ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Fear Factory : bilan après restructuration



Artiste : Fear Factory
Salle : VK
Ville : Bruxelles
Date : 21-02-2010
Public : 500 personnes

Live report : MikaH


Burton C. Bell
(photo : www.loudfarmer.com)

On ne se rend pas à un concert de Fear Factory pour voir jouer un boys band qui chante des ballades insipides. Chez Fear Factory, on n’a pas non plus affaire à des débutants : ils ont leur style bien à eux et leur son reste musclé. Même après les nombreux changements de line-up au sein de cette formation créée à Los Angeles en 1989. En effet, le groupe a connu un parcours chaotique depuis sa fondation et leur premier vrai album Soul Of A New Machine.

Pas la peine de pondre une bio exhaustive de ce groupe qui a considérablement influencé tout un tas d’artistes de la scène metal, essayez juste de deviner quels sont leurs thèmes favoris avec des titres d’albums comme : Soul Of A New Machine, Digimortal ou encore Mechanize…

Mechanize, voilà la raison de leur présence à Molenbeek-Saint-Jean, commune de Bruxelles, en ce dimanche soir. Leur album vient de sortir et n’a rien de moins couillu qu’un Demanufacture. La surprise en moins
peut-être ? Même pas. En effet, on aurait pu croire que c’en était fini de la bande à Bell et Cazares après leur clash (Dino est parti, avait fondé Divine Heresy puis est revenu) mais leur nouvel opus se révèle intéressant et bien énergique. Il fallait donc aller s’assurer en live que les Fear Factory restaient fidèles à ce que leurs fans attendaient d’eux : des mélodies accrocheuses, une voix bien death assaisonnée aux sonorités industrielles.

Un nuage de fumée emplit la salle tandis que les musiciens rejoignent leur poste comme prévu. C’est parti pour un face à face d’une heure trente avec l’usine de la peur. Et on démarre en force avec le premier titre de l’album éponyme, Mechanize. La violence et la puissance sont bien là. Même si le roi de la double pédale, Raymond Herrera, n’est pas là c’est Gene Hoglan (Dark Angel, Strapping Young Lad…) qui assure derrière les fûts. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas un peintre ! Sous ses airs détachés, ça envoie sévère du côté de l’ami Gene.


L’usine en vraie
(photo : www.loudfarmer.com/)

Oui mais voilà, si le son est puissant, il n’est malheureusement pas d’assez bonne qualité. Comme mentionné précédemment, les enregistrements studios de Fear Factory ont une grosse prod et la voix de Burton C. Bell est aux petits oignons. Mais ce soir elle n’est pas suffisamment mise en évidence dans la salle bruxelloise. Cette volonté de mettre plus de décibels au détriment du confort d’écoute est vraiment à déplorer.

Ne boudons pas notre plaisir pour autant : la playlist est bien diversifiée car le but du groupe américain n’est clairement pas de nous marteler le nouvel album dans les oreilles mais bien de faire plaisir aux fans du groupe. Sur « Smasher Devourer », le public chante le refrain en ch?ur et Dino Cazares s’éclate bien. Il vient souvent jouer juste sous le nez du premier rang avec ses fameuses guitares Ibanez custom et c’est clairement lui qui interagit le plus avec le public. Le bassiste Byron Stroud (Zimmmers Hole, Devin Townsend…) tient sa place comme il faut, peut-être même un peu trop.

Côté musique, l’interprétation du titre « Resurrection », morceau magique extrait de Obsolete (1998), est géniale. Mais au fur et à mesure que la soirée avance, on se rend compte qu’il manque quelque chose ou plutôt quelqu’un sur scène : un claviériste. C’est dommage parce que le groupe y perd en prestance alors qu’il a bâti une partie de son style sur des effets électroniques.

Il est 22h50, le groupe quitte la scène sans que le frontman ne manque de serrer la main de presque tous les fans du premier rang. Une attitude sympa et décontractée que l’on retrouve également chez Dino, pas le dernier a signer des autographes.

[/urlb]

Byron Stroud
(photo : www.loudfarmer.com/)

En tout cas on se fera un plaisir de revoir les Fear Factory dans les festivals cette année. Même si le son n’était pas au top ce soir, nous avons eu affaire à un groupe motivé et proche de son public. Pour autant, retrouverons-nous un jour l’intensité live de la période Demanufacture/Obsolete ?

Set-list :

Mechanize
Shock
Edgecrusher
Smasher/Devourer
Industrial Discipline
Acres Of Skin
Linchpin
Powershifter
Fear Campaign
Martyr
Christploitation
Resurrection
Final Exit
Demanufacture
Self Bias Reissotr
Zero Signal
HK (Hunter-Killer)
Replica




Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3