ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Devin Townsend : du réveil au rêve


La Saint-Valentin est suffisamment loin derrière, vous allez donc pouvoir arrêter de faire semblant de ne pas être romantique et de n’en avoir rien à faire de cette pseudo-fête de l’amour où, soudain, tout le monde se rend compte qu’il devrait être adorable un jour par an, et donc reprendre vos activités normales de lovers et vos passions de midinettes fleurs bleues.

C’est d’ailleurs à cette seconde catégorie que s’adresse principalement cet article : à toutes ces princesses qui rêvent qu’on leur chante une sérénade sous le clair de lune, qu’un beau barde à la crinière blond doré, au sourire éclatant et au menton fier fasse couler de sous ses doigts et sous votre fenêtre quelques arpèges enchanteurs…

Bon, désolé, ma p’tite dame mais là on a seulement Devin Townsend sous la main. Comment ça : il n’éveille aucun fantasme en vous ? Pourtant regardez la courbe parfaite de ce crâne lisse, cet œil vif et… myope, oui, peut-être. Oui, c’est vrai aussi qu’il entretient une relation assez étrange avec un extraterrestre en peluche et carbure un peu trop au café. Mais de ses mains habiles il fait sortir d’enchanteresses mélodies. Alors, imaginez-le, assis au bord de votre lit, au réveil, il vous dit « bonjour » et vous joue ceci…

… Puis il vous dit : « J’ai intitulé ça : ‘Ode à un parking’. » Et là, vous en êtes sure, l’ami Devin, c’est pas l’archétype du Prince Charmant. D’autant plus que ça n’a pas loupé : le gobelet de café n’était pas bien loin ; qu’il sirote bruyamment en plus ! Mais, malgré cela, vous avez trouvé cela joli et vous voudriez bien savoir d’où vient cette musique, si elle apparaîtra sur un de ses prochains albums qu’il prépare, le Ghost 2 ou Casualties Of Cool (probablement pas Ziltoïd 2 s’il est dans la lignée du premier). Mais vous ne le saurez pas. Pas tout de suite en tout cas car vous êtes en train de poser la question à votre écran d’ordinateur et vous avez l’air d’une cinglée.

Et du coup, vous vous sentez plus proche de cet artiste un brin excentrique et vous trouvez que « Ode To A Parking Lot » c’est un très beau titre, un côté poésie urbaine. Et soudain vous vous mettez à rêver que chaque matin, Devin Townsend vient à vous, chevauchant un éléphocéros blanc, les sourcils aux vents, grattant son instrument et que, indolemment, il improvise quelques mesures qu’il baptisera « Hymne à un Château d’Eau », « La Ritournelle du Pot d’Échappement » et ensuite il sera temps de prendre vos petites pilules roses avant d’aller voir le docteur mademoiselle…



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Helloween @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3