ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

EDGUY : ENTRETIEN AVEC TOBIAS SAMMET


Radio Metal : Comment se passe la tournée avec André Matos?

Tobias Sammet (chant) : C’est génial ! André est un ami depuis presque 10 ans. Il est très sympa, il a beaucoup de fans, et nous nous éclatons vraiment. L’atmosphère est très relax, tout le monde sur la tournée est super sympa et il y a une très bonne ambiance.

Edguy est à la base un combo de speed mélodique. On s’est moqué de ton groupe à cause de son côté optimiste, niais voire cucul. Comment vois-tu cette scène et son évolution?

C’est vraiment dur à dire ! Je ne sais vraiment pas comment nous étions considérés… Nous avons commencé comme un groupe de hard rock, et puis nous sommes devenus ce que les gens appellent un groupe de power métal mélodique… bien que je n’aime pas cette expression. Si vous dites de quelque chose que c’est du power métal, alors tous les autres genres de métal ne sont pas puissants ! Donc je ne comprends pas vraiment. Mais tu sais, nous avons toujours fait ce que nous voulions faire. Quelquefois nous avons le sentiment qu’il faut écrire des chansons plus rapides, et d’autres fois des chansons plus mid-tempo… Sur notre dernier album, ainsi que sur celui d’avant, nous avons écrit des titres que nous n’aurions pas fait de cette manière par le passé…Donc ça veut peut-être dire que nous avons maintenant des idées différentes.

Je pense également qu’il y a beaucoup de choses qui sont englobées dans ce que les gens appellent « le speed métal optimiste ». J’aime la musique optimiste parce que je vois pas d’intérêt à se plaindre, ça ne rend pas les choses meilleures. Donc je suis moi-même quelqu’un de positif et les gars du groupe aussi… Mais je pense que dans le speed métal européen, beaucoup de choses ont été dites. Alors il nous fallait essayer des choses différentes, ce qui ne veut pas dire que nous nous éloignons de ce style. Mais plutôt que quoi que nous souhaitions explorer, nous le faisons sans y penser à deux fois, sans se demander si c’est à la mode ou populaire. Je ne peux même pas te dire si, en ce moment, ce genre de musique est à la mode ou pas, car cela ne nous atteint pas. Tout ce qui est bon est bon, que ce soit un titre de Brian Adams ou un bon « Eagle Fly Free » de Helloween. Je ne fais pas réellement de différence.

Tous les albums de Edguy ont été différents depuis Mandrake – Tinnitus Sanctus est plus hard rock que Rocket Ride, mais c’est une bonne synthèse de ce qu’est Edguy. Es-tu d’accord avec ça? Etait-ce un effet voulu ou non?

Ce n’était pas réellement voulu, nous faisions ce que nous voulions faire, et je pense que cela résume notre passé et tout ce que nous avons pu faire jusque-là. C’est simplement l’étape suivante. Nous avons évolué en termes d’arrangements, de productions et de jeu. Je pense que si tu prends le titre « Pride Of Creation », nous le vendrons certainement comme « Arrows Fly » sur Theater Of Salvation, ou « Golden Dawn » sur Mandrake. Mais ce morceau nous a montré qu’il n’y avait aucune barrière, aucunes limites…Il commence comme une chanson de speed métal, il ressemble à du hard mais ensuite il part dans différentes directions. C’est ça qui est excitant. Certaines personnes ont du mal à nous cataloguer, et c’est pourquoi elles sont agacées ! Cet opus est juste un grand résumé de ce que nous avons fait et de nos nouvelles influences.



(Tobias) : « Je peux vous annoncer que le premier DVD live va sortir: il a été tourné en 2006 à Sao Paulo, Brésil. Et ce sera notre premier DVD de haute qualité. Ca nous a pris longtemps mais en tout cas ça valait le coup d’attendre ! Vous allez devoir le noter sur votre calendrier et surtout aller l’acheter…! »

Quelles seront les nouvelles étapes de cette évolution sur le prochain album?

Je ne sais pas ! Tout ce qui nous vient au moment d’écrire un nouvel album. Nous irons en studio et verrons bien ce qu’il en sort ! Tout ce que je peux t’assurer : c’est que ce ne sera pas un album de jazz, qu’il y aura des guitares lourdes…et de bonnes mélodies (rires)

Les concerts de Edguy sont toujours énormes, l’atmosphère sympa et plutôt cool. Vous semblez tous vous éclater sur scène, alors pourquoi n’avoir jamais sorti de DVD live?

Nous avons tourné quelques DVD jusqu’à maintenant, mais ça n’allait jamais et ça prenait toujours le mauvais chemin. Quelque chose faisait toujours tout foirer (rires) ! Nous avons fait près de 400 ou 500 concerts avec le groupe, et ce mois d’Avril, je peux vous annoncer que le premier DVD live va sortir: il a été tourné en 2006 à Sao Paulo, Brésil. Et ce sera notre premier DVD de haute qualité; ça nous a pris longtemps mais en tout cas ça valait le coup d’attendre… Vous allez devoir le noter sur votre calendrier et surtout aller l’acheter…!

Parlons maintenant d’Avantasia. Il y a des ressemblances étonnantes entre l’évolution d’Avantasia et celle d’Edguy. Edguy c’est du hard rock et maintenant Avantasia…c’est aussi du hard rock ! Comment composes-tu pour Avantasia? Est-ce que le processus est le même pour les deux groupes?

Je ne dirais pas que c’est plus hard rock…je dirais juste que les deux projets ont gagné en tempérament. Là nous osons… Je pense que lorsque nous avons commence nous voulions être sûrs d’avoir le style, un style en particulier. Je ne sais pas si nous voulions faire du heavy métal traditionnel à la Helloween, mais c’est exactement le style que nous avions. Alors que maintenant nous osons faire plus de choses. Peu importe les opinions des gens. Par le passé, si j’avais créé des chansons comme « Lost In Space » pour Avantasia, je l’aurais probablement aimé mais je n’aurais jamais osé la faire. Alors que, maintenant, j’ai assez de confiance en moi pour faire ce genre de choses. Avec Edguy c’est la même chose, c’est vraiment connecté à la manière dont nous évoluons en tant que personnes; nous avons simplement osé faire ce que nous souhaitions faire. Sans penser si les fans japonais allaient aimer ou non…enfin je peux juste espérer qu’ils aimeront (rires)

Beaucoup de gens ont dit qu’Avantasia c’est exactement la même chose qu’Edguy car il y a beaucoup de similitudes entre les groupes. On t’accuse de faire la même chose…

Quand nous avons créé Metal Opera part 1, si tu le compares à l’album Theatre Of Salvation, tu pourrais m’accuser de ceci. Mais c’est tout simplement lié au fait que je ne suis qu’une seule et même personne ! Je suis le compositeur principal et le chanteur principal des deux combos, donc c’est naturel. Cependant, avec Avantasia, il y a une différence majeure : c’est que dans tout ce que je peux composer, je ne suis pas obligé de faire attention à mon chant. Par exemple avec la chanson où figure Alice Cooper, vous avez plus de liberté et de champ d’action car vous pouvez vous dire à tout moment « qui correspondrait le mieux à ce titre? Et bien demandons à Alice Cooper ! » D’un autre côté, dès que j’ai une idée un peu bizarre, comme la chanson « Aren’t You A Little Pervert Too », je ne pourrais pas la mettre sur un album de Avantasia… mais je pourrais le faire avec celui d’Edguy ! Car nous pouvons faire tout ce que nous voulons, de toute manière les gens vont le détester (rires)

Sur l’album de Avantasia tu as été accusé d’être trop présent et comme certains invités ne sont là que pour une demi-chanson est-ce que ces derniers ont eu le sentiment d’être des faire-valoirs ?

Non je ne pense pas. Personne ne m’a rien dit…foutus invités : c’est ma fête bordel ! (grands rires)
Non mais sérieusement je ne pense pas. Jorn est un meilleur chanteur que moi, je lui ai donné de jolis espaces et il a su faire de notre disque un album encore meilleur. Sans Alice Cooper le disque n’aurait certainement pas été le même. J’ai toujours osé dire que sans Sascha Paeth (producteur renommé), le disque n’aurait jamais été enregistré.
Je ne me sens pas inférieur dans le fait d’admettre tout ceci, c’est juste un album conceptuel, un mix d’albums solos et d’autres projets. C’est un opéra rock et je chante le rôle principal. Le maître des jouets, et bien il n’y avait qu’une seule chanson. Alice, si tu vois cette interview, je voulais te remercier pour ce que tu as fait, mais je ne pouvais pas te faire chanter dans plus de chansons ! Je l’ai revu il y a quatre semaines et il ne semblait pas agacé par ça !

Comment s’est passé le dernier concert d’Avantasia à Wacken? J’imagine que tu as dû rêver de ce moment?

Oui ! Ca fait partie des moments magiques de ma carrière. Il n’y a pas beaucoup d’autres buts à atteindre après tout ça. C’est le plus gros festival de métal au monde. Officiellement il y avait 80 000 personnes mais selon la rumeur on atteignait presque les 120 000 personnes. De toute façon sur le moment je ne pouvais pas voir la différence ! De toute manière, d’aussi loin que je pouvais voir je ne voyais qu’un océan de mains. Je me rappelle que j’ai été impressionné, en pensant que j’étais une des têtes d’affiche du plus gros festival du monde avec mon projet secondaire ! Je n’aurais jamais pensé une telle chose possible !

Penses-tu que ce soit possible d’organiser un jour un concert d’Avantasia avec tous les invités et une vraie mise en scène comme une sorte de pièce de théâtre ?

Non, je ne pense pas. Il y a tellement de gens impliqués. Ce serait impossible de réunir toutes ces personnes sur scène. Comme Michael Kiske (c’est déjà assez difficile de le faire monter sur une scène métal) ou des gens comme Alice Cooper qui peuvent faire des tournées à guichets fermés avec leur propre groupe. Si un mec très riche venait et nous disait « voilà un milliard de dollars et vous pouvez payer tout le monde 20 millions pour faire le concert d’Avantasia en live » : je pense qu’à ce moment là ça pourrait être possible ! Mais pour le moment, non !

Dans le monde du metal, chaque fois que quelqu’un mentionne le métal opéra, on pense immédiatement à Avantasia mais également à Ayreon. As-tu quelque chose à dire sur Arjen Lucassen? Que penses-tu de son travail?

C’est un type sympa et excellent. Nous avons fait une chanson ensemble. Sa voix ressemble à celle d’Alice Cooper, ce qui est assez drôle. C’est également un vrai artiste et j’ai beaucoup de respect pour ça. C’était très drôle car l’album The Scarecrow et son dernier opus sont sortis en même temps. Et tout le monde a appelé cela le clash des titans. Même dans la presse, on nous demandait notre avis sur l’autre, et après quelques temps nous nous sommes mis à nous envoyer des fions par presse interposée ! Mais plutôt dans l’esprit de dire des conneries, de manière amicale. C’en est arrivé à un tel point que je me suis dit: ça va trop loin, on est vraiment partis trop loin dans les ordures, donc je lui ai envoyé un e-mail pour lui dire que j’avais beaucoup de respect pour ce qu’il faisait et que ce n’était pas mon intention première de dire des saloperies, que c’était devenu plus un jeu etc. Et là il m’a répondu en me disant que fallait y aller à fond, que c’était de la bonne presse. Et il m’a demandé en même temps si je voulais chanter sur son single. C’est très rare de nos jours de trouver des vrais artistes comme lui. Par ailleurs, aujourd’hui tout le monde sait comment lire un contrat et quoi faire pour vendre des disques…

Y-aurait-il une opportunité pour une collaboration plus poussée et plus ambitieuse avec Ayreon?

C’est un compositeur…je suis un compositeur…Je pense que nous sommes tous deux (long temps de réflexion) des mâles alpha (grands rires). Vois le comme ça…je ne sais pas si ça fonctionnerait. Nous avons déjà eu notre petite collaboration. Bon on ne sait jamais : il ne faut jamais dire jamais.

Edguy est un groupe qui vend bien, un groupe commercial. Selon toi pourquoi est-il si mal vu de bien gagner sa vie dans le monde du heavy metal?

Je ne sais pas…N’importe qui avec un boulot quotidien et routinier quitterait facilement son taf pour aller dans une autre boîte qui lui paierait 100 € de plus par mois. Mais si vous rejoignez un label qui vous offre 120 000 € en plus par mois…non je déconne (rires). Tout ce que j’ai jamais demandé c’est de pouvoir vivre grâce à ma musique. Je n’ai jamais compris le débat, parce que tout ceux qui jouent, enregistrent de la musique ou signent un contrat, tous ces gens-là veulent vendre le plus de disques possible. La question est simplement : jusqu’où iriez-vous pour vendre des disques ? Quelle est votre la limite ? Quelquefois les gens m’ont jugés car nous sortions des singles commerciaux. Ils appellent ça « commercial » car ils avaient du succès. Ce n’est pas ma faute ! Je pense que c’étaient de très bonnes chansons. Plein de gens me critiquaient et me montraient du doigt en disant que je vendais mon âme…NON, j’ai juste fait quelque chose que probablement vous n’aimez pas, ce qui ne me pose aucun soucis, mais si vous pouviez juste la FERMER ! (rires)

Tu as souvent parlé de ces groupes qui ont peur d’être vus comme commerciaux et qui n’évoluent pas parce qu’ils ont peur de perdre leurs fans…

Ce qui à mon avis est le comportement le plus commercial que vous pouvez adopter. C’est le pire, parce que vous jouez une musique que vous ne voulez pas jouer seulement parce que vous avez peur de perdre vos fans…

On dit aussi que tu joues beaucoup sur ton image de musicien riche qui a réussi sa vie !

Bien sûr ! Tout ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être exagéré ! J’adore jouer sur ces clichés ! Evidemment, je suis moins riche que Gene Simmons (rires) et je ne suis pas aussi court que Ronnie James Dio (grands rires) ! Peu importe, je me moque de tout donc bien sûr que j’adore ça. Parce que je sais que ça agace certaines personnes et c’est le meilleur moyen de se faire de la pub : faire chier le plus de gens possible (rires) !

Mille Petrozza fait une apparition sur un titre de Hell Fire Club, est-ce qu’il t’a demandé de faire un titre sur un album de Kreator?

Non, pas encore ! Il a probablement peur que ses fans détestent !

En l’espace d’un an, tu as changé de sexe et tu es mort. Pour ta famille, cela a du être une année très difficile ?!

Oui, ils ont perdu leur fille !

Blagues à part, quelles ont été les conséquences de cette rumeur sur ta mort?

J’ai été un peu surpris de l’apprendre de cette manière. Lire sur Blabbermouth (ndlr : célèbre site de news metal) ou sur un autre forum que j’étais mort…c’était surprenant. En fait j’ai été très surpris de voir comment les fans réagissaient aussi. Pas surpris qu’ils soient choqués, mais surpris du fait de leurs questions sur les circonstances etc. C’est à ce moment que j’ai realisé que je devais leur dire que j’étais en vie. Quelqu’un a du faire une blague, mais ça va, enfin c’était pas cool, mais ça va ! (rires gênés)

La question débile de l’interview: tu as donc changé de sexe et maintenant tu es une femme. Comment vois-tu la vie dorénavant et as-tu pensé à acheter des implants?

Non, je n’ai pas pensé à acheter des implants ! Comment je vois la vie ?! Ben j’ai vu ces photos du chanteur super mignon d’Edguy, mais je ne l’ai jamais rencontré…

Entretien réalisé le 20 février 2009 à Lyon
Traduction réalisée par Sandrine

MySpace Edguy : myspace.com/edguy



Laisser un commentaire

  • L’optimisme est une chose très importante lorsqu’on fait des choses. Si vous-mêmes vous ne croyez pas en ce que vous faites, alors qui d’autre y croira? Et je trouve que c’est mieux qu’un groupe sorte des album plutôt différents. Si les albums se ressemblent tous, quel est l’intérêt d’en sortir d’autres? Mais un inconvénient à cela, l’identité du groupe est souvent remis en cause. Bonne continuation à vous.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3