ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

DEW SCENTED AU MARCHE GARE DE LYON


Artistes : Dew ScentedSevere Torture Destinity In Arkadia
Lieu : Lyon (France)
Salle : Double 6
Date : 14-02-2008
Public : 150 personnes environ

Le 14 février c’était la St Valentin…mais c’était surtout soirée thrash/death au double 6 ! Les allemands de Dew Scented, accompagné des groupes Severe Torture et Destinity, venaient nous prouver leur amour pour le métal « in your face ».


In Arkadia

Ce sont les locaux d’In Arkadia qui ouvrent le bal. Ils jouent un trash certes efficace mais un peu trop classique. Avec, par instants, la voix du chanteur qui rappelle celle de Loudblast. Mais arrêtons la comparaison ici car il manque encore quelques heures de vol au groupe pour accéder à la division supérieure. Et c’est à celle-là qu’appartiennent les groupes qui vont investir la scène pour le reste de la soirée.


Mick de Destinity

A vu d’?il, en regardant les T-shirts, et surtout en tendant l’oreille pour écouter les commentaires ici ou là, le public s’est déplacé pour le chouchou du coin : Destinity. Et le groupe lyonnais leur rend bien. Le combo est heureux de jouer ce concert à domicile pour une tournée que Mick a lui-même monté en faisant appel à Dew Scented et Severe Torture. C’est une sacrée récompense de voir l’audience montrer autant d’enthousiasme au groupe qui présente les morceaux de son dernier album « The inside ». Mick a une voix un peu cramée après deux semaines de tournée non-stop, sans aucun jour de repos, et ça se ressent. Peut-être aussi est-il sous-mixé et on aura du mal à l’entendre parmi le reste des musiciens. Derrière lui, ça balance du gros ! Tout est en place, avec les samples distillés ici ou là pour enrichir le death mélodique du groupe. Et comme si ça ne suffisait pas, les Destinity nous livrent une reprise efficace d’Amon Amarth comme pour nous prouver leur amour pour le métal suédois.


Severe Torture

Ensuite, ce sont les sympathiques Néerlandais de Severe Torture qui débarquent sur scène et, musicalement, ça monte d’un cran. Le groupe est très carré, les guitares envoient la purée, à l’instar de la basse et de la batterie. Il n’y a plus de problèmes pour entendre le chant. Dennis est un petit gaillard chauve et tout maigrelet, mais avec sa voix bien grasse il tient fort bien sa place. Il en profitera aussi pour remercier Micka, l’ingé son, qui fait un sacré boulot pour sonoriser la salle et maintenir la table de mixage hors de danger des assauts du pit. Le chanteur s’essaye aussi à des interventions dans la langue des french lover. La plus belle déclaration d’amour revenant sans conteste au bassiste ! De la poésie brutal death avec un contenu qui fera rire les uns et choquera les autres (surtout les demoiselles !). Les morceaux continuent de s’enchaîner sans failles et de manière ultra efficace pendant tout le set.


Dew Scented

Puis arrive enfin le quatrième groupe de la soirée. Dew Scented vient achever le public déjà un peu moins nombreux. Faute au dernier métro ou au succès de Destinity ? Peu importe. Quoi qu’il arrive Dew Scented balance son trash death. Et ce quelque soit les conditions. La scène est réduite et ça bastonne de tous les côtés. Les 2 guitaristes, à chaque extrémité de la scène, balancent riffs et soli enflammés. Le bassiste, quant à lui, en remet une couche et tout le monde headbangue frénétiquement au son de la musique. Leif, comme Mick, a une voix un peu fatiguée. Mais ça ne l’empêche pas de hurler sur les hymnes du groupe piochés principalement dans les quatre derniers albums. Leif maîtrise bien le français et fait des petites interventions dans la langue de Molière pour se mettre le public dans la poche. Et que dire du batteur ?! C’est Uwe Werning qui joue ce soir pour le bonheur du groupe qui voit le retour de son batteur originel avec sa frappe de l’éclair.

Et ce soir, c’est l’Allemagne dans toute sa rigueur qui bastonne, façon blitzkrieg, des rafales de notes à la face du public français.

Minuit trente, l’armistice sonne. C’est l’heure faire le bilan. Aucun mort, pas de blessés. Juste une bonne grosse réunion de poilus dans une atmosphère bien humide. Merci encore à Mick pour avoir fait venir tous ces groupes au Double 6.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3