ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Extol se redonne une chance pour élever le metal extrême vers la lumière


Extol est de ces petits bijoux du death/thrash metal progressif sur lequel certains curieux sont peut-être déjà tombés, souvent par hasard. Car reconnaissons-le, la carrière d’Extol est restée confidentielle malgré le statut de « culte » acquis via des albums éclairés. Certains citeront l’album Undeceived comme référence. Un album qui, malgré la production encore maigre, étonne toujours autant par ses riffs, mélodies et idées des plus inspirées. A classer à côté d’un Believer notamment, pour ses thématiques chrétiennes évidemment, mais surtout pour son sens de la composition racée.

Mais la vie du groupe a été des plus mouvementées, instable même. Extol a même jeté l’éponge en 2007, en quelque sorte, principalement à cause des problèmes personnels de son leader Peter Espevoll, poussant trois de ses membres de l’époque vers la sortie et à fonder le groupe Mantric qui hérite assurément de qualités semblables. Mais comme il aurait été bien dommage de priver la sphère metal d’une telle formation, capable de pousser le genre plus loin, Extol est aujourd’hui de retour, par la simple force de l’envie de trois des membres d’origine. C’est ainsi que l’album éponyme a vu le jour le 24 juin dernier chez Indie Recordings. Un retour aux sources, en partie, dans la forme, une avancée dans le fond. Voilà un album qui offre une belle carte de visite pour Extol, comme Undeceived avait pu le faire en son temps.

On parle de tout ceci – la pause que s’est accordée le groupe, la reformation, l’album et même le documentaire consacré à la bande mais qui met en lumière bien plus qu’un simple groupe – avec Peter Espevoll dans l’entretien qui suit.

« On voulait faire un album qui exposait vraiment ce qu’Extol représente, ce que sont nos ambitions, ce que sont nos rêves. »

Radio Metal : Extol a vu le jour au début des années 1990 à une période où le heavy metal était mort commercialement et où la musique heavy se caractérisait par le neo metal et le grunge. Mais vous êtes allés contre cette tendance et vous avez sorti des albums de death metal complexes. Pensez-vous que la volonté de se batte contre ce contexte musical défavorable est en réalité ce qui vous en a donné la force ?

Peter Espevol (chant) : Peut-être, d’une certaine manière. A l’époque, on était jeunes et avec tout ce qui était pas du « vrai metal », on se disait “Ce n’est pas assez métal”. Donc je pense que ça nous a inspirés pour écrire les morceaux de cette période.

Sur la pochette du nouvel album, on peut voir une main qui se dresse d’un tas de choses empilées plutôt anarchiquement. Est-ce une métaphore du groupe, qui s’élève au dessus de la masse ?

Non, pas vraiment. C’est plus comme un symbole de ce que représente Extol et ce que cela signifie, c’est-à-dire atteindre les cieux dans ce monde de chaos, de destruction, de matérialisme. Nous souhaitons nous élever toujours plus haut, et atteindre le Ciel.

Le groupe a eu un hiatus et trois membres ont fondé un groupe du nom de Mantric. Qu’est-ce qui s’est passé ?

C’est une histoire un peu personnelle, mais en résumé, j’ai eu plusieurs problèmes d’ordre privé et donc je ne pouvais plus faire de musique. Je devais prendre soin de moi et devais me retirer pour un bon moment. Et puisque les gars ne voulaient pas faire un nouvel album d’Extol sans moi, les deux guitaristes et le bassiste du groupe ont décidé de prendre des compositions destinées à un nouvel album d’Extol et ont formé Mantric. Tout le monde était d’accord à ce sujet. Pas de rancune ou quoi que ce soit du genre. Les raisons pour lesquelles nous avons fait une pause m’incombent en grande partie, je suppose.

Qu’est ce qui a poussé le groupe à se reformer ?

David le batteur, mon frère Christer et moi-même avons formé le groupe en 1993-1994. Pendant cette pause, David venait de temps à autre me demander “Hey, Peter, es-tu prêt pour faire un nouvel album d’Extol ?” Il me l’a demandé plusieurs fois et en a aussi parlé avec mon frère Christer et Ole. Mais je ne me sentais pas d’attaque, jusqu’à il y a quelques années lorsque Ole, David, Emil, Christer et moi avons dit “Ok les mecs, on veut faire un nouvel album de metal. Et si vous tous en êtes, ça sera un nouvel album d’Extol”. A ce moment, je me sentais prêt à refaire de la musique. Nous nous sommes mis d’accord pour essayer de faire un nouvel album.

Le guitariste Ole Borud est de retour dans le groupe. Penses-tu que, d’une certaine façon, il rapporte l’esprit d’Extol avec lui ?

L’esprit d’Extol est un tout. Tout le monde qui a été dans la formation y a contribué de sa propre manière. Ole a son atmosphère, son style. Les deux autres guitaristes qui ont joué sur The Blueprint Drive ont leur propre sensibilité. Ole a apporté un esprit plus ancien d’Extol, si l’on peut dire.

« Ça a été très gratifiant de revenir, donc je suis pratiquement certain qu’il y aura plus d’Extol à venir dans le futur. »

Vous n’êtes plus maintenant que trois au sein du groupe. Les ex-membres n’étaient-ils pas intéressés par un nouvel album d’Extol, comme ton frère Christer ?

Ouais, il était supposé participer à l’album et il était avec nous le premier mois, quand on était en train d’écrire les chansons pour celui-ci. Mais après quelques mois, il s’est rendu compte qu’il avait trop de choses qui se passaient dans sa vie. Donc malheureusement, un jour il nous a déclaré qu’il ne pouvait consacrer son temps et son énergie au nouvel album, ce qui est vraiment triste. Alors on a décidé que Ole ferait les deux guitares et la basse sur le disque, ce qui était ok. Evidemment, ça aurait été sympa d’avoir aussi Christer, comme il était un des membres fondateurs.

Et ceux de Mantric ne voulaient pas revenir non plus ?

Non, ils ont Mantric, tu sais. C’est leur groupe. Il n’en a jamais vraiment été question.

Vas-tu engager des musiciens pour les concerts ?

Si on fait des concerts, oui. On aura définitivement un autre guitariste ainsi qu’un bassiste.

Parce que vous n’êtes pas sûrs d’en faire ?

Non… Une des choses qui est arrivée lorsque j’ai dû faire une pause est que j’avais des acouphènes vraiment sérieux (NDLR : bourdonnement ou sifflement perçu dans l’oreille en absence de stimulus sonore existant), ce qui se combine mal avec du death metal. Donc oui, nous verrons. Pour l’instant, on a encore rien prévu ; il y a peu de chances pour que nous fassions quoi que ce soit en live, mais on ne sait jamais !

L’album est distribué par Indie Recordings, alors que la promotion des précédents était assurée par Century Media Records. As-tu essayé de garder contact avec eux lors de la reformation du groupe ?

Oui, nous avons envoyé l’album à plusieurs labels différents et nous en avons parlé avec quelques-uns, et nous avons eu la sensation qu’Indie Recordings a vraiment aimé l’opus. Et après avoir eu une bonne discussion avec eux, il semblait qu’ils voulaient vraiment faire un bon boulot sur la sortie de l’album. Nous voulions aussi tenter quelque chose de nouveau, nous avons décidé de le faire avec eux et pour l’instant, ça a vraiment été bon : ils bossent dur et l’album est pratiquement disponible de partout. Et bien sûr, c’est aussi agréable d’avoir une maison de disques qui est très proche de toi, ce qui fait que tu peux parler directement et c’est plus facile pour communiquer.

Vous sortez maintenant un album éponyme. David Husvik (batterie) a dit « L’album récapitule 20 ans d’histoire d’Extol, aussi bien musicalement qu’au niveau des paroles ». Penses-tu que c’est ce dont le groupe et les fans avaient besoin après un aussi long hiatus ?

Je ne sais pas si c’est ce dont les fans avaient besoin, mais au moins pour nous, on voulait remonter un petit peu dans le temps, piocher un peu dans nos racines, un peu dans nos influences de nos débuts. On voulait faire un album qui exposait vraiment ce qu’Extol représente, ce que sont nos ambitions, ce que sont nos rêves, à la fois musicalement et par les textes. D’où notre choix du titre éponyme de l’album, du genre « Ceci est Extol ».

« Nous avons eu des expériences très déplaisantes, des gars de la scène black metal qui nous ont menacés, mais aussi des chrétiens extrémistes qui nous ont menacés de faire des trucs assez moches. »

Peux-tu nous en dire plus sur la chanson titre de l’album ? Pourquoi avoir choisi cette chanson en particulier pour porter le nom du groupe ?

A cause des paroles. Elles sont très spécifiques. Extol veut dire « s’élever, prier, glorifier ». Nous sommes tous chrétiens dans le groupe et pour nous, notre vie, la musique et tout ce que nous faisons, je pense que c’est pour louer Dieu, d’une certaine manière. Les paroles d’ « Extol » parlent de notre désir de glorifier Dieu.

Quelle sera la nouvelle étape ? Que peut-on attendre après un tel album ?

Il est difficile de prédire le futur, mais je pense que nous trois, Ole, David et moi-même, sommes vraiment heureux de cet album et nous avons passé un super moment à le concevoir ; ça a été très gratifiant de revenir, donc je suis pratiquement certain qu’il y aura plus d’Extol à venir dans le futur.

Vous avez sorti une vidéo de la chanson « A Gift Beyond Human Race » dans un lieu immense et très chic, ce qui est un environnement assez inhabituel pour un groupe de metal extrême. Quelle est l’histoire qui se cache derrière cette vidéo ?

Il n’y a pas vraiment d’histoire derrière le clip. Le réalisateur, le gars qui a fait la vidéo, a trouvé ce lieu et nous avons pensé que c’était vraiment cool. C’est un théâtre de la ville où j’habite, Drammen ; un très vieux théâtre avec une immense scène, de grosses lumières et des trucs de ce genre. Nous pensions que c’était une idée sympa de réaliser la vidéo là-bas et la rendre aussi cool que possible.

Peux-tu nous en dire plus à propos du film d’Extol « Of Light And Shade » ? Est-ce un documentaire essentiellement pour les fans, ou bien voulais-tu avec ce documentaire t’adresser aux fans de musique en général, comme l’a fait Anvil ?

Ce documentaire sera, pour sûr, quelque chose non seulement pour les fans, mais aussi pour les passionnés de musique et de documentaires en général. Bien sûr, on parle de l’histoire d’Extol, de la conception du nouvel album. On a énormément d’archives de tournées etc. Mais on raconte aussi quelques histoires humaines et touchantes. Je vais expliquer pourquoi nous nous sommes séparés, pourquoi nous avons eu un hiatus en 2007 ainsi que quelques histoires personnelles. Nous parlerons du fait que nous sommes chrétiens et comment les gens ont réagi à cela. Nous avons eu des expériences très déplaisantes, des gars de la scène black metal qui nous ont menacés, mais aussi des chrétiens extrémistes qui nous ont menacés de faire des trucs assez moches. Donc on va parler de tout ce genre de choses. Les gens, en général, devraient trouver ça intéressant.

Interview réalisée par téléphone le jeudi 27 juin 2013
Traduction : Grégoire Perret

Site internet officiel de Extol : extol.com

Album Extol, sorti le 24 juin 2013 chez Indie Recordings



Laisser un commentaire

  • Un classique dans ma discographie ce groupe. Content que le nouvel album soit sorti, qui au passage, est très bon !

    [Reply]

  • vieillebranche dit :

    ça donne envie de se remettre à écouter ce que sa donne, après une bonne pause pour ma part, où malheureusement j’avais un peu oublié ce groupe pourtant très bon!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3