ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Carnet De Route    CR De Festival   

Les Feux de Beltane : une expérience hors du temps


Aujourd’hui en France, de nombreux projets atypiques liés au metal émergent. C’est notamment le cas du côté des festivals qui ont tendance à se multiplier chez nous. Portés par le célèbre Hellfest, on assiste à la prolifération d’événements ciblés (Ragnard Rock Fest, Fall Of Summer…) qui connaissent souvent une jolie ascension. Une trajectoire que l’on souhaite aux Feux de Beltane dont la première édition s’est tenue cette année.

Cet événement est un projet aux antipodes des fests mastodontes puisque son but est de proposer un fest à taille humaine et simple. Il a été pensé et créé par Vincent du collectif Tomahawk, un ensemble de groupes bretons, qui est également brasseur de la bien-nommée « couille de loup » qu’on retrouve dans les festivals comme le Hellfest ou le Motocultor. Il a été accompagné dans ce projet par Gus, de la brasserie Ouroboros, ainsi que par Les Acteurs De L’Ombre, le label de haute qualité spécialisé dans la production d’artistes de black metal français (Regarde Les Hommes Tomber, The Great Old Ones…).

C’est dans la ferme de Vincent, située dans le Finistère Breton que cet événement s’est déroulé les 7 et 8 mai derniers. Depuis plusieurs années, Vincent avait ce projet en tête mais il a fallu construire le hangar pour les groupes, construction qui aura duré près de cinq ans, à l’aide des matériaux du terrain de la ferme. Le créateur du fest craignait d’ailleurs que la préparation du site et l’intendance de l’événement ne soient trop compliquées à mettre en place pour cette première édition. Il s’est ainsi demandé s’il ne se lançait pas dans cette aventure un an trop tôt car il manquait par exemple la porte et le bardage intérieur sur certains côtés du hangar. En fait, au moment où l’événement a été programmé, Vincent pensait qu’il aurait fini la préparation à temps mais les aléas d’une telle organisation lui auront mis une certaine pression sur les épaules pour parvenir à bien accueillir groupes comme festivaliers.

Quoi qu’il en soit, le week-end a bien eu lieu, avec une franche réussite, et tous ceux qui connaissent la difficulté d’organiser un festival seront repartis avec le sourire et plein d’indulgence quant aux quelques approximations inhérentes à toute organisation. Le principe des Feux de Beltane est simple, un week-end jovial et détente à la bretonne autour des traditions du coin et de la musique black metal. Les invitations ont été faites dans un cadre plus privatif que public, les privilégiés sont toutes des connaissances des organisateurs. Trois cents personnes sont attendues sur l’ensemble du week-end, le prix d’entrée est libre, chacun donne ce qu’il veut en fonction de ses moyens. Ce week-end est clairement différent d’un festival classique car tout est mis en œuvre pour passer un moment liant musique et traditions du coin (bière locale, jambon grillé, apprentissage de la forge…). Les prix sont dérisoires, comme « la couille de loup » à 2 euros (blonde ou ambrée) ou bien la super assiette à 3 euros.

C’est dans cette optique que les protagonistes du projet ont l’intention de faire marcher le festival sur le long terme. De plus, l’organisation a tout mis en œuvre pour amener des groupes des Acteurs de l’Ombre. D’ailleurs la programmation est des plus alléchantes avec cinq combos qui joueront le samedi sous la grange, aménagée pour l’événement, à partir de 16H avec notamment les Bordelais de The Great Old Ones, les Nantais de Regarde les Hommes Tomber ou encore Les Lorrains de Phazm. Malheureusement, Deluge a dû annuler sa venue pour problème de locomotion. La ferme de Vincent va donc se transformer pendant ces trois jours en grande fête Bretonne et en « Black Metal-orgie ». Une partie des champs est mise à disposition pour les campeurs ainsi qu’un parking pour toutes les voitures, organisation donc aux petits oignons !

De notre côté nous arrivons le vendredi depuis Paris vers 20H30, ce qui nous laisse le temps d’installer notre campement et de se familiariser avec le site. Et puis vient le moment de la première bière sur le site déjà occupé par la population metalleuse, arrivée durant la journée. Hormis la grange où les groupes vont jouer le lendemain, plusieurs bars sont mis à la disposition de la population ainsi qu’un merch et des stands de ventes locales. Dans une ambiance joyeuse et conviviale, on peut aussi apercevoir des décors tels qu’une grande croix en bois (qui prendra feu le lendemain), une forge et même des tentes pour se protéger du soleil car il fait chaud en Bretagne… Toutes les personnes que nous rencontrons sont des passionnés et des fins connaisseurs venus partager, rigoler, boire et manger à la bonne franquette. La soirée est des plus endiablées avec un super repas offert à un prix dérisoire. Là encore, une estimation des prix est faite par les cuisiniers mais chacun donne ce qu’il veut. Une super première soirée à discuter de tout et de rien avec des gens plus intéressants les uns que les autres, dans une ambiance déjà très agréable. Le temps est plutôt clément pour cette première soirée, ce qui est une bonne nouvelle. Nous nous endormons en conséquence avec une banane jusqu’aux oreilles et l’impatience de voir comment, demain, la première « vraie » journée va se passer dans la ferme.

Après une nuit très calme et sans bruit (ça change du bordel du Hellfest !), et pour cette première vraie journée sur le site, différentes activités sont mises en place avec notamment la possibilité de s’exercer à la forge afin de construire des petits objets médiévaux, des couteaux ou autres babioles. De plus en plus de personnes arrivent dans le courant de la journée pour assister aux prestations des groupes qui vont jouer à partir du milieu d’après-midi, et ce jusqu’à tard dans la nuit. Afin de rester dans le moule breton, les organisateurs ont décidé de faire appel à un lecteur du nom de Yannick qui compte des histoires d’aventures comme un livre d’Edgar Allan Poe ou de H.P Lovecraft dont les metalleux se passionnent tout au long de la journée. Le cochon est également mis en broche et est servi en milieu d’après-midi pour une dégustation vraiment unique. On a de la chance avec le temps car, malgré quelques gouttes, c’est le soleil qui règne en maître durant tout le week-end.

Vers 13H, tout le monde ressort du site pour y rentrer à nouveau après avoir donné petite ou grande participation à l’événement. Une journée de samedi bien éprouvante avec pas moins de 450 personnes qui auront finalement fait le déplacement pour les concerts. Le stand des groupes et l’atelier demi-lune parviennent ainsi à avoir une activité importante et on remarque que les metalleux sont très impliqués dans le projet avec notamment beaucoup d’achats effectués. Côté musique, le premier groupe Corbeaux démarre son set avec du retard à cause de problèmes techniques. Peu après le début, le son s’arrête et plus rien n’est audible pendant un petit bout de temps… Le combo devra malheureusement se contenter d’un seul morceau aujourd’hui. L’organisation a quant à elle un peu de temps avant le prochain concert pour réparer les défauts techniques. Afin de satisfaire le public pour le reste de la journée, les ingénieurs font le maximum pour accueillir les Stéphanois de Maïeutiste dans les meilleures conditions. Leur black est influencé par des nuances très doom et même folk parfois. Une bonne présence et un son plus que correct, et ce d’autant plus quand on sait les problèmes qu’il y a eu avant. Le combo joue 45 minutes devant un public bien présent et réceptif. Une mise en jambe très correct même s’il est difficile de mixer en live autant d’éléments.

Avant d’accueillir les Lorrains de Phazm, nous profitons toujours du beau temps pour aller checker CD, T-Shirts, vinyles et autre goodies et se reposer un peu sous la tente. Le concert de Phazm est attendu car après une longue pause musicale, le groupe a décidé de sortir un nouvel album. Evoluant dans un style black mais aussi très death’n roll, le groupe porte bien son nom avec son nouvel opus Scornful Of Icons, aussi particulier qu’étonnant. Mais là encore, le public constate un problème technique au début de concert, on pense même qu’eux aussi ne pourront jouer aujourd’hui. Cependant, afin de faire patienter l’audience, Pierrick Valence le leader du groupe, joue une mélodie sur un vieil instrument à cordes frottées du nom de Nyckelharpa (instrument traditionnel d’origine suédoise). Le tout pour un excellent moment et une grande rigolade avec Pierrick. Heureusement, le concert peut vraiment commencer et on est ravi de voir la prestation de Phazm dont les compositions et une parfaite maîtrise des instruments rendent le concert très attrayant. La voix de Pierrick est juste incroyable : quel coffre ! Un vrai plaisir de voir une prestation aussi aboutie pour un groupe déjà très expérimenté. Ne loupez pas les prochains passages du groupe en France ! Voir agenda concert.

Il est 22H et l’heure est venue de manger un peu de cochon grillé tout en admirant les flammes qui rougissent. Le moment est venu de voir jouer peut-être la révélation de l’année 2015 (en tout cas en France) : Regarde les Hommes Tomber. Déjà grands, puissants, impressionnants de maîtrise et d’émotion avec des compositions toujours plus abouties, les Nantais n’ont vraiment rien à envier à leurs copains norvégiens ou finlandais. Un concert qui met en avant le deuxième album Exile sorti l’année dernière. Une ambiance de feu est présente notamment grâce à la chaleur noire du lieu et de la nuit déjà bien tombée sur la Bretagne. L’intro « L’Exil » démarre les hostilités de la plus belle des manières. Viennent ensuite les hits du groupe, un mix des deux albums avec notamment « Thou Shall Lie Down », « Embrace The Flames », « The Fall » ou encore « Ov, Flames, Flesh and Sins ». Seul bémol : un son parfois un peu brouillon mais c’est le jeu avec ce genre de groupe. Un concert vraiment impressionnant d’où on ressort avec des frissons et les poils levés !

Après cette grosse claque, on profite de ce moment pour voir des cracheurs de feu et des acrobates qui montrent leurs prouesses devant la grande croix en bois enflammée pour l’occasion. Un moment unique et chaleureux offert par ces acteurs de la soirée. On attend patiemment le dernier concert de la journée, The Great Old Ones. Il est déjà tard au moment où les Bordelais montent sur scène (environ 00H30-45), ce qui n’empêche pas le public de rester pour voir le concert d’un groupe dont l’ascension est incontestable. Evoluant dans un style black/dark metal, le combo a trouvé tous les éléments intéressants pour offrir des albums de qualité et reconnus à l’international. La preuve avec leur programmation sur scène avec les Allemands de Der Weg Einer Freiheit il y a quelques mois. Appuyé par leurs titres phares tels que le puissant « Antarctica », le très dark « Visions Of R’lyeh » ou encore le morceau « Jonas » extrait de l’album Al Azif. 1h de prestation et 1h de bon son dans la tronche des derniers résistants. Après une journée bien arrosée de bières, de cochon grillé et de concerts plus entraînants les uns que les autres, on commence à être un peu fatigué et sans aucun mal nous nous endormons vers 2H du matin.

Beaucoup reparte le dimanche matin tôt et le camping se vide à une vitesse folle. Mais de notre côté, petits veinards, notre week-end n’est pas terminé. Et oui avec le reste des metalleux, nous allons assister à 14H à un cours sur le paganisme compté par un expert en la matière, Gregory Moigne (Professeur d’histoire-géo, doctorant en celtique et histoire des religions), qui a déjà partagé ses connaissances dans des événements similaires. Il ne reste plus grand-monde pour assister à sa conférence qui a lieu dans la grange. Les ingénieurs commencent à ranger le matériel et il est même presque difficile de trouver quelque chose à manger. Néanmoins, nous sommes très heureux d’apprendre par Gérald Milani (directeur du label Les Acteurs de l’Ombre) que le week-end est pour le coup très positif sur le plan financier. Avec ce que l’événement a gagné, l’organisation a ainsi pu se rembourser de tous les frais accumulés mais a aussi pu rallonger le cachet des groupes et des techniciens (ce qui est donc une vraie réussite). Le festival a également pu laisser de l’argent à la SCI qui a reçu pour le week-end. Mais attention aucun bénéfice net n’a été réalisé, ce n’était d’ailleurs pas le but de l’événement. Une très grosse réussite donc pour cette première année aux Feux de Beltane. L’édition 2016 aura accueilli pas moins de 500 personnes (450 du public et 50 bénévoles).

Après cette super nouvelle, c’est donc Gregory qui arrive pour nous conter l’histoire du paganisme en France et dans le monde, lié au métal mais aussi aux religions. Un discours d’1H30 sur ce courant de pensée répandue sur la terre notamment par les gens du grand Nord. Un parallélisme très intéressant est également opéré avec les groupes black, folk, pagan ou encore death mélodique. A la fin de la conférence, le moment est venu pour nous de partir vers 16H30, direction gare de Quimperlé. Après avoir félicité et remercié tout le monde, nous nous faisons raccompagner à la gare afin de reprendre notre train pour revenir dans la vie normale qu’on avait presque oublié l’espace d’un week-end en Bretagne.

En murissant ce super week-end, nous nous sommes rendus compte du caractère hors-norme de l’événement et de la réussite de cette première édition des Feux de Beltane. Le fait que les penseurs du projet est remis en avant le passé et les antécédents de la région Bretonne au goût du jour donnent vraiment à ce festival un côté totalement à part. La prochaine édition étant prévue les 6 et 7 mai 2017, on peut vous garantir qu’on sera à nouveau présents !

Reportage : Philippe Dory.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3