ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Blow Up Your Video   

Dwail offre la vérité dans toute son horreur


Nombreux sont les groupes qui, aujourd’hui encore, tentent de choquer leur public. Mais voilà, force est de constater qu’après des décennies d’outrages mis en scène, il est désormais très rare d’être vraiment marqué par un clip, aussi bien fichu soit-il. En effet, érodé par des dizaines de visionnages plus morbides et sanguinolents les uns que les autres, notre génération a bien du mal à se faire surprendre. Car, au fond, derrière l’hémoglobine et les rictus machiavéliques se cachent souvent la conscience que, même avec les meilleures mises en scène et réalisations du monde, ce n’est jamais que de la fiction, « pour de faux », quand il n’y a pas en plus un second degré latent ou un imaginaire caricatural qui mouillent le pétard à l’allumage.

Avec sa dernière réalisation, Dwail prend donc exactement le contre-pied de ces codes éculés, et nous offre une réalité des plus violentes, qui au-delà de choquer, pousse sérieusement à réfléchir.

Tiré du premier des deux prochains E.P intitulés The Human Concern (sortie le 3 juin chez la pépinière de talents Klonosphere), le morceau ‘District One’ est illustré par un tableau aussi rude que cru. Via un enchainement d’images d’archives historiques, Dwail confronte le spectateur aux facettes les plus sombres de l’Humanité, clairement plus effrayantes et bouleversantes que n’importe quelle mise en scène torturée car elles sont vraies. Tel Alex Delarge, l’emblématique timbré d’Orange Mécanique, le public se retrouve enchainé – car regarder ailleurs, c’est un peu nier la vérité -, jusqu’à la nausée, à ces images qui semblent lui rappeler sans cesse : « Plus Jamais ».

Au programme de cette séance diapos basse en couleur, nous retrouvons des fragments de l’Holocauste, une plombée de bombardements, des foules en détresse, et une flopée d’atrocités, le tout s’achevant par une série de froids suicides. Autant d’images qui, incrustées dans ce petit lecteur YouTube, semblent à la limite de l’irréel et nous arrachent très loin de la notion d’Humanisme. La destruction omniprésente nous rappelle à quel point l’Homme peut faire preuve d’ingéniosité et d’acharnement quand il s’agit d’annihiler ses semblables et d’utiliser la science à ses fins ; ou peut être poussé, par le désespoir, la folie idéologique ou mystique, à des actes extrêmes, sans autre issue que l’anéantissement de soi-même en tant qu’individu ou espèce.

A défaut de montrer une lueur d’espoir au fil de ces quatre minutes de face à face avec l’horreur, Dwail offre une musique enragée, possédée, et révulsée. A fleur de peau et sans concession, ce clip vous ramène les deux pieds sur terre et vous plonge la tête, comme dans un goguenot débordant d’eau brune, dans une réalité que l’on aurait trop tendance à oublier.

Déjà vu, diront les cyniques. Mais toujours marquant, même pour les plus réalistes.



Laisser un commentaire

  • tchatcha tcha dit :

    C’est vrai qu’à terme ça contribuera à banaliser ce qui est dénoncé.
    L’effet inverse souhaité, je pense…

    [Reply]

  • Hüt than hût dit :

    J’aimerais voir les paroles, car elles peuvent peut être justifier l’utilisation de ces images.
    Mais comme indiqué dans cette chronique, le but manifeste est de choquer et là je trouve que c’est un manque total de respect pour les victimes de ces périodes.
    Sous prétexte de dénoncer les horreurs dont l’humanité est capable, le groupe se permet d’utiliser maladroitement certaines images bien trop crues et lourdes de sens pour se permettre de se les approprier dans le but d’attirer l’attention et rentrer dans cette course à la surenchère du dégueulasse dont les gens (pas que les métalleux) sont friands.
    Si encore le groupe militait activement pour une cause quelconque, mais il suffit de regarder quelques interviews et leur actu pour se rendre compte qu’on a à faire à des toulousains qui ne doivent pas manquer de grand chose, en gros une bande de jeunes qui se fendent la gueule et pas vraiment engager sérieusement dans quoi que ce soit hormis leur musique.
    J’ai vraiment rien contre eux, mais présenté ce clip de la sorte est irrespectueux, immature et irresponsable…
    Le résultat obtenu est même l’inverse, ce coté « baclé » arrive à enlever de la gravité à ce qui est montré.
    Grosse faute de parcours…si on veut toujours aller plus loin en tout, il faut se dire que là, on a une limite qui nécessite beaucoup plus d’habileté et de travail pour pouvoir se permettre de la franchir.
    JSUIS PAS CONTENT!!!!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3