ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Dragonforce – Maximum Overload


Pas de repos pour les « Guitar Heros ». Désormais harnaché d’un nouveau label, d’un nouveau producteur extérieur au groupe – une première en six albums – Dragonforce a remis les choses à plat après un The Power Within en 2012 de transition, accueillant son nouveau chanteur Marc Hudson suite au départ en 2011 de Zachary Paul Theart. Pour autant, Maximum Overload, le titre, résume bien le fait que le groupe n’a pas abandonné son affinité pour l’excès.

Si cet opus est le deuxième consécutif du chanteur, il s’agit en revanche du premier à introduire un invité de luxe, en l’occurrence Matt Heafy, frontman de Trivium, qui pose sa voix sur « The Game », « No More » et « Defenders ». Tantôt en voix saturée, tantôt en soutien dans les chœurs, il apporte surtout une couleur discrète. Plus innovant encore, les Dragons s’adonnent même à l’art de la reprise et mènent tambour battant « Ring Of Fire », le grand hit country de Johnny Cash, tout droit vers une autre dimension à mille lieux de l’originale. Autant dire que ce sixième opus s’annonce singulier, au moins sur le papier, d’autant qu’il sera l’ultime effort dans le combo anglais du batteur Dave Mackintosh, parti de son propre chef une fois l’enregistrement bouclé pour se consacrer à un projet personnel de rock progressif. Mais surtout, cet opus semble marquer une implication toujours plus croissante du bassiste français – multi instrumentiste par ailleurs – Frédéric Leclercq dans la composition.

Quoi qu’il en soit, Dragonforce excelle toujours dans ce power metal rapide jonché de marathons mélodiques, d’effets et d’arrangements modernes. Aucune inquiétude à avoir pour les fanas du combo : les leads sont plus épileptiques que jamais et les pointes de vitesse fulgurantes vous tiennent en apnée. Tout au plus, il est à noter une grande tempérance dans les ambiances, alternant les mid-tempos et cavalcades épiques, incrustant même quelques passages plus légers et aériens. Un choix payant qui permet d’entretenir une variété et des respirations salvatrices le long du disque. Assurément un signe de la maturité acquise. Sans compter quelques parties dont l’intention touche parfois au thrashy (le côté crossover des couplets de « Defenders »). Plus à son avantage qu’elle ne le fut il y a deux ans, la voix de Marc Hudson renvoie désormais plus de puissance et d’émotion, avec malgré tout quelques pics exagérément aigus qui ne manqueront pas d’irriter mais cadrant parfaitement avec le caractère « over the top » et même parfois un peu kitsch entretenu par la formation.

Avec des lignes de guitares généreuses relevant tant de la musicologie que de la géométrie – en témoignent des titres comme « Symphony Of The Night » qui accroche dès son clavecin en ouverture, puis ses puissants riffs criants, « The Sun Is Dead » pièce maîtresse plutôt relâchée à la progression déconcertante ou encore « Extraction Zone » ponctué d’originalités, comme ce pont inattendu et étonnant aux effets de guitare amusants façon jeux vidéos rappelant Matthias IA Eklundh (Freak Kitchen) – chaque musicien y va de son petit exploit, y compris au sein de morceaux plus directs tels que les bouillonnants « The Game », « Tomorrow’s King » ou « Defenders ». Plus abouti que The Power Within, Maximum Overload démontre qu’il faudra encore compter sur Dragonforce pour enflammer les soirées Air Guitar entre amis. Par contre à proscrire aux allergiques, sous peine de provoquer des convulsions.

Regarder le clip de « The Game » :

Album Maximum Overload, sortie le 18 août 2014 chez EarMUSIC



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3