ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Fortifem donne des ailes


Voir le travail récompensé fait toujours plaisir. Surtout lorsque l’on devine les heures et les heures d’investissement acharné nécessaires au développement de tous les projets d’envergure. Ainsi, quand le duo d’illustrateurs Fortifem (que vous connaissez peut-être pour leurs nombreux travaux avec Carpenter Brut, Alcest, Behemoth, Rammstein…) est monté sur la scène du Trianon, le mercredi 25 septembre dernier, à la fin du set commun Alcest/Perturbator, il méritait largement le tonnerre d’applaudissements délivré par le public parisien. Car Jess et Adrien ont réussi un pari fou : celui de remplir cette splendide salle avec un concept 100% inédit, intitulé Major Arcana, qui valait incontestablement le déplacement.

Ce sont en tout six artistes de metal qui étaient réunis pour proposer, dans le cadre de duos, trois sets différents. Le premier acte, intitulé La Mort, mettait en avant les artistes Nostromo et Dehn Sora avant l’arrivée du deuxième acte, Le Diable, où les groupes Hangman’s Chair et Regarde Les Hommes Tomber ont proposé un rendu éminemment lourd et intense. La soirée se terminait avec le dernier chapitre, nommé La Roue De La Fortune, où Perturbator jouait avec les membres d’Alcest.

Artistes : Fortifem – Alcest – Perturbator – Hangman’s Chair – Regarde Les Hommes Tomber – Nostromo – Dehn Sora – Verset Zero
Date : 25 septembre 2019
Salle : Trianon
Ville : Paris [75]

Nostromo / Dehn Sora

Entre chaque set, le DJ Verset Zero partageait de son côté une musique électronique se rapprochant souvent du noise indus. Ce dernier avait d’ailleurs du mérite car il proposait son set alors que les roadies étaient sur scène avec lui en train de monter et démonter le matériel ! Le tout se déroulait sous les illustrations de Fortifem projetées sur les trois écrans situés derrière les groupes. Des images que les illustrateurs avaient réalisées spécialement pour l’événement.

Lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du Trianon, on tombe d’ailleurs directement sur ces magnifiques illustrations de Fortifem (voir ci-dessous) dans la salle principale où se trouvent les merchandisings des artistes. Il faut dire que cette soirée, du début à la fin, aura respiré la classe à tous les niveaux. Dans ce cadre magnifique qu’est Le Trianon, la présence des Fortifem était on ne peut plus adaptée car le caractère majestueux de leur travail était en parfaite adéquation avec l’élégance des lieux. Le travail du duo étant également riche, précieux, intense, inspirant et riche en symboles.

Hangman’s Chair / Regarde Les Hommes Tomber

Du 20 au 29 septembre 2019, le Red Bull Music Festival retrouvait ainsi Paris pour une nouvelle série d’événements inédits à travers la capitale qui aura rassemblé plus de 4 500 personnes. Au Trianon, le public a pu savourer un grand spectacle musical et visuel pendant près de deux heures. Il paraît délicat de résumer ici la grande histoire proposée par Fortifem car ses dessins captivants nécessitent du temps pour en évoquer sa dimension symbolique. D’autant plus que, dans le cadre d’une performance scénique où les groupes envoient du bois sur scène, il paraît compliqué de toujours parvenir à suivre en détail le fil conducteur que représentent les illustrations. Car, en tant que spectateur, on ne sait plus où donner de la tête tellement il se passe de choses sur scène !

Ce constat souligne le problème de riche rencontré ce soir-là : il y a trop de qualité sous nos yeux. A titre d’exemple, lorsque l’audience assiste à la performance d’Hangman’s Chair et Regarde Les Hommes Tomber, c’est le volet sombre de notre âme qui est touché. Le ressenti est profond et cette prestation intense revêt un caractère absolu avec l’impression d’assister à une gigantesque messe noire. Pourtant, fermer les yeux devient une hérésie lorsque l’on a devant soi neuf musiciens sur scène ! Alors, tels des hiboux, le spectateur/auditeur est contraint de vivre l’expérience les yeux ouverts, la bouche ouverte, les oreilles ouvertes, le cœur ouvert… ce qui engendre des sensations internes assez dingues.

Alcest / Perturbator

Plus tôt dans la soirée, Nostromo et Dehn Sora avaient également proposé un rendu très sombre. C’est une véritable mise en abîme à laquelle le public a assisté. Rarement la thématique de La Mort, qui comme évoquée plus haut introduisait la soirée, aura été aussi bien adaptée pour définir une performance musicale. Mais que l’on ne se méprenne pas, c’est bien la dimension spirituelle de La Mort – son concept en somme – qui est évoquée ici, non une allusion primaire, bêtifiante et vulgaire. Nous sommes dans les images, dans les métaphores, dans la suggestion. Les musiciens sont discrets et extrêmement concentrés, ce qui participe au rendu prenant de ce concert se tenant, en ce début de soirée, devant un public parisien bien calme.

La prestation d’Alcest avec Perturbator fut également incroyable. Regarder les visages frustrés autour de soi à cause de la durée de ce set était savoureux ! Les spectateurs en voulaient plus et ils auront beau crier « une autre ! une autre ! » pendant de longues secondes, le groupe ne réapparaîtra pas et les fans d’Alcest vont maintenant devoir attendre son prochain passage à Paris en mars prochain. L’accueil pour la formation française et pour James de Perturbator fut grandiose et la réaction du public sur le morceau « Sapphire », qui sera ensuite révélé au public deux jours plus tard, aura prouvé au groupe l’efficacité de cette nouvelle composition. Quand autant de cervicales s’agitent sur un titre encore inconnu, c’est forcément bon signe… Mais pour vous faire votre opinion sur cette soirée hors norme, nous vous incitons à regarder tous ces concerts disponibles en vidéo ci-dessous.

Illustrations de Fortifem :

Photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3