ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Disturbed – Evolution


Disturbed sait faire parler de lui, via une communication bien huilée qui sied à son statut de groupe phare de la scène metal moderne. D’autant plus lorsque la formation annonce un changement d’orientation musicale motivé par le succès de la reprise « The Sound Of Silence ». Le groupe a emmagasiné suffisamment de confiance pour se permettre de sortir des sentiers battus, afin de proposer ce qui, pour lui, devrait s’apparenter à son « Black Album », en terme de reconnaissance et d’ouverture à de nouveaux horizons musicaux. Le groupe de Chicago a donc nommé son septième album à propos, Evolution. L’entreprise est délicate, car il s’agit d’entériner définitivement la notoriété de Disturbed, tout en se permettant des écarts. En réalité, Evolution n’est pas aussi « radical » qu’il n’y paraît.

Premièrement, Evolution se repose sur des acquis tels que la production à nouveau assumée par Kevin Churko, déjà à l’œuvre sur Immortalized (2015) (seule la participation du bassiste John Moyer à l’enregistrement dérive de la formule précédente). Le son de Disturbed a toujours ce côté « industriel » avec cette batterie très mat et ses guitares à la distorsion froide. De ce point de vue, le travail de Kevin Churko est clinique. La voix de David Draiman a tout l’espace dont elle a besoin pour s’exprimer (peut-être même trop). L’opus s’ouvre sur « Are You Ready ? », chanson composée en 2004 d’un classicisme certain. Disturbed use de riffs syncopés, d’arrangements électroniques et de la présence de Draiman pour forger un refrain qui se veut accrocheur et explicite avec pour seul dessein de faire scander des « Are You Ready ? ». « No More » obéit à la même logique, si ce n’est avec un shuffle sautillant à la batterie : Disturbed parle d’évolution, pas de transformation. Rythmes accessibles, refrains mélodiques à la frontière de la grandiloquence : le groupe étale son savoir-faire en satisfaisant l’habitude, pas la curiosité. On retiendra tout de même un chant plus varié de la part de Draiman, qui a l’audace et la polyvalence nécessaires pour tantôt frôler le registre d’un chanteur de heavy metal et se muer ensuite en crooner sur des ballades telles que « Hold On To Memories », « Already Gone » et « Uninvited Guest ». Effectivement, si « The Sound Of Silence » vous a mené à la découverte de Disturbed, Evolution saura vous ravir.

C’est ce tournant plus acoustique qui est la véritable nouvelle orientation musicale du groupe, désormais plus enclin à recourir à des arrangements folks tels que ceux de « Watch You Burn ». Une vraie-fausse ballade qui parvient, malgré les guitares acoustiques, à insuffler de l’énergie dans le refrain et nous gratifie même de touches orchestrales lors du pont instrumental, grâce à l’intégration de cordes (un peu rigides, tout de même). Disturbed évoque avec Evolution ses influences plus rock, de The Eagles à Toto. En somme, Evolution est un album à deux visages : le Disturbed classique et le Disturbed à fleur de peau. En réalité, aucun des deux aspects ne propose de vraie fulgurance. Lorsque Disturbed manifeste son agressivité, il parvient toujours à faire étalage d’une sorte de goût douteux pour des arrangements électroniques datés. L’exubérance constante de David Draiman peut même finir par irriter. Ce dernier ne peut être attaqué sur ses talents immenses et indéniables de chanteur, c’est l’interprétation qui pêche par un certain sur-jeu. « Hold On To Memories » devient une parodie de ballade dégoulinante, ce que la mielleuse « Uninvited Guest » en bonus ne corrigera pas, on lui préférera les accents progressifs et folks un poil plus subtils d’ « Aldready Gone » ou la singularité rafraîchissante de « Watch You Burn ». Evolution est certes plus éclectique, ce que les dires du groupe prévoyaient. Il a toutefois une constante, hérité de ses deux derniers albums : un manque manifeste d’inspiration supplantée par des formules, à peu de choses près, usées et formatées ; un comble pour un groupe qui ambitionnait d’innover.

Les aficionados de Disturbed auront assez de titres classiques pour accepter la phase « douceur » du groupe qu’Evolution cherche à afficher. La voix de Draiman a toujours son cachet malgré l’absence de subtilité dans ses intentions et quelques plans ou thèmes, certes souvent déjà entendus, accrochent malgré tout. Seulement, Evolution en vient à parodier toutes les émotions qu’il cherche à véhiculer. On en vient à se demander si le succès de cette reprise de « The Sound Of Silence » n’est pas davantage lié à un excellent songwriting de la part de Simon And Garfunkel qu’à l’interprétation de Disturbed… Le groupe parviendra toujours à conquérir les foules (ce qu’il a déjà fait), car les musiciens sont doués et que leur catalogue est suffisamment qualitatif. Quoi qu’il en soit, Evolution oscille entre le tiède et le sur-joué.

Clip vidéo de la chanson « A Reason To Fight » :

Clip vidéo de la chanson « Are You Ready » :

Album Evolution, sortie le 19 octobre 2018 via Warner. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mainstage 1 @ Hellfest - jour 3
    Slider
  • 1/3