ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Dream Theater passe au rouge et se fait griller


Dream Theater n’en est pas à une coïncidence près. Utilisant la méthode de l’Inspiration Corner qui consiste à s’enfermer en studio avec une série de disques représentant les principales sources d’inspiration d’un futur album, le groupe a souvent été décrié pour avoir utilisé ses influences récentes de manière trop grossière et pas assez personnelle. « Never Enough » aurait très bien pu avoir été écrite par Muse, alors que « Repentance » aurait pu l’être par Opeth. Ce dont le groupe ne s’est d’ailleurs jamais caché, considérant probablement (à tort ou à raison, à vous de vous faire une opinion) que ce qui compte, c’est que la chanson soit bonne.

Puis il y a ces plans repris à l’identique concernant lesquels on se demande comment il est possible que les artistes originaux n’aient pas porté plainte.

Introduction de « Spirit Of Radio » de Rush :

Introduction de « Best Of Times » (juste après l’introduction acoustique) :

Michael Jackson – « Give In To Me » :

Dream Theater – « Endless Sacrifice » :

Kansas/Dream Theater :

Jusque là, ces coïncidences ne représentaient que des passages isolés et pouvaient faire office de coquille ou, dans le cas du titre « Octavarium » qui rend hommage à « Shine On You Crazy Diamond » de Pink Floyd, de clin d’œil volontaire. Cela dit, rien n’a été réellement éclairci à ce sujet.

Ce nouveau cas, qui vient de faire surface, va plus loin et est dénoncé par Mike Portnoy lui-même sur son forum. L’ancien batteur du groupe accuse ouvertement ses anciens collègues d’avoir repris à l’identique la structure d’un titre de Red pour écrire le morceau « Build Me Up, Break Me Down » de leur dernier album A Dramatic Turn Of Events : « Il y a une différence entre l’Inspiration Corner, le fait de copier un style et le fait de reproduire une chanson existante section par section ». A l’écoute des deux titres, la ressemblance est indiscutable jusque dans les moindres détails (l’introduction, le pont, le final orchestral…), et d’autant plus quand on sait que l’album de Red figure en tête du classement du guitariste John Petrucci des meilleurs albums de l’année 2011 (comme vous pouvez le voir dans l’image illustrant cet article).

Red – « Feed The Machine » :

Dream Theater – « Build Me Up, Break Me Down » :

Mike Portnoy n’a pas tort là-dessus, bien au contraire. Néanmoins, sa décision de dénoncer lui même ce « copier-coller » n’était peut-être pas la chose la plus pertinente à faire. Par le passé, Dream Theater n’ayant pas été des plus transparents sur les coïncidences suscitées, il est évident que certains internautes lui répliqueront quelque chose du genre : « T’es gonflé de dire ça ». Portnoy s’en défend en partant du principe que ce nouvel épisode est bien plus grave que les précédents, ce qui est loin d’être indiscutable. L’homme se heurtera forcément aux autres perceptions par rapport à la gravité des « emprunts » passés.

De plus, l’homme a beau le nier, il n’empêchera malheureusement jamais le public de penser qu’il reste aigre par rapport à sa situation. Surtout si, après avoir dit qu’il ne ferait aucun commentaire afin que ses propos ne soient pas déformés, il remet finalement de l’huile sur le feu, prétextant son éternelle franchise et se défendant ensuite on-ne-peut-plus maladroitement : « Je n’essaye pas de déclarer la guerre… Je suis très heureux de la tournure de ma vie et de ma carrière… Je fais juste un constat et je le poste sur mon forum comme je l’ai toujours fait et je le ferai toujours. Si quelqu’un d’autre veut faire du bruit autour de ça, c’est son choix… pas le mien ! ». On a connu un Mike Portnoy bien moins naïf.



Laisser un commentaire

  • Pour la chanson « Give it to me », ça m’est revenu aux oreilles assez récemment, après la mort de Jackson et quand tout le monde s’est mis à réécouter son oeuvre.
    Plus généralement, la polémique trouve ses sources dans l’inspiration corner, une inspiration qui est devenue au fil des années du plagia. Portnoy n’est pas innocent là-dedans.

    Dream Theater est aujourd’hui un groupe en manque d’inspiration. Beaucoup trop figé dans sa démarche. C’est une machine, avec une musique trop mécanique, et un saupoudrage d »émotion » complètement bidon.
    On peut les aimer pour ce côté « melting pot » musical, mais les originaux resteront toujours plus authentiques.

    Pour redevenir créatifs, je leur suggère d’intégrer un Dj qui ferait du sampling. C’est plus simple, et au moins ça devient évident dans la démarche artistique!

    [Reply]

  • Dream Theater est mon groupe préféré mais c’est vrai qu’ils se sont inspirés d’autres chansons, plus ou moins à l’identique. Pour continuer sur Endless Sacrifice, le refrain est un copier-coller des premières secondes de 5 Minutes Alone de Pantera. Quand on sait que Petrucci a eu une illumination à un concert de Pantera juste avant la sortie de Six Degrees Of Inner Turbulence… Muse est une grosse « influence pour le groupe, suffit d’écouter « Prophets Of War ». Et en parlant de coquille, allez écouter les premières notes de On The Back Of Angels et comparez avec Les Dessous Chics de Gainsbourg.

    [Reply]

  • screamingformetal dit :

    Que de fiel pour un bon album…
    Fallait pas partir Mike!!!
    Au fait, çà dépasse tellement le cadre de la musique que s’en est affligeant!!!

    [Reply]

  • Maître Capello dit :

    Je n’ai jamais aimé Dream Theater que j’ai toujours trouvé trop mièvre et sirupeux. Je ne suis pas trop surpris de voir qu’ils ont plagié des chansons d’autres artistes. Mais là n’est pas la véritable raison de mon commentaire. Si j’écris ce message, c’est surtout à propos de la chanson de Michael Jackson, Give in to Me. A la sortie de Dangerous, ma réaction à l’écoute de cette chanson, était: « c’est pompé sur Suicidal !!!! »
    Je vous invite tous à écouter How Will I Laugh Tomorrow de Suicidal Tendencies, et alors vous comprendrez peut-être ce que je veux dire. 😉

    [Reply]

  • Breizhwarrior dit :

    C’est vrai que les ressemblances sont là, mais de toute façon le dernier album m’a déçu. Je préfère garder l’image d’un groupe monumental avec leurs ancien albums, et leur ancien batteur. Par contre même si je suis fan de Portnoy, il est quand même gonflé de balancer ça.

    [Reply]

  • même style,riff pratiquement similaire mais la comparaison s’arrête la.On pourrais trouver des accords,sonorités et jeux identiques à la pelle depuis que le métal existe.Volontaire pour certain(des amateurs débutants),j’appelle plutôt ça l’influence d’un groupe sur un compositeur.je défends dream car leur dernier album est une renaissance.

    [Reply]

  • C’est très pertinent de le faire remarquer. Que ça vienne de Portnoy, là par contre, c’est un peu cracher dans la soupe 🙂

    [Reply]

  • Wow je suis choquée O__o, c’est vrai que c’est … ben du copier/coller. Je suis une fan incontestée de DT mais là jsuis un peu déçue :/

    [Reply]

    Outcry13

    Personne ne viendra contester ton statut de fan incontestable t’en fais pas ! 🙂
    Et puis DT et moi on est en procédure de divorce actuellement. Je suis même devenu triste à écouter WDADU, I&W, Awake, FII ou Metropolis Part 2 car le groupe n’a plus de superbe.

  • Arrow
    Arrow
    Dana Fuchs @ Massy
    Slider
  • 1/3