ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Europa Blasfemia Part II : Messe Noire au Transbordeur


Behemoth tour 2016La dernière fois qu’on avait vu Behemoth à Lyon, c’était en 2014 au CCO de Villeurbanne alors que le groupe venait de sortir The Satanist. Deux ans plus tard, fort du succès de l’album et d’une fanbase toujours plus étendue, c’est dans une salle beaucoup plus grande, le Transbordeur, qu’on retrouve les Polonais, accompagnés à l’occasion de cette tournée Europa Blasfemia Part II de leurs compatriotes de Mgła et des Allemands de Secret of the Moon, composant un line-up varié pour une des plus grosses dates metal extrême de cette fin d’année, organisée par Sounds Like Hell Productions.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le public a répondu présent : dès Secrets Of The Moon, qui a échangé au dernier moment son créneau avec Mgła pour la soirée, le Transbordeur se remplit à vue d’œil. Du petit jeune fan de Behemoth au vieux de la vieille venu acclamer Secrets Of The Moon, de l’amateur de grosses productions au hipster qui veut voir ce que donne Mgła en live, en passant par des gothiques, des punks, et quelques curieux : tout ce que la région compte d’amateurs d’obscurité et de riffs rageurs était rassemblé ce soir-là pour rendre un hommage bien mérité à l’un des poids lourds de la scène.

Artistes : BehemothMgłaSecrets Of The Moon
Date : 28 octobre 2016
Salle : Transbordeur
Ville : Villeurbanne [69]

Secrets Of The Moon @ Transbordeur - 28/10/2016

D’abord inscrit dans le black metal, Secrets Of The Moon a évolué au cours de sa carrière et ses derniers travaux sont davantage tournés vers le post-black, voire un dark metal ayant abandonné le chant extrême sur son album Sun sorti l’année dernière, tout en conservant ses atours progressifs. Et c’est justement à ce dernier opus que le combo allemand consacre la moitié de son set. Si une partie de l’assemblée est assez réceptive, celle-ci n’en deumeure pas moins, globalement, relativement inerte. Et si l’on peut observer quelques hochements de tête par-ci par-là, difficile de parler de transcendance. Pourtant, les albums studios de Secrets Of The Moon ont un véritable potentiel de rendu hypnotique en live, mais cela ne se sera pas forcément démontré sur cette prestation, le son du groupe pouvant paraître majoritairement lisse – quoi qu’il aura eu le mérite de ne pas être brouillon. Le son des guitares reste assez discret tandis que le chant clair ne semble pas assez porteur, quand les passages de vocaux blacks n’en sont pas plus corrosifs.

Cependant, les chansons extraites de l’album Antithesis – et en particulier « Lucifer Speaks » qui clôturera le set – semblent avoir un impact plus important sur les spectateurs. Les musiciens – certains auront reconnu V. Santura de Dark Fortress/Triptykon en intérim à la basse – délivrent leurs compositions, communiquent légèrement avec le public, en particulier le batteur qui se lève derrière ses futs en saluant la foule, comme pour montrer sa musculature. C’est donc au terme d’une prestation ni mauvaise ni exceptionnelle que le groupe quitte la scène. Les allemands ont pourtant les ingrédients nécessaires dans leur discographie pour délivrer des performances bien plus marquantes. Secrets Of The Moon semble même un peu en décalage par rapport aux deux autres groupes programmés ce soir.

Mgla @ Transbordeur - 28/10/2016

Changement d’ambiance complet avec les Polonais de Mgła. Se produisant en live depuis 2012 seulement en dépit de ses quinze ans d’existence, le groupe rattrape son retard et enchaîne désormais les tournées et les festivals, surtout depuis la sortie très remarquée de son dernier opus, Exercises In Futility, l’une des grosses sorties black metal de 2015. C’est pour cette raison sans doute que la salle ne désemplit pas, bien au contraire, et que le public n’hésitera pas à être très démonstratif tout au long d’un set aride et intense.

En effet, si le groupe est un duo, en live, il est rejoint par un bassiste et un guitariste qui garantissent à sa musique le souffle et la puissance qu’elle demande : en cinquante minutes, les musiciens enchaînent quasiment sans temps mort huit longs titres qui passent en revue toute leur discographie. On notera que le groupe ne choisit pas la facilité en ne jouant que trois titres de ce dernier album, mais on n’en attendait pas moins de leur part. En effet, les Polonais ne (se) font pas de cadeau : très austères, absolument pas démonstratifs, vêtus de manière très sobre, le visage masqué, et inexplicablement baignés de lumières très vives, on ne peut pas dire que le groupe se facilite la tâche, et pourtant ! Titre après titre, et malgré un son pas toujours au point qui s’améliorera au cours du set, il captive le public et le plonge dans son univers noir et violent.

Mgla @ Transbordeur - 28/10/2016

Plus encore que sur disque, la rythmique ressort en live, car en effet, en dépit de la grande sécheresse de sa musique, Mgła a un redoutable sens du groove, et en plus des poings levés habituels, le set déclenchera des mosh-pits remuants et même, au grand dam des puristes, quelques slams enthousiastes. Bref, après un final explosif sur le dernier titre d’Exercises In Futility et un salut tout en retenue – comme on pouvait s’en douter –, les musiciens quittent la scène devant une salle manifestement ralliée à leur cause.

Set list :
Further Down the Nest I
Exercises in Futility I
Mdłości I
With Hearts Toward None I
Exercises in Futility II
Groza III
With Hearts Toward None VII
Exercises in Futility VI

Behemoth @ Transbordeur - 28/10/2016

Mais évidemment, si l’enthousiasme du public monte en puissance, c’est parce que c’est avant tout pour voir Behemoth qu’il a fait le déplacement : en effet, pendant les trente minutes nécessaires à l’installation du set, beaucoup ne perdent pas de temps et vont déjà se placer sur les meilleurs spots, et cinq minutes avant que les musiciens ne montent sur scène, la salle est déjà remplie à bloc. Et pour cause : les Polonais, qui ont déjà une sacrée carrière derrière eux et une histoire accidentée – on pense, évidemment, à la leucémie de Nergal en 2010 –, se sont taillé une réputation de véritables showmen dans un genre où la performance n’est pas toujours évidente – créer une atmosphère sombre et menaçante en studio est une chose, la retranscrire en live en est une autre, et les costumes cheap et autres corpse paint kitsch sont vite arrivés. Avant même que les premières notes ne retentissent, on voit que le groupe a mis les petits plats dans les grands : batterie incroyable, décors sophistiqués, promontoires, pieds de micro travaillés… Behemoth a une identité visuelle très forte, et a désormais les moyens de reproduire sa démesure lors de ses concerts.

Behemoth @ Transbordeur - 28/10/2016

Le concept de cette tournée Europa Blasfemia étant de jouer dans son intégralité The Satanist, le dernier opus hiératique et obscur du groupe, c’est sur une bande son inquiétante que les musiciens montent sur scène sous les clameurs enthousiastes du public, seulement éclairés par deux torches portées par Nergal, avant d’entamer les premiers accords de « Blow Your Trumpets Gabriel ». Emmené par un leader magnétique qui semble à chaque performance plus conscient de son charisme et des ressources qu’il peut en tirer, le quatuor, dont chaque membre est mis en valeur par une scénographie sophistiquée, va alors enchaîner les titres avec une efficacité à même de convaincre les plus dubitatifs. Si The Satanist se prête moins aux mosh-pits et autres exultations que le reste de l’œuvre du groupe – moins rentre-dedans, plus introspectif –, le public n’est pas moins captivé, et mange littéralement dans la main du frontman qui, lors d’un simulacre de messe (pour « Messe Noire », évidemment), tendra des hosties estampillées Behemoth aux premiers rangs. Si le son est plutôt bon, en dépit de solos souvent noyés dans la masse, les lumières sont quant à elles vraiment léchées et au point. Après un « O Father O Satan O Sun! » sentencieux délivré avec des masques cornus du plus bel effet (!), le groupe se retire de la scène, le temps pour le public de se remettre de ses émotions et surtout d’en redemander avec enthousiasme.

Behemoth @ Transbordeur - 28/10/2016

Lorsque les musiciens reviennent sous les applaudissements, c’est pour asséner leurs grands classiques qui ont fait leurs preuves en live et qui ont le mérite de retourner la fosse avec une facilité déconcertante : le public sort de la réserve révérencieuse qu’il avait conservé lors de la première partie du concert pour se montrer beaucoup plus extraverti, et sur des titres imparables comme « Conquer All » ou « Pure Evil And Hate », les slams et les mosh-pits se succèdent. Les Polonais quitteront la scène devant une salle exténuée et conquise : même sans être amateur de la discographie du groupe ou de son approche millimétrée et un peu blockbuster du live, il faut reconnaître sa maîtrise et son professionnalisme. Indubitablement, Behemoth est capable de faire le show avec son album le plus intimiste et d’imposer son style avec intensité et maestria.

The Satanist :
Blow Your Trumpets Gabriel
Furor Divinus
Messe Noire
Ora Pro Nobis Lucifer
Amen
The Satanist
Ben Sahar
In the Absence ov Light
O Father O Satan O Sun!

« Rappel » :
Ov Fire and the Void
Conquer All
Pure Evil and Hate
At the Left Hand ov God
Slaves Shall Serve
Chant for Eschaton 2000

Report de Secrets Of The Moon : Jean-Florian Garel.
Report de Mgła et Behemeth : Chloé Perrin.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3