ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Entrez dans la valse


Après avoir vu les excellents Deadsoul Tribe se saborder en jetant l’éponge, il n’y avait bien qu’une chose pour remonter le moral des fans : le retour des irremplaçables Psychotic Waltz.

Désserrez la ceinture et relaxez-vous : c’est officiel, Devon Graves a décidé de revêtir à nouveau le costume de Buddy Lackey, accompagné de trois de ses ex-collègues (Brian McAlpin, Ward Evans et Norman Leggio) moins Dan Rock remplacé par Steve Cox qui avait déjà pris sa place sur la dernière tournée du groupe en 1996.

J’en vois certains me lire avec des yeux ronds, ne comprenant pas pourquoi j’attache autant d’importance à un groupe aussi méconnu et insignifiant.

Plus haut, je parlais des fans mais en réalité ils sont plus que ça : ce sont des illuminés. Oui, je suis persuadé qu’il existe parmi nous des fans de Psychotic Waltz. Peut-être qu’en cherchant bien vous les reconnaîtrez, car ce sont des gens pas comme les autres. Certains experts assurent même qu’ils n’existent pas, qu’il ne s’agit que d’un mythe. Mais il n’en est rien. Il sont là, dans la rue, dans les supermarchés, dans les écoles que fréquentent vos enfants, au sein du staff de Radio Metal…

Il est pourtant vrai qu’il n’est pas évident de s’attacher à un artiste tel que Psychotic Waltz. Tout d’abord parce qu’abonné aux problèmes avec les labels, ce groupe californien n’est jamais parvenu à se promouvoir convenablement – ce qui n’a pas été arrangé par des pochettes d’albums vraiment peu sexy (voir la pochette originale de Mosquito). Et puis parce qu’il est difficile à suivre, difficile à comprendre, en perpétuelle mutation voire évoluant dans un monde à part. Quatre albums ont vu le jour, tous différents. Mais qu’il s’agisse du metal technique de Social Grace (je ne serais pas étonné que Spiral Architect, l’autoproclamé « True Norvegian Technical Metal », soit né de là d‘ailleurs), des ambiances folles de Into The Everflow (ce « Butterfly » anthologique avec sa partie tribale, ses références à Hendrix, The Beatles, etc.), des tubes grungy de Mosquito ou du moderne Bleeding (le frissonnant Locust, d’ailleurs interprété sur scène par Deadsoul Tribe), Psychotic Waltz a fait preuve, en toute circonstance, d’un génie rare.

Un génie que beaucoup croyaient perdu à tout jamais. Enfin, pas tout à fait, car il y a eu quelques projets comme Darkstar mais aussi et surtout Deadsoul Tribe fondé par le chanteur/flûtiste Devon Graves. Ce dernier, avec une personnalité tout à fait unique et remarquable, est d’ailleurs parvenu à faire son trou dans le milieu du metal prog comme l’avait été incapable Psychotic Waltz. Sauf que voilà, l’aventure de la tribu est arrivée à son terme et il est temps de mettre à profit l’expérience acquise pour remettre la machine psychotique en marche. Alors, même s’il est terriblement dommage que le furieux Dan Rock (qui avait, passé un temps, pour habitude de ne se raser que d’un coté du visage) ait refusé de se remettre dans le bain – il serait d’ailleurs intéressant de savoir pourquoi – on ne peut que tous se réjouir de cette nouvelle. Oui tous, car pour toi, lecteur ignare, ce sera une chance de t’exposer à la magie que cette formation véritablement culte dégage. Tu peux d’ailleurs commencer dès à présent en te procurant les quatre albums magnifiquement réédités en 2004 par Metal Blade. Merci encore à eux.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3