ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Flayed – III: Empty Power Parts


Ceux qui suivent la scène rock/metal française d’assez près ont sans doute déjà entendu parler de Flayed. Le groupe originaire de Rhône-Alpes officie depuis déjà cinq ans en adoptant la recette éprouvée du hard rock exécuté à la perfection. En cinq ans, le groupe a déjà sorti deux albums et un EP sans transiger sur la qualité. Leur nouvel opus, III: Empty Power Parts ne va pas changer la donne, en dépit de quelques problèmes de label et de management. Flayed veut balayer tout ça en délivrant enfin Empty Power Parts. On prend les mêmes et on recommence, peut-être même en mieux.

Flayed n’a pas vocation à surprendre l’auditeur. L’objectif est simple : constituer un grand cru de rock n’ roll teinté de hard, de heavy et de blues. L’album ne tergiverse pas, l’ouverture « Homeland » nous plonge dans un univers arena rock façon Foo Fighters, avec une nuance cruciale néanmoins : la présence de l’orgue Hammond qui confère un cachet vintage à Flayed. À noter en outre une pléthore de variations au sein du même titre, que ce soit sur les parties guitare ou le chant, très mélodique puis écorché sur l’accélération finale. Dans tous les cas, au vu des deux précédents albums, on ne doutait plus du talent de Renato pour incarner toutes les facettes de Flayed (« Liberate Our Enemies » l’entérine parfaitement). « Middle Age » continue sur cette lignée, avec un riff tout en tension qui alimente le couplet et qui donne au titre un aspect de boogie-woogie aux amphétamines. « Glad To Leave » et sa parenté avec AC/DC est le point culminant de l’énergie contenue dans l’album. Il faut rendre hommage au travail des guitares réalisé par Julien et Rico et leur production calibrée avec précision, permettant de mettre en valeur les rythmiques (notamment les jeux de syncope, comme sur « Liberate Our Enemies ») autant que la multitude de leads incisifs et parfois originaux (celui de « Rise Of The Kings » qui semble sorti d’un disque de Freak Kitchen). « Fairy Tale » incarne peut-être le mieux la philosophie de Flayed lorsqu’il s’agit de donner dans le hard rock : le groupe ne freine jamais son allure, ou s’il le fait, c’est uniquement pour insuffler une pointe de dynamisme qui aurait manqué à l’ensemble. De quoi démontrer l’étendue du travail réalisé derrière la simplicité apparente d’une philosophie et d’un registre musical bien connu.

Surtout, Empty Power Parts prend légèrement un visage d’anthologie du rock. Lorsque Flayed décide de retenir la bride (ce qu’il ne fait pas souvent), il rend hommage à des influences universelles telles que Deep Purple ou ZZ Top (le riff saccadé et entrainant du début d’ « Empty Power Part », par exemple). Ainsi « Flooded & Blind » est une leçon de feeling blues et de groove que Corrosion Of Conformity n’aurait pas renié. Oui, c’est entendu des milliers de fois. Mais c’est l’intensité proposée par Flayed qui lui permet de sortir du lot. Un bémol qui n’en est pas vraiment un concerne peut-être le recours à des arrangements de chœurs, tel qu’on l’entend sur « Rise Of The Kings ». Idée astucieuse puisqu’elle permet de faire décoller certaines parties vocales et jouer sur la corde fédératrice (les refrains et le pont de « Waiting For The Turning Point ») mais qui est victime de sa récurrence.

Les difficultés qui ont précédé la sortie de ce III: Empty Power Parts n’ont pas altéré sa qualité, loin de là. Flayed reste fidèle à lui-même, avec davantage de soin apporté à la production et des véritables partis-pris en termes d’arrangements sonores (l’orgue Hammond en tête). C’est peut-être en cela que ce troisième opus définit davantage Flayed et se veut la meilleure vitrine pour le groupe à ce jour. Les mauvaises langues pourront arguer du fait que Flayed se repose sur des formules qui n’ont plus rien de stimulant. Ce n’est pas là où le groupe se démarque. C’est par son sens de l’interprétation, son respect des genres musicaux en question issu d’un amour sincère. Flayed veut faire du rock, comme beaucoup de monde avant lui, présentement et dans les années à venir. Il le fait avec une forme d’excellence, de la manière qui rend justement le rock intemporel.

L’album en écoute intégrale :

Clip vidéo de la chanson « Fairy Take » :

Clip vidéo de la chanson « Middle Age » :

>

Album III: Empty Power Parts, sorti le 24 septembre 2018 via Overpowered Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Night Flight Orchestra @ Lyon
    Slider
  • 1/3