ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Freak Kitchen nous a mangés tout cru


Cuisiner avec des païens dans une cuisine de marginaux, le programme de ce mercredi soir peut paraître bien étrange de prime abord. Particulièrement si vous êtes assis dans un Divan du Monde et que vous ajoutez un dessinateur espagnol de chat noir détective privé dans ce tableau déjà bien barré. Mais n’attisons pas vos craintes au-delà du raisonnable, ce soir, il s’agira tout de même de musique, d’énormément de fun et d’une bonne dose d’originalité avec les Suédois de Freak Kitchen qui viennent notamment nous présenter leur dernier opus en date, Cooking With Pagans.

En guise de hors d’oeuvre, un guitariste français, Aymeric Silvert. Vous ne connaissez pas ? Alors suivez les prochaines lignes pour les présentations.

Artistes : Freak KitchenAymeric Silvert
Date : 11 mars 2015
Salle : Divan du Monde
Ville : Paris [75]

Aymeric Silvert

Aymeric Silvert a deux albums solo à son actif dont le récent I’m Back sorti en décembre 2014. Il est aussi guitariste de studio, professeur de guitare, créateur d’une méthode de guitare. Intello boulimique de la guitare pensez-vous ? L’homme est aussi à l’affiche de deux festivals hommage à Rory Gallagher, l’un en Belgique, l’autre en Irlande, à Ballyshannon, lieu de naissance du guitar hero irlandais. Pat McManus (ex-Mama’s Boys) et Bernie Marsden (ex-Whitesnake) ou encore Johnny Gallagher seront aussi à l’affiche. Vous avouerez que nous avons ici quelques pointures de la six-cordes, n’est-ce pas ? Aymeric doit donc avoir quelque talent. Voici pour la théorie, mais qu’est-ce que ce CV donne concrètement sur scène ? Parce que c’est bien beau les méthodes de guitare, le côté prof, mais, nous, c’est de l’émotion que nous recherchons, pas un cours magistral ! La soirée débute par une vidéo montrant une slide guitar qui pose une certaine ambiance.

Cette vidéo d’introduction terminée, Aymeric se présente en trio, lui au chant et à la guitare, accompagné d’une basse et d’une batterie, avec une musique rock hard sudiste, grunge, mélange inclassable qui met un certain temps à démarrer. Il faut en effet attendre ‘Eternall Bliss’ ou ‘Miss Take’ pour que le son nous chatouille l’oreille. Même si l’homme est peu extraverti, il n’hésitera pas à communiquer avec le public, essayant de remuer le Divan du Monde, ne manquant pas d’humour quand il introduit ‘Take Me Higher’ en indiquant que ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un concert de metal qu’il faut hésiter à bouger des fesses. Sur ‘Falling’, il invitera les spectateurs à chanter des « oh ! oh! » comme dans une ambiance stade de foot précisera-t-il. « Je ne vous demande pas votre équipe préférée, cela finit toujours mal », ajoutera-t-il, psychologue. L’intéressant ‘Messiah Land’ avec son ambiance, ses changements de rythmes, ses solos de basse et de guitare nous emmène vers la fin du concert qui se conclut par le plutôt enlevé ‘Sexy Silhouette’.

En quarante minutes, Aymeric aura proposé musicalement des choses intéressantes, s’appuyant ce soir uniquement sur des morceaux issus de son dernier opus. La prestation en elle-même aura par contre manqué d’allant, de percussion. L’homme est sympathique, plein d’humour mais il aura manqué ce petit quelque chose pour enflammer l’assistance.

Le toujours très disert Mattias IA Eklundh

C’est à nouveau une vidéo qui lance la tête d’affiche. Avec en fond sonore ‘Freak Of The Week’. Toutefois, les Suédois démarrent sur d’anciens titres en remontant même à la fin des années 90 avec ‘Walls Of Stupdity’. ‘Sloppy’, issu de la dernière production du trio, remporte un franc succès. Sur l’écran en fond de scène, différents dessins montrent Blacksad, le chat noir détective privé créé par Juanjo Guarnido, habitué à travailler avec le groupe, et Juan Diaz Canales.

Très disert, le chanteur/guitariste Mattias IA Eklundh constate que le public est venu nombreux ce soir et raconte que le groupe s’est vraiment rendu compte à Strasbourg (où ils jouaient la veille) combien la France leur avait manqué. Sur scène, l’ambiance est à la décontraction et à la bonne humeur. Et au sens de l’à-propos. Pour preuve, la réaction de Mattias qui rencontre des problèmes de câble et de pédale qui demandent une courte interruption du concert : « Nous avons répété, cela fait partie du concert » dira-t-il avant d’enchaîner avec le lourd et poisseux ‘(Saving Up For An) Anal Bleach’. Autre preuve, Christer Örtefos, le bassiste, qui répond « Sur tes fesses ! » à un fan qui demandait un tatouage.

Un set 100% fun !

Avant ‘Nobody’s Laughing’, Mattias envoie des « frenck kiss » à ce super public tout en précisant qu’il est « such an ass kisser ». Le titre simple et efficace fonctionne plutôt bien, tout comme le plus musclé et brut ‘Private Property’, chanté par Christer qui démontre lui aussi son humour lorsqu’il changera de basse faisant remarquer aux spectateurs qu’il passe d’une basse noire…à une autre basse noire. Les morceaux offrent différentes ambiances, ‘Teargas Jazz’ est plus sombre, ‘Chess Pain Waltz’, plus lourd. Mattias précisera toute la difficulté que ‘Ranks Of The Terrified’ représente à jouer. Rassurez-vous, il s’acquittera très bien de sa tâche.

‘Speak When Spoken To’ est salué par les fans dès son démarrage, fans qui donneront de la voix sur le refrain. Arrive ensuite l’excellent ‘Freak Of The Week’ qui permet de remarquer que les titres de Freak Kitchen prennent une toute autre ampleur en live, survitaminés avec bonheur par rapport aux versions studios qui pourraient paraître assez fades après coup. Sur ce titre, Juanjo Guarnido est invité sur scène avec comme outils un feutre et un panneau blanc. Et le voilà d’exécuter en direct, pendant le morceau, trois dessins, un pour chacun des musiciens. Heureux mélange de différentes formes d’expression artistique, original et auquel le groupe sait insuffler une certaine fraîcheur, évitant un côté trop intellectuel. Ce qui le rend d’autant plus sympathique. Et comme le dessinateur a plus d’une corde à son arc, il prendra une guitare pour jouer avec les autres musiciens. On sent une réelle complicité entre le dessinateur et les membres du groupe. Agréable à constater.

Juanjo Guarnido au travail

‘Porno Daddy’ claque, le public en chante le refrain pour le plus grand bonheur du groupe, le morceau s’accélère, Juanjo headbangue, la soirée est belle. Un larsen déplaisant vient perturber le démarrage de ‘Razor Flowers’ ; rien que le groupe ne sache gérer, rebondissant sur cet incident pour finalement l’intégrer avec naturel dans son concert. Après ‘Goody, Goody’, Mattias rappelle que le groupe sera de retour le vendredi suivant. Il ne se rappelle plus où exactement mais sait que l’endroit est proche de Paris. En effet, le groupe se produira au Forum de Vauréal.

La fin approche et le groupe en profite pour offrir un autre moment fun comme chacun des musiciens change d’instrument. Mattias va derrière les fûts, Christer se met à la guitare et Bjorn Fryklund passe de la batterie à la basse et offre ainsi l’occasion aux spectateurs de le voir de plus près. A noter que l’homme est pieds nus ! ‘I’m Proud Of My Haircut’ continue dans le second degré tandis que Mattias explique qu’’Appetizer’ est un titre qu’il a écrit à ses débuts insinuant que ce titre aurait pu être meilleur, montrant cette faculté de recul matinée d’autodérision qu’il peut prendre.

Quelle banane peut-on sentir à la fin de ce concert ! Les Suédois ont en effet offert une prestation riche, de qualité, avec un second degré bienvenu. Un peu à la manière d’un Steel Panther, moins paillard évidemment, plus orienté Desproges dans l’idée blague à froid. Sans oublier la musique, particulièrement plaisante en concert. Alors n’hésitez plus à visiter la cuisine des Suédois. Ce qu’ils y mitonnent avec des païens réveillera vos papilles auditives et fera du bien au moral.

Merci messieurs !

Set List Aymeric Silvert :

Intro Vidéo
In The Doorway
Make Up Your Mind
Eternal Bliss
Miss Take
Frozen Inside
I’m Back
Take Me Higher
Falling
Messiah Land
Sexy Silhouette

Setlist Freak Kitchen :

Propaganda Pie
Walls Of Stupidity
Sloopy
(Saving Up For An) Anal Bleach
God Save The Spleen
Nobody’s Laughing
Private Porperty
Teargas Jazz
Chess Pain Waltz
Ranks Of The Terrified
Speak When Spoken To
Freak Of The Week (avec Juanjo Guardino)
Porno Daddy
Razor Flowers
Goody Goody
My New Haircut
Appetizer
Murder Groupie

Live report : Lost.
Photos : Lost.

A voir également :

Galerie photos Freak Kitchen.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3