ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Devin Townsend : pourquoi faire simple ?


Il ne semble décidément n’y avoir aucune limite aux frasques de Devin Townsend. Rien sur cette Terre ne semble pouvoir retenir le musicien qui, jour après jour, s’impose comme l’OVNI de la sphère metal le plus respecté. Ça déborde, ça dégouline de partout. Le génie de Townsend s’incruste dans tout ce qu’il touche. Fait constaté en 2011 déjà avec ces quatre dates londoniennes où le Devin Townsend Project interpréta l’intégralité des albums Ki, Addicted, Deconstruction et Ghost (lives retranscrits dans le coffret « By A Thread – Live in London 2011 »). Puis en octobre 2012, encore à Londres, pour son Retinal Circus, annoncé comme « le plus ultime spectacle de Devin jamais vu», « le point culminant de toute [sa] carrière… ».

Mais Devin était de retour en terre anglaise le 3 mai dernier avec, une fois encore, Anneke Van Giersbergen dans ses bagages (ce qui n’est pas très sympa, on peut trouver mieux pour faire voyager la chanteuse). Un retour à Londres à l’O2 Academy Brixton pour un show qui, comme toujours avec cet artiste, ne se ferait pas sans fantaisie. Car, même si on n’offre pas encore au Canadien de se produire dans des stades pour y étendre tout son univers, où qu’il soit, il sait offrir à son public des spectacles de grande qualité. Et donc, après avoir placé la barre si haut lors de ses deux derniers passages (l’artiste reconnaît lui-même avoir atteint un stade déterminant qui pourrait, à l’avenir, rendre « fade » ses autres prestations), on aurait pu croire qu’il se contenterait de faire simple. Mais non : pour son retour en « Grace », il s’offre tout de même toute une chorale pour une interprétation poignante et captivante (on n’en doutait pas) de ce titre issu d’Epicloud.

Ça se sent même via une vidéo amateur filmée depuis le public :

Et pour un artiste qui comme lui, vit seulement (sans faire fortune) de sa musique, de telles extravagances – répétées et renouvelées – démontrent toute la passion qu’il accorde à ses projets, et qui, liée à une absolue liberté, sans nulle prétention, fait clairement de Devin Townsend le sourire du metal moderne.

Et en plus, il avait fait faire des T-shirts spéciaux pour les choristes… Faire simple ? Pour quoi faire ?!

Source photos : page Facebook officielle de Devin Townsend



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3