ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Evergrey, professionnels jusqu’au bout


Artiste : Evergrey
Salle : Le Marché Gare
Ville : Lyon
Date : 25-05-2010
Public : 100 personnes

Photos : Seb


Seuls au monde

Une partie des dates de la tournée de promotion du déçevant Torn ayant été annulées il y a 2 ans, Evergrey a eu la bonne idée de reprogrammer tous ses concerts avant de retourner en studio. Pas de jaloux ! Une démarche qui inspire le respect et qui amène donc les Suédois en terre lyonnaise. Mais c’était sans compter sur, une semaine plus tôt, le vol de plus de 35 000 euros (!) de matériel. Ayant également essuyé une dévastatrice vague de départs (3 des membres avaient quitté le groupe, laissant Tom Englund et Rikard Sander seuls) et ayant par conséquent failli splitter, Evergrey sortait à peine la tête de l’eau et n’avait donc vraiment pas besoin de ça. C’est d’ailleurs un Tom Englund fatigué et cynique que je rencontrais aux alentours de 18 heures dans les loges du Marché Gare.


Tom ne fait pas payer les pots cassés au public

Quelques heures plus tard, le groupe monte sur scène. Les premières secondes laissent présager un set sans vie tant la fatigue et l’aigreur semble avoir anesthésié des musiciens. Néanmoins – et c’est tout à leur honneur – en bons professionnels, ils ne feront pas payer l’addition (encore heureux ! 35 000 euros…) au public, mettront ce désenchantement de côté et s’investiront de tout leur être pour nous faire passer un bon moment. Evergrey ne fait pas de jaloux et respecte autant les quelque 100 personnes (100 personnes, putain… ça fait mal au coeur) du Marché Gare que les milliers de fans qui vont les voir à Göteborg. La réponse de ce public toujours aussi fidèle bien que de moins en moins important aura également son rôle. Car ce soir, il n’y a que les vrais. L’audience connaît les morceaux, anticipe les riffs et chante les paroles. Il est indéniable qu’un public aussi exemplaire aura remonté le moral du groupe, lui permettant de prendre du recul et de rire de sa situation. Rapidement, Tom se met à plaisanter et déclare « c’est la tournée de l’enfer, vous avez bien de la chance de pouvoir nous voir jouer ce soir ! ». Pour la petite histoire, si plusieurs dates ont du être annulées suite au vol du matériel, d’autres dont celle-ci ont pu être maintenues, les groupes de première partie ayant accepté de prêter leurs instruments et amplis.


Marcus Jidell, nouvelle recrue, semble avoir été là depuis toujours

Englund, fidèle à lui même, anime la soirée avec charisme et vit ses paroles à 200%. Soulignons la brillante prestation des trois petits nouveaux au sein du groupe, qui ont très rapidement trouvé leurs marques. Durant le laps de temps entre le départ de Danhage, Ekdahl et Kainulainen et cette tournée, Marcus Jidell (Guitare), Hannes Van Dahl (Batterie) et Johan Niemann (basse) ont eu le temps d’apprendre le répertoire et même de participer à la composition du prochain disque ! Notons que leur participation aux choeurs est également irréprochable Englund et Zander ont dû être intransigeants durant le recrutement ! Côté setlist, quasiment tous les tubes sont de la partie et Torn est vaguement abordé avec « Soaked » et le très bon « Broken Wings ». Le groupe a même pris le risque de briser ses propres conventions en abandonnant le traditionnel rappel avec le concours de chant sur « The Masterplan ». En effet, le dramatique mais accrocheur « A Touch Of Blessing » (quel refrain !), au solo rappelant « The Show Must Go On », a détrôné son prédécesseur au rang de « Tube N°1 d’Evergrey ». La power ballade « I’m Sorry » reste un grand moment de convivialité. Quant au bouleversant semi instrumental « When The Walls Go Down », sur lequel une voix enregistrée au téléphone hurle son désespoir, c’est de l’émotion à l’état pur. Le titre prend toujours autant aux tripes, même au bout de nombreuses écoutes. Rarement un sample n’aura fait passer autant d’émotions. Rarement un instrumental n’aura été aussi humain. Mais jugez plutôt :

Le set se conclut sur ces mots : « Demain, c’est un jour off. Autrement dit, ce soir, on va se mettre une race ». S’ensuit la traditionnelle signing session ainsi qu’un after show ouvert à tous au Shamrock, le bar lyonnais idéal pour faire du détournement de mineurs. Avis aux amateurs. Un after show néanmoins écourté du fait d’un épuisement compréhensible de la part des Suédois.

Au final, cette faible affluence, ces circonstances et le fait que ce show ait été réalisé dans la douleur, en ont fait un moment unique. Nous avons assisté à une véritable communion, une relation intimiste entre un public dévoué, compréhensif et un groupe cabossé mais volontaire. Ceci dit, ce serait une erreur de donner tout le crédit à ces circonstances exceptionnelles. Cette étroite relation entre le groupe et son public est une constante aux concerts d’Evergrey. Les Suédois parviennent systématiquement à créer ce lien spécial. Evergrey bénéficie en France d’un succès d’estime, mais nullement commercial. Les gens respectent, mais n’achètent pas les disques et ne vont pas aux concerts. Et ils ne savent pas ce qu’ils ratent. Ainsi, la population présente à ces shows est exclusivement composée de puristes. Ce qui signifie faible audience mais ambiance inoubliable garantie.


Mais venez aux concerts d’Evergrey, bordel !
Setlist :

Blinded
As I Lie Here Bleeding
Soaked
Still In The Water
Monday Morning Apocalypse
Solitude Within
Nosferatu
Rulers Of The Mind
Mark Of The Triangle
The Masterplan

Rappel :
Words Mean Nothing
I’m Sorry

Rappel 2:
When The Walls Go Down
Recreation Day
Brokey Wings
A Touch Of Blessing



Laisser un commentaire

  • Thunderdrum dit :

    Et dire que c’est un pote, en me demandant un compte-rendu du concert, qui m’a appris la nouvelle du vol et des dates suivantes annulées…
    Comme quoi oui, Evergrey est un vrai groupe de professionnels et de passionnés au style et à la personnalité unique dans le monde du métal et de la musique en général.
    Peut-être était-ce parce que c’était la première fois que j’assistais à un de leurs lives, mais autant dire que j’ai vraiment pas été déçu. Une vraie claque, même, avec des tubes à la pelle.
    A la sortie, un vrai sentiment de joie et de plaisir, mais qui, le lendemain, a viré à l’amertume: franchement, comment un groupe avec un talent pareil peut mériter ça? Un public de 100 personnes pour une date unique en France! Sur le coup, j’ai vraiment été surpris, mais je me suis dit « c’est pas grave, y se referont sûrement avec les prochaines dates », mais là, avec le changement de line-up et le vol de matos, c’est devenu vraiment déconcertant et franchement injuste!
    J’ai juste envie de féliciter Tom Englund (l’un des chanteurs les plus talentueux de la scène métal qui a d’ailleurs participé au dernier album d’Ayreon), non seulement pour sa prestation mais également pour sa force de caractère qui mérite le respect.
    Ce qui arrive à lui et à Evergrey est vraiment injuste et j’encourage tous ceux qui ne connaisse pas le groupe, pas beaucoup ou juste de nom, à s’y pencher sérieusement pour profiter d’une richesse musicale définitivement pas comme les autres.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Behemoth @ Lyon
    Slider
  • 1/3