ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Du Front Line Assembly pur sucre dans notre lait


C’est avec Strasbourg et le lendemain à Lyon que Front Line Assembly a choisi de clôturer sa tournée européenne de promotion d’Improvised Electronic Device, son dernier album, sorti en 2010. Entamée en mai dans leur Canada natal, elle les a conduit jusque dans nos contrées, à la plus grande joie des die-hard-fans. Et c’est justement avec beaucoup de plaisir qu’un petit contingent de fans français était présent dans la petite salle de la Laiterie.

Il y aura décidément toujours un décalage entre l’ancien et le nouveau continent. Pas seulement dans les modes de vie ; on peut aisément le détecter. Il y a aussi la culture. Alors que Front Line Assembly, sur son continent originel, déplace les foules et fait parfois jeu égal avec Nine Inch Nails ou Ministry, en Europe, c’est toujours moins peuplé… Cependant, soyez-en sûr, la centaine de personnes qui les attendait, fébrilement, était totalement dévouée à leur cause.


Artiste : Front Line AssemblyDigital Factor
Date : 13 septembre 2011
Lieu : Strasbourg
Salle : La Laiterie

Digital Factor

La première partie est assurée par Digital Factor, groupe allemand d’electro assez minimaliste. Ils piochent dans pas mal de registres différents, allant de Project Pitchfork à Front 242, en passant par des éléments technoïdes assez osés. Le résultat en live est un peu décevant car globalement mou, même si les membres du groupe ont plaisir à jouer et le montrent. Leur enthousiasme n’est malheureusement pas si communicatif. Passons donc à la suite du programme…

Bill Leeb (Front Line Assembly)

Il y a une chose qui est fascinante avec Front Line Assembly : il s’agit d’une entité légendaire, novatrice, en perpétuel mouvement. Une entité qui a créé des précédents, dans l’histoire des musiques électronique, industrielle et du metal. Une navigation intuitive, une exploration minutieuse des confins de ces galaxies bien différentes mais diablement complémentaires. Une droiture et une honnêteté musicale sans faille, qui les conduit à sampler Pantera, The Prodigy ou Johann Strauss. Un état d’esprit qui soude durablement tous les électrons libres qui gravitent autour d’un seul homme : Wilhelm « Bill » Leeb. Michael Balch (ex-Ministry), Jed Simon (Strapping Young Lad), Rhys Fulber (homme de l’ombre de Fear Factory), tous ont été un morceau de ce rouleau compresseur canadien qu’est FLA, et tous y ont contribué activement. Les voir en live, c’est toujours un gage de qualité ; et le plaisir est toujours partagé.

La scène est exiguë ; la température est infernale. Massés autour de cette minuscule estrade blindée de machines couvertes par des treillis de camouflage, nous attendons dévotement. Les gladiateurs arrivent dans un épais brouillard. Samples, grosses nappes de synthé, lignes de basses à faire trembler les murs de l’honorable Laiterie : FLA est bien là. Et ce grand échalas fantomatique apparaît enfin. Bill Leeb, au style reconnaissable entre mille, entame sa partie de chant et les Canadiens mettent immédiatement le feu à la salle avec ‘Gun (Tactical Neural Implant)’. Puis ‘Circuitry’, devenu un des classiques du combo met tout le monde d’accord.

Lumière, alchimie, tronçonneuse…

Longtemps désavoué par son public traditionnel pour avoir utilisé les guitare et batterie sur scène, force est de constater combien cette alchimie maîtrisée est miraculeuse chez ce groupe. Jason Bazinet, à la batterie, connaît son sujet et imprime le rythme, pendant que son collègue assassin-guitariste joue de la tronçonneuse à six cordes. Impressionnant.

Le premier titre d’Improvised Electronic Device à trouver sa place entre brouillard, sueur et grésillements est ‘Angriff’, le second single de l’album. Du FLA pur sucre : piano, gros riffs, rythmique hypnotique et grosses basses. Le concert prend une tournure particulière à ce moment, et pour les rares qui n’avaient pas eu l’occasion d’écouter le récent opus du groupe, ce dernier est officiellement adoubé. Impeccable. Bill Leeb est habité par ses morceaux. Fait remarquable : sa voix est des plus naturelles ; à peine déformée. C’est surprenant, au départ, quand on a encore en tête le formidable Live Wired de 1997, mais très agréable.

Front Line Assembly

L’artillerie lourde est lancée et ne laisse pas de temps mort au public bien, bien chaud. ‘Resist’, ‘I.E.D.’, ‘Vigilante’ et ‘Plasticity’ sont enchaînés avec brio et une énergie incroyable. C’est aussi ça Front Line Assembly : pas une agression sonore, mais pas loin. ‘Prophecy’, grandiose ovni sonore issu de l’album Implode, surprend agréablement l’auditoire par sa touche organique incomparable. Son tempo lourd, des arrangements orchestraux et un refrain monumental saupoudré de riffs crasseux en font un vrai hit poisseux qui vous ferait vous prendre pour un passager du Nostromo d’Alien…

Voilà déjà une bonne heure que nos Canadiens mécaniques nous malmènent les tympans à grands coups de synthé. ‘Shifting Through The Lens’ offre une sorte de pause très agréable. Mais ce que nous ne savons pas à ce moment-là, c’est que, juste après, l’orage va commencer… ‘Millenium’ ! Dès les premières notes, les têtes se dressent, puis les bras. La pluie de riffs (panteriens !) s’abat sur la Laiterie et l’ouragan des claviers emporte tout sur son passage. Le grondement sourd des basses transporte littéralement l’esprit du public ; on pourrait presque sentir le mouvement des poils qui se dressent de plaisir sur ces notes ultra efficaces.

Comme un goût de science-fiction

Les rappels sont malheureusement déjà là, nous rappelant que les bonnes choses ont une fin… Mais nous serons gâtés, vraiment. L’exceptionnelle ‘Liquid Separation’, transcendé par une guitare à tomber par terre, achève d’endolorir les nuques. ‘Mindphaser’, magistrale, classique et tellement bonne. On se quitte sur un tonnerre d’applaudissements et de vivats à la gloire de l’electro moderne, dont la source, pour une heure et pas loin de trente minutes, a coulé à Strasbourg. Front Line Assembly, c’est comme le bon vin : il faut savoir en profiter et surtout, surtout ne pas regarder à la dépense ! Merci messieurs. Et même si nous ne sommes pas nombreux à vous accueillir, vous serez toujours les bienvenus dans nos contrées.

Setlist :

Gun 
Circuitry 
Angriff 
Resist 
I.E.D. 
Vigilante 
Plasticity 
Prophecy 
Shifting Through The Lens 
Millennium 

Rappels :
Liquid Separation 
Mindphaser 

Photos : Élodie Baron



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3