ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Ta Page Nocturne   

Eric Canto : Un moment suspendu dans le temps


Entre les groupes qui nous font tant rêver et la horde de spectateurs se dresse souvent une barrière. Non seulement là pour rattraper les slammeurs, elles sont aussi la garantie de protection d’un métier omniprésent dans la musique : la photographie. Et dans ce milieu on peut notamment croiser le nom d’Eric Canto, basé à Montpellier et qui a fait ses preuves dans de nombreux concerts. Après dix ans d’investissement dans le milieu, le photographe officiel de Mass Hysteria propose un tour d’horizon des événements qu’il a couvert : Mainsquare, Hellfest, en faisant même un crochet par Montréal et autres festivals en tous genres.

Après dix ans de photos de concerts, avec une collection de clichés très variés et ne s’adressant pas seulement aux fans de six cordes et sons saturés, on imagine qu’il est difficile de choisir ses préférées pour qu’elles figurent dans un livre. Car c’est ce que nous propose Eric Canto : un ouvrage de 208 pages retraçant ses 700 concerts ayant pour nom A Moment Suspended In Time. L’objectif : Capturer le vrai.

Eric Canto a comme but de laisser le personnage sur scène de côté et de capturer cet infime instant où le chanteur se posera le regard dans le vide, reprendra son souffle et paraîtra vulnérable face à l’objectif et son public, comme écrit dans l’ouvrage : « l’humain s’expose et transcende le personnage ». Et tout cela est accentué par une grande idée : le timecode. À côté de chaque photo vous remarquerez l’heure, la minute et la seconde précise à laquelle l’instant fut capturé. Comme si vous voliez cette part de l’artiste et que vous assistiez à quelque chose d’unique. Aucun texte, si ce n’est une présentation au début et les remerciements à la fin, tout est fait pour mettre au mieux les photos en valeurs. Mais précisons tout de même que l’intérêt principal de l’ouvrage est qu’il s’agit d’une très généreuse série de portrait. Et même si plusieurs vues d’ensemble sont évidemment présentes, c’est l’œil de l’artiste qui nous intéresse ici.

Avec ce livre, c’est également l’occasion de voir les backstages d’avant concert, entre Olivia Ruiz et Machine Head. Sick Of It All et Aaron dans les couloirs ou Suicidal Tendencies aux toilettes. Avant de voir monter sur scène The Cure, Deftones, Gojira, Rammstein, Agnes Obel, Paul McCartney… Le livre s’adresse aux amateurs de photographies mais surtout aux fans de musique qui veulent avoir une vision différente et plus honnête des artistes. Et le nombre de sujets est si dense que l’on aurait aimé avoir bien plus de clichés venant de mêmes artistes. Mais en attendant un possible livre numéro 2, on appréciera les portraits comme les paysages des salles. Et même si la qualité des photos n’est pas remise en question, le principe de la double page voit ici ses limites avec des coupures sur certains clichés (bien que rares), qui empêchent d’apprécier ces derniers à leur juste valeur (Arènes de Nimes, Olympia…). Mais la présentation graphique est simple, épurée, avec une certaine classe. Et le format 24×32 sur des feuilles de 150g assure une qualité d’image indiscutable et un certain confort de visionnage.

Voici donc livre où les genres, et les habitudes de musique qui vont avec, n’ont pas lieu. Un livre où l’on peut enchaîner Muse avec Lana Del Rey et Justice. Un livre où une double page sur Julien Doré laissera sa place à un portrait noir et blanc de Lemmy Kilmister. Où Stromae a autant sa place que Kerry King, où Reuno de Lofofora regarde d’une œil curieux Elton John. Un livre à la présentation nette et claire, laissant place aussi bien à l’humain qu’au groupe. Que ce soit des formations remplissant des arènes, des stades ou des caves.

Se procurer le livre : https://www.ericcanto.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3