ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Ex Deo – The Thirteen Years Of Nero


Après s’être judicieusement emparé du créneau de la Rome antique, étonnamment peu exploité dans le metal, Ex Deo a su, au fil des ans, étendre son empire dans un genre taillé pour en traiter les histoires et les mythes. Poursuivant son ambition d’offrir une représentation sonore la plus juste de ces derniers, le groupe n’avait cessé de se développer au-delà de sa première condition de projet parallèle à Kataklysm. Un développement auquel l’adjonction de Clemens Wijers (Carach Angren, Lindemann) avait donné un nouvel élan et qui avait délivré The Immortal Wars (2017), magistral et porteur de potentialités notables. Une dynamique que le groupe entend bien poursuivre avec le sinistre The Thirteen Years Of Nero.

Dès les premières notes de « The Fall Of Claudius », l’esprit et la stylistique d’Ex Deo se présentent à l’auditeur avec évidence et assurance. Le soin apporté aux atmosphères est d’ores et déjà flagrant lorsque les premières mutations apparaissent ; les orchestrations de The Thirteen Years Of Nero inclinent en effet davantage vers des ambiances de tragédie antique que de péplum héroïque. Une vocation musicale que des titres comme « Imperator » ou « What Artist Dies In Me… » explicitent amplement. Autre fluctuation, et non des moindres, le chant de Maurizio Iacono endosse de nouvelles formes et élargit le spectre des inflexions. Ces variations dans les vocaux, qui sont indubitablement l’un des points forts de l’album, permettent des basculements de ses growls death déclamatoires attendus vers des screams black acrimonieux et sombres – parfaits soutiens aux nouvelles atmosphères déployées.

Les claviers, toujours omniprésents mais plus équivoques, se font le vecteur privilégié des atmosphères menaçantes et troubles sans jamais étouffer ou entraver les autres instruments. L’enchevêtrement des orchestrations entretient ainsi avec le chant et les rythmiques une pondération et une harmonie, qui amputent quelques explosions lyriques et hyperboliques en faveur de mélodies plus mesurées. Un équilibre constant qui fait de The Thirteen Years Of Nero un album cohérent et calculé dans son agressivité et que Jean-François Dagenais, de retour à la production, parvient très justement à rendre. Pour autant, cette quête de l’équilibre n’enraye pas quelques titres guerriers, à l’instar de « Boudicca » qui accueille Brittney Slayes d’Unleash The Archers et « Britannia: The 9th At Camulodonum » qui cristallise de son côté parfaitement la dualité épique et dramatique des nouvelles compositions.

L’ensemble des oscillations musicales n’est évidemment pas étranger aux thématiques et aux paroles. Explicitement articulé autour du règne de l’empereur Néron, ce nouvel opus met ainsi en scène plusieurs événements historiques, teintés de folklore et de mythe, emblématiques de l’une des périodes les plus agitées de l’Empire romain. Du grand incendie de Rome, maintes fois commenté dans la littérature ou représenté dans les arts, aux batailles de la légendaire Legio IX Hispana, le groupe multiplie les péripéties sonores au travers d’instantanés historiques qui épousent idéalement les éruptions du metal extrême. Des variations de focus et de points de vue qui permettent là encore d’apporter un mouvement opportun à l’ensemble des morceaux.

Si The Thirteen Years Of Nero abandonne la grandiloquence et le grandiose de son aîné, c’est uniquement pour porter en musique la dramaturgie sanglante, plantureuse de théâtralité, de la figure ténébreuse de Néron, nimbée de suspicion et de violences. Une démarche qui permet à Ex Deo d’ouvrir de nouvelles voies mais qui s’inscrit malgré tout dans la pleine continuité de ses productions précédentes. Plus subtile, moins monolithique, ce dernier ouvrage témoigne d’une vision claire et d’une maturité manifeste. Totalement affranchi de son ascendance avec Kataklysm et tout entier tourné vers la représentation la plus complète des aspects les plus noirs de la grandeur de Rome, Ex Deo livre dès lors son album le plus complet.

Lyric vidéo de la chanson « Boudicca (Queen Of The Iceni) » :

Clip vidéo de la chanson « Imperator » :

Album The Thirteen Years Of Nero, sortie le 27 août 2021 via Napalm Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Old Dead Tree @ Savigny-Le-Temple
    Slider
  • 1/3