ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

EXTREME A L’ELYSEE MONTMARTRE DE PARIS


Artistes : Extreme[/urlb] – Voodoo Six[/urlb]
Lieu : Paris (France)
Salle : Elysée Montmartre
Date : 04-11- 2008
Public : Sold-Out !

Voodoo Six, groupe de première partie, ouvre cette soirée. Quelques fans scandent déjà leur nom, et le groupe anglais va jouer pendant près de 40 minutes un hard rock rentre dedans sans être exceptionnel ou mémorable. Les musiciens jouent, quand bien même, le jeu à fond. Henry Rundell le chanteur est d’ailleurs très en voix. Le public accueille donc logiquement Voodoo Six avec chaleur. Voilà de quoi patienter agréablement avec le combo de Boston.


Extreme à la grande époque !

Faut-il avoir une attente particulière lorsque l’on va assister à un concert d’Extreme ? Les fans de la première heure espèrent toujours un groupe performant et les convaincus de Saudades De Rock sont curieux mais exigeants… Le combat n’est donc pas gagné d’avance pour les américains. Mais dans les faits le pari sera réussi car plaisir et magie étaient au rendez-vous ce soir.


Extreme Live !

Les conditions techniques de l’Elysée Montmartre ne posent pas de problèmes pour un groupe rodé à jouer dans des salles de très grande ampleur. Le son est puissant et limpide pendant que les lights variés et adaptés illuminent un décor plutôt sobre. La batterie est surélevée, ce qui permettra à chaque membre, et surtout au frontman Gary Cherone, d’utiliser tout l’espace de la scène tout en revenant souvent sauter sur cette estrade.

La soirée s’ouvre sur « Comfortably Dumb », le deuxième morceau du dernier album et son riff comparé au style de Rage Against The Machine. La différence tient dans l’énergie véhiculée par Nuno. Le public reconnaît le style Bettencourt et ses petites variations qui donnent tout son charme à sa prestation musicale. Dans les premières minutes du show, Extreme choisit des morceaux forts et attendus tels que « Decadence Dance », « Rest In Peace », « It(‘s A Monster) » ou le désormais hit « Star ». Le public est satisfait et scande le nom de Nuno qui remercie les fans tout en leur disant de se taire (évidemment cela a plus d’impact en anglais…!) sur un ton ironique et fun ! Ce qui donne une idée du caractère du personnage ! Extreme n’aura, par ailleurs, de cesse de remercier le public français d’être là ce soir (« It’s good to be back in the city »)… mais avec le coeur.

Dans le but de satisfaire tous les fans présents, le groupe balaie à partir de « Tell Me Something I Don’t Know » une époque que certains dans la salle n’ont pas connu. L’épreuve du temps n’a en tout cas pas entaché ces morceaux et, inévitablement, après avoir proposé du « air percussion » sur le titre « Midnight Express », Extreme propose enfin LE titre incontournable qui fait toute la renommée du groupe. Vous l’avez deviné, il s’agit bien entendu de « More Than Words » ! A cet instant, Gary Cherone et Nuno Bettencourt se trouvent seuls sur scène pour proposer un challenge, non pas entre eux deux, mais entre le public et les deux artistes. Les fans ne s’y trompent pas et obtiennent un A+ après avoir admirablement su chanter sur ce titre intemporel. C’est alors que l’interprétation du titre « Ghost » avec Nuno au piano nous confirme la capacité d’Extreme à proposer du neuf. L’inspiration n’est pas morte, loin de là, et les influences de Queen sont totalement intégrées au sein de ce titre poignant, relevé, et dont les arrangements (plus complexes que les autres titres) soulignent que le groupe parvient a se renouveler. Ce soir avec Extreme : on s’évade.

Extreme c’est aussi un hard rock teinté d’un feeling « funky »… à la Cupid’s Dead par exemple ! On retrouve d’ailleurs des influences country dans ce titre vraiment très fun qu’est Take Us Alive. A tel point que Gary en vient à sauter sur les enceintes et à mimer un cheval au galop sur la fin du titre qui est d’ailleurs jouée plus rapidement. Sans crier gare, Nuno fait semblant de chasser un moustique ce qui laisse deviner une suite nommée Flight Of The Wounded Bumble Bee et son intro techniquement réservée aux plus doués mais percutante. Puis vient l’énorme titre de l’album Pornograffitti « Get The Funk Out ».


« Saudades de Rock » : le dernier album du groupe.

Les rappels auraient dû être au nombre de deux, et en effet, le groupe joue un titre de (Am I Ever Gonna change) et un morceau que, selon Gary « même Nuno peut jouer tellement il est facile » ! Il s’agit du titre « Hole Hearted », un autre tube de Pornograffitti. Kevin Figueiredo, le batteur du groupe, se rapproche de l’avant de la scène pour l’occasion et joue le début du titre debout. La soirée, déjà fantastique, aurait dû s’arrêter là. Mais après avoir dépensé beaucoup d’énergie, Pat Badger, Gary Cherone, Kevin Figueiredo et Nuno Bettencourt sont encore prêts pour un dernier titre, « Mutha », où chaque membre donne de sa personne, comme tout au long du concert.

Bilan : le bassiste, Pat Badger, donne de la voix et, même s’il se fait plus discret que ses collègues, n’en reste pas moins efficace. Kévin, le récent batteur évoqué ci-dessus, assure sa prestation remarquablement. Nuno, à un moment du show, vante ses mérites en le présentant d’une manière élogieuse. Pas étonnant car Kévin, le petit nouveau, a frappé ses fûts de manière très intense et sa maîtrise de la variété du répertoire d’Extreme est indéniable. Nuno Bettencourt, pour sa part, fait vraiment figure de guitar hero dans le domaine des riff percutants, des soli soignés et du song-writing inspiré. Et pour terminer, Gary Cherone démontre qu’il a toujours cette voix particulière, à la fois fine et légèrement éraillée. Sa gestuelle particulière et son attitude survitaminée passent toujours aussi bien l’épreuve du live.

Dans les faits, les points communs des quatre rockeurs de Boston résident dans une énergie débordante et une excellente complicité (Gary et Nuno se blaguant par exemple à de nombreuses reprises etc.). De l’aveu même de Gary recontré backstage, ce concert fut un moment vraiment spécial. La foule leur ayant, en effet, donné un répondant qui les a boostés au meilleur de leur forme. Pendant environ 2h, alors que la terre continuait de tourner, dans la salle blindée de Montmartre, Extreme a marqué des points dans son parcours de reconstruction et a offert un show de grande classe.

« You’re more than welcome back guys, thanks ! »

Set List :

Confortably Dumb
Decadence Dance
Rest In Peace
It(‘s A Monster)
Star
Tell Me Something I Don’t Know
Medley : Kid Ego/Little Girls/Teacher’s Pet
Play With Me
Midnight Express
Intro de Stairway to Heaven + More Than Words
Ghost
Cupid’s Dead
Take Us Alive (+ « That »s All Right Mama »)
Flight Of The Wounded Bumble Bee
Get The Funk Out

Rappels :

Am I Ever Gonna Change
Hole Hearted
Intro de Now I’m here et Mutha (Don’t Wanna Go To School Today)



Laisser un commentaire

  • Durant le temps ou je lisais le récit du concert d’Extrême, j’étais vraiment dedans, enfin je veux dire que j’étais dans la salle avec eux, je pouvais bien tout sentir. Je suis une fan incontournable du groupe depuis que j’ai 12 ans. Même si je suis triste de n’avoir eu jusqu’à maintenant jamais la chance de les voir sur scène, cela ne m’empêche pas d’être très proche d’eux sans les voir, mais à travers leur son je suis liée à eux.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3