ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Enthroned – Sovereigns


C’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleure compote. Tout du moins, c’est ce qu’il se dit. Enthroned s’est formé en 1993 en Belgique par le chanteur-bassiste Lord Sabathan (parti depuis) et feu le batteur Cernunnos. Vingt-et-un ans plus tard la formation belge tient toujours le cap, inébranlable, solide comme un roc (ou presque) qui, a contrario de son line-up pour le moins instable au fil des ans, reste droite et fixe dans ses bottes en ce qui concerne sa musique. Belliqueuse, indéniablement, parfois éthérée, vaporeuse, assurément, Enthroned sait en tout les cas fournir un black metal certes dans les standards du genre mais d’une qualité certaine. Souverains (« sovereigns » en anglais) de limbes certainement désenchantées, le quintet (devenu tel l’an passé suite à l’arrivée d’un troisième guitariste : ZarZax) appose aujourd’hui, avec la sortie de son nouvel opus paru le 15 avril dernier chez Agonia Records, une nouvelle pierre à l’imposant édifice de sa carrière qui mérite, au moins, une once de respect.

Par ce Sovereigns, Enthroned ne s’écarte en aucun cas des tranchées évidentes du black metal. L’album blast, tabasse, cogne et frappe au fil de ses neuf titres. Sans relâche ou presque, le combo assure le coup par une flagrante efficacité. Pour autant, le combo s’ouvre à diverses approches stylistiques : d’un black « psychédélique » (« Baal Al-Maut » et son riff post-intro à la Inquisition), à un black soigné (« Divine Coagulation » et son intro à la Dissection, « Of Fathers And Flames »), tout en passant par la souche la plus brute du style avec « Of Shrines And Sovereigns », Enthroned déroule tout son savoir-faire en la matière. Pointu et relativement juste, le dosage et l’équilibre de l’album démontrent toute l’apparente maîtrise du combo. Les Belges cherchent à varier les goûts et les couleurs, comme l’ambiance mélodique ensorcelante dont « Lamp Of Invisible Lights » est imprégnée, avec quelques chœurs d’église en fond et un pont planant au milieu, ou les refrains mid-tempos neurasthéniques de « The Edge Of Agony », cassants la déferlante de décibels, peut le prouver.

Peut-être injustement relégué au rang de second couteau du genre, il n’en demeure pas moins qu’avec ce Sovereigns Enthroned campe sur ses positions, ne prend aucun risque et ne révolutionne en rien l’art du black metal. Quand bien même, cette nouvelle galette offre un panorama varié sur cette scène aux multiples facettes. Un album fait pour parler aux fans du genre et taillé pour la scène, à n’en pas douter.

Ci-dessous les titres « The Edge Of Agony » et « Lamp Of Invisible Lights »

Album Sovereigns, sorti le 15 avril 2014 chez Agonia Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3