ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Et High Hopes m’a (de nouveau) libéré



Dans son évolution, Radio Metal tâtonne au quotidien. Vous ne vous en rendez pas forcément compte, mais les circonstances dues à notre activité nous obligent à changer de configuration, voire de rôles, selon notre développement. Car notre action est dépendante de notre évolution. En d’autres termes, on a une tendance naturelle à suivre le mouvement de notre propre projet. Un peu comme si, en fait, nous étions spectateurs du développement. Ce n’est pas complètement vrai, bien sûr, car les principaux acteurs de ce projet sont justement les membres de l’équipe. Mais je vais vous expliquer un peu mieux l’évolution de mon rôle depuis 3 ans pour que vous saisissiez mieux l’idée de ce billet hebdomadaire.

3 ans. Plus de 3 ans même. Et beaucoup d’évolutions, de changements, de questionnements, de stratégie… et de passion. Un peu à la manière du Hellfest je dirais que Radio Metal apprend sur le tas et n’est pas encore complètement « professionnel ». Enfin… »professionnel » comme je l’envisage, c’est à dire d’une manière jusqu’au- boutiste.

A cause de son manque d’expérience dans le monde de l’entreprise, de notre jeune âge à tous, de la nature amateur de la très grande majorité des acteurs médiatiques web sur le metal en France : non, nous ne sommes pas encore professionnels. Et pourtant notre quête vers toujours plus de professionnalisme ne s’arrête pas. En 3 ans, vous le savez, on a fait énormément de choses.

Sur un plan personnel, pendant 2 années (2005 – 2007) je me suis tapé énormément d’administratif pour pouvoir jouir de l’incroyable chance de pouvoir faire ce que j’aime : écouter de la musique et parler/écrire dessus. A la base, comme mes collègues, c’est ça notre kif : partager avec vous notre passion. En animant Anarchy-x seul puis avec Spaceman ou Metalo et en écrivant les articles, j’étais dans mon truc.

Et puis, le projet m’a submergé…

Déjà, il a fallu trouver des personnes pour le faire vivre et il a été nécessaire, en parallèle, de me dégager de ces activités du c?ur pour me focaliser sur le vital. L’essentiel, pour que n’importe quelle structure puisse exister, est bel et bien son économie qui se doit d’être modélisée. Ceci m’a donc permis de mieux maîtriser l’univers dans lequel j’évolue à chaque instant pour mieux convaincre mes interlocuteurs de notre démarche, de notre manière de faire, de l’alternative d’un projet comme Radio Metal. L’économie reposant à 100% sur votre serviteur il a fallu du temps et de l’investissement pour, finalement, faire tenir la structure sur le plan financier. Mes collègues faisant pour leur part tenir le projet d’un point de vue rédactionnel et éditorial mais si j’en étais le garant. Ca c’était l’époque où les faits m’avaient obligé à laissé une part de moi-même… pour la retrouver maintenant.

Cette part de moi-même, c’est la musique, les artistes et vous. Aujourd’hui que notre projet a passé un cap structurel, je suis dans la mesure de revenir à mes premières amours pour m’intéresser de plus près à ce pourquoi je me suis battu au début. High Hopes me permet de présenter les artistes tout en me marrant avec le Duc et les chateurs. High Hopes me permet dans le même temps d’écrire sur les groupes coup de c?ur grâce au site. Bref, c’est passionnant même si, en termes d’organisation perso, c’est très chaud car entre l’écoute de tous les albums diffusés – les notes dessus – le travail technique et le boulot promotionnel y’a de la matière ! Mais à moi de faire en sorte de gagner du temps, sur mes notes par exemple.

Le fait de bosser sur High Hopes me permet de conserver un lien direct avec les artistes qui restent le c?ur de notre activité. Cela me laisse aussi la possibilité de promouvoir nos services promotionnels auprès des artistes intéressés par une visibilité encore plus importante que mon émission. Bref les artistes sont gagnants car pendant deux heures ils sont mis en valeur gratuitement et Radio Metal est content car il vous fait découvrir des petites pépites méconnues tout en continuant à bosser pour son développement économique.

Tout cela montre que Radio Metal reste, en termes économiques justement, un très bon produit qui parvient à se renouveler, à s’adapter aux différents changements pour encore mieux se structurer et se valoriser. Nous aussi on est une très petite structure (cf : l’interview de Phil Lageat de Rock Hard en ligne dans quelques minutes…) mais le désir de devenir grand (avant de devenir évidemment gigantesque), l’objectif fixé dès le début, est un travail quotidien qu’on essaye de faire du mieux possible. Et je crois sincèrement que ça porte ses fruits à bien des niveaux différents…

Pour cela il fallait s’entourer des bonnes personnes dans beaucoup de domaines variés. Ce qui, je le crois, a toujours été fait. Certains, je pense ici à The Love Machine, nous manquent vraiment aujourd’hui par leur sympathie et leur science mais on continue malgré tout à avancer et à progresser.

Vive le futur !



Laisser un commentaire

  • Le Duc / RM dit :

    Je prends du plaisir à diffuser des trucs improbables avec toi, Doc’…

    Même quand on doit être manager, comptable, directeur moral, animateur, on peut perdre le fil de ce que l’on fait.

    C’est bon pour toi aussi de faire « des pauses » dans ton projet et de souffler en te consacrant à autre chose. C’est le meilleur moyen de ne pas sombrer.

    Morgor, fais gaffe ça va bientôt devenir une tradition !

    [Reply]

  • « on a une tendance naturelle à suivre le mouvement de notre propre projet. Un peu comme si, en fait, nous étions spectateurs du développement.  »

    Voilà qui est bien dit mon cher Doc. Je suis certain que d’autres que moi l’auront remarqué : ce cas de figure a tendance à s’appliquer à bien des produits de notre créativité. Bon, ce sont des projets à plus petite échelle, mais le principe et le ressentit restent les mêmes. Peut être parce que nous sommes des perfectionnistes, des « jusqu’au-boutistes ».
    Je n’ai pas de meilleur exemple que celui d’une nouvelle fantastique publiée par épisodes où l’on me demandait « mais pourquoi il s’est passé ceci? », « que devient le héros? », « allez dit-nous, qu’es-ce qu’il se passe ensuite? »…
    Qu’elle joie c’était de leur répondre « mais je n’en sais rien…demandez au héros je suis comme vous les mecs » et de laisser la plume suivre le bon vouloir de mon esprit. Un peu comme Tolkien qui tentait de « trouver » la suite, tel un historien, et non de l’inventer.
    C’est moi ou je me suis franchement éloigné du sujet là?
    Tout ca pour te dire que je te comprends 😉

    « Mais collègues faisant  »
    tiens, on à un autre point en commun… >_< J'ai tout de même un peu de mal à t'imaginer à la tête d'Anarchy X et, qui plus es, tout seul, avec des fiches et tout et tout. N'empêche devait être rock'n'roll les débuts... Enfin on est bien content de te d'entendre à la tête de cette émission qui te permet de promouvoir tant de groupes gratos et d'aider le métal en France (sans oublier, de dédicacer des morceaux de Combichrist à des death/blackeux è_é ).

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3