que tu ne fais pas bien.

L’album s’ouvre sur une version retravaillée de la chanson « Truth » issue de l’album Infinity. Sur Epicloud, tu avais aussi refait « Kingdom », en partie parce que tu t’étais rendu compte que cette chanson pouvait avoir un autre sens. Du coup, est-ce aussi parce que tu as trouvé un nouveau sens à « Truth » que tu l’as refaite et même ouvert l’album avec, tout comme elle ouvrait Infinity, même si ces deux albums sont évidemment très différents ?

Tu sais, il n’y a jamais rien de ce que j’ai fait qui est comme il faut. Et ça ne sera jamais le cas. Je ne suis jamais contre faire des prises de positions affinées au fil du temps. Je veux que ce soit le meilleur possible, et même lorsque j’ai fait « Truth » à l’époque, je me souviens penser « bon, celle-ci n’est pas… » Je n’avais pas vraiment réussi à la faire comme je voulais. Et parce que cette chanson était très importante pour moi, j’ai pensé qu’il était important d’essayer à nouveau, et au final, je savais que je le ferais. Et cette opportunité que m’offrait le thème et tout ce que ça impliquait étaient tels que ça semblait être le bon moment pour le faire.

Tu as une reprise de la chanson de Ween « Transdermal Celebration ». Ce n’est pas la première fois que tu enregistres une reprise mais c’est la toute première fois que tu en mets une dans la tracklist normale d’un album. Qu’est-ce qui a motivé ceci, lorsque tu avais déjà tant de musiques pour l’album à ta disposition ?

C’est plusieurs choses. L’une d’entre elles est qu’en raison de la nature de l’album et l’aspect collaboratif derrière la tentative de travailler avec les gars, c’était une chanson dans laquelle nous avions un intérêt mutuel depuis des années. C’était donc quelque chose qui semblait représentatif d’un intérêt commun et, je pense, d’un autre côté, ça semblait souligner l’idée de lâcher prise en termes de contrôle en terminant l’album avec quelque chose qui n’était pas à moi. Ca paraissait être une conclusion appropriée à ce processus.

Anneke Van Giersbergen, Ché Aimee Dorval et Katrina, toutes les trois, avec qui tu as déjà travaillé par le passé, apparaissent sur l’album. Pourquoi les avoir voulues sur l’album, alors qu’elles n’ont pas un rôle prédominant cette fois ?

Lorsque je fais quoi que ce soit lié à DTP, Anneke est assurément celle que j’appelle, simplement parce qu’elle est celle qui est là depuis le début et elle est mon option lorsque j’ai quelque chose à faire faire. Et les deux autres chanteuses, je les ai uniquement parce qu’Anneke est partie en tournée et qu’il y avait des parties qui restaient encore à faire. Donc j’ai fait appel à elles pour finir. Mais j’aimais aussi l’idée que les trois chanteuses qui ont été impliquées dans DTP sont impliquées dans cet album en particulier, ça semblait boucler la boucle.

Du coup, pourquoi ne pas avoir également fait appel à Dominique Lenore Persi qui était sur Z² ?

Je l’aurais fait si elle n’avait pas été bannie sur la planète où se trouve Ziltoid ! Donc ils sont occupés… C’est plutôt une bonne excuse, n’est-ce pas ? [Rires]

Il y a par moments un côté épique cinématographique dans ces chansons sur Transcendence. Et je sais que Z² était un genre de BO pour un film que tu avais en tête. Est-ce que ça signifie que tu es de plus en plus inspiré par les films ?

Non, je ne suis pas inspiré par les films. En fait, les films ne m’intéressent pas tellement, mais les musiques de film ont un sens pour moi, et peut-être est-ce simplement parce que je suis plus porté sur l’écoute que le visionnage. Mais je pense que c’est une histoire… Je suis inspiré par les histoires… Tu sais, les gens me questionnent sur les films et simplement, je… Ce n’est pas que je ne m’y intéresse pas mais j’ai un intérêt bien moindre pour ça que nombre de mes amis.

Tu as déclaré : « Ma mise à l’épreuve pour savoir si oui ou non une chanson ou un album fonctionne, c’est ma réaction viscérale. Si j’y réagis, alors c’est bon pour moi. Cette réaction peut-être de la répulsion, ça peut me faire pleurer, ça peut m’irriter, je pourrais l’adorer, c’est plus ou moins la même chose. Tant que je suis affecté par la chanson, alors je sais que j’ai quelque chose de bien. » As-tu déjà sorti sur un album une chanson que tu trouvais répulsive ?

Oh, bien sûr ! Absolument ! « Info Dump » sur Alien, mais c’était répulsif d’une façon qui était très importante pour moi. « Love Load » je pense en était une autre, issue d’un EP il y a des années. Il y a une chanson que j’ai écrite pour Transcendence qui était répulsive pour moi et, en fait, je ne l’ai pas utilisée parce que je ne voulais pas qu’elle sorte. Mais je veux dire, bien sûr, absolument. Et c’est l’intention qui a rendu ces chansons répulsives. Je pense que si ton intention vient de… Tu dois vraiment analyser parce qu’il est très facile de se duper en pensant que c’est quelque chose que tu veux dire alors que c’est peut-être juste ton égo.

Interview réalisée par téléphone le 11 août 2016 par Nicolas Gricourt.
Retranscription et traduction : Nicolas Gricourt.
Photos : Tom Hawkins (1 & 4) & Rebecca Blissett (2 & 5).

Site officiel de Devin Townsend : www.devintownsend.com

Acheter l’album Transcendence.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3