ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

En 73 avant Rotting Christ, les zombies sont Rome antique


« Rome, en l’an 73 avant Jésus-Christ, Spartacus mène la rébellion de deux cents gladiateurs se soulevant contre l’état inhumain dans lequel Rome les a jetés. Au cours de leur révolte, ils résistèrent longtemps aux soldats romains. Quelques hommes contre toute une armée. Certains, rendus fous, sont devenus violents, commettant des meurtres et des viols. Spartacus les punit de mort. Mais dans ces terres, dès que le sang coule, ils reviennent ».

Par Jupiter ! Spartacus contre les zombies ! On ne l’avait pas vu venir celui-là. On avait bien eu « Hercule contre les vampires » de Mario Bava, et c’est un autre Italien qui vient ramener d’entre les morts deux genres dans lesquels le cinéma transalpin a eu ses quelques années de gloire avant de sombrer chacun leur tour dans la plus risible kitscherie : le péplum et le gore, réunis en un film : « Morituris » de Raffaele Picchio qu’on espère bientôt voir en France.

Et le rapport avec le metal ? Ha oui, on entend un bout de « Demonon Vrosis » de Rotting Christ dans la bande-annonce. Une chance, non ? Allez, venez, on va se marrer un peu.


Bon, première déception : on ne va pas voir Spartacus se fendre la gueule avec des morts-vivants à grands coups de spatha. En fait, on se retrouve plutôt avec le 12 378e film dans lequel on va se coltiner un groupe de jeunes couillons en vadrouille qui ont décidé de faire frotti-frotta dans les bois avant de tomber sur la bicoque de rednecks congénitaux… Non ! C’est une ruine maudite infestée de vampires… Non ! Un ancien cimetière indien où tous les hommes blancs sont transformés… Non ! Une décharge de déchets toxiques et… Bin, non, toujours pas.

Ils sont dans la forêt et des mecs aux pieds dégueulasses et en jupes en cuir cradingues façon « Mad Max chez les sado-masos du sous-bois » qui marchent super lentement (mais quand même trop vite pour que les jeunots aient la sage idée de courir plus vite qu’eux) commencent à massacrer tout ce petit monde à la manière Rome antique car ils n’aiment pas qu’on fricote avant le mariage.

On repense un peu (pas plus, ce n’est encore qu’une bande-annonce) à un autre classique du gore italien, « Cannibal Holocaust ». Le tout culmine en quelques plans nichons et le summum est atteint à la fin du trailer avec cette belle crucifixion qui nous rappelle -instant pédagogique – que les rebelles de l’armée de Spartacus, trois quarts de siècle avant qu’un autre crucifié ne leur pique la vedette pour les millénaires à venir, avaient tous pourri sur la croix.

D’où l’évident choix de Rotting Christ – « christ pourrissant » dans la langue de Desproges – pour illustrer tout ça. SPQR et CQFD.

Animalement vôtre.



Laisser un commentaire

  • Metallibasher dit :

    Il y a des gens qui ont du budget à foutre en l’air..

    [Reply]

  • Chtechidanlabouche dit :

    C’est trop propre pour du zomblards, c’est pas credible…

    [Reply]

  • Erf, en vingt siècles les zombies n’ont pas pourri d’un orteil? o_O

    [Reply]

  • QuentOf54 dit :

    C’est marrant mais au début avec la bande son, on pourrait penser que le film est bien, mais finalement c’est la manière dont bouge les « zombies » en questions qui m’ont le plus rebouté (juste après que tu ai dis qu’on ne verrait pas Spartacus cassé du zomb’… trop de déceptions en une fois là :/)

    [Reply]

  • Evilcliff dit :

    Mouais en tout cas Rotting Christ c’est toujours la classe ! (et encore plus en live)

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3