ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Gaahls Wyrd, Tribulation and co’ : les fantômes du Nord n’ont pas fini de nous hanter


Un vent glacial souffle sur l’Europe : la tournée Northern Ghosts, en une quinzaine de dates et quatre groupes, Idle Hands, Uada, Tribulation, et Ghaals Wyrd, semble bien déterminée à retarder l’arrivée du printemps. Avec un line-up proposant à la fois de la cohérence – une atmosphère sombre et révérencieuse –, de la diversité – black metal, rock gothique, heavy – et beaucoup de nouveautés, elle promet en effet d’assouvir la soif de fraîcheur de nombreux amateurs qui ne s’y sont pas trompés : la plupart des soirées se jouent à guichets fermés. C’est que la double affiche scandinave est prometteuse. Entre les Suédois de Tribulation qui ont à leur actif d’incessantes tournées et un dernier album très bien reçu, Down Below, et Gaahls Wyrd, comme son nom l’indique le dernier projet en date de Gaahl, qu’on ne présente plus, il y avait en effet de quoi titiller notre curiosité.

C’est donc à Utrecht (Pays-Bas), au début de la tournée, puis à Paris que nous sommes allés à la rencontre de ces fantômes nordiques si prometteurs. À en juger les salles, De Helling et Petit Bain, qui seront bien remplies, nous n’avons pas été les seuls à ne pas être déçus du voyage…

Artistes : Gaahls Wyrd – Tribulation – Uada – Idle Hands
Dates : 24 et 26 février 2019
Salles : De Helling et Petit Bain
Villes : Utrecht [Pays-Bas] et Paris [75]

Idle Hands

C’est à un groupe tout récent et quasi inconnu qu’il incombe d’ouvrir la danse : Idle Hands, venu tout droit de Portland pour proposer un mélange de heavy accrocheur voire un peu cliché et de tonalités gothiques au public déjà nombreux en ce calme dimanche soir. Le cocktail paraît étrangement familier : en effet, le quatuor semble déterminé à consoler les fans du combo suédois hélas défunt In Solitude, tant leur musique rappelle autant le Mercyful-Fatesque « The World, The Flesh, The Devil » que le sombre « Sister », entre voix claire imprécatrice, solos très 80s et arpèges gothiques. Pas d’originalité fracassante donc, mais des musiciens manifestement heureux d’être là et suffisamment de headbanging pour briser la glace.

Uada

Changement d’atmosphère complet avec leurs voisins de Uada, eux aussi originaires de Portland : au programme cette fois, un black metal agressif avec pour toute fioriture quelques riffs mélodiques à la Dissection. Très sobres dans leur attitude et leur tenue, leurs visages cachés, les musiciens évoquent sur scène autant que sur album un certain groupe polonais spécialiste en exercices de futilité, mais pas de raison de leur en tenir rigueur : la performance est tendue et musclée, et donne aux morceaux du quatuor une nouvelle dimension et une puissance redoublée. En cinq longs titres faisant la part belle à Cult Of A Dying Sun sorti l’année dernière, les Américains séduisent un public qu’ils quitteront conquis et applaudissant à tout rompre dans une salle déjà comble.

Setlist Uada :

Natus Eclipsim
Snakes & Vultures
Devoid Of Light
Cult Of A Dying Sun
Black Autumn, White Spring

Tribulation

Coincés entre Uada et Gaahls Wyrd, les Suédois de Tribulation font figure d’exception voire d’étrangeté, comme souvent : toujours en léger décalage avec le reste des affiches diverses et variées auxquelles ils ont pris part, ils en ont fait leur marque de fabrique, revendiquant leur côté, au choix et selon le contexte, trop rock, trop sombre, trop agressif ou trop théâtral. C’est évident dès les premières minutes du concert où l’hypnotisant « Lady Death » pose les bases d’un set qui mettra Down Below, le dernier album du combo, à l’honneur. Entre les volutes d’encens, la voix rocailleuse (malgré le mal de gorge dont il s’excuse aux Pays-Bas) de Johannes Andersson, les solos d’Adam Zaars, les acrobaties façon danse des sept voiles d’un Jonathan Hultén enroulé dans une myriade de foulards (quitte d’ailleurs à se retrouver entortillé dans la batterie et le jeu puissant et très rock de l’ex-Deathstars Oscar Leander), il y a en effet de quoi en prendre plein les yeux et plein les oreilles.

Parvenant à caser 11 titres souvent longs en un peu plus d’une heure, le groupe joue des contrastes et de l’ambiguïté avec malice, entre le côté trépidant de « Melancholia », les longs détours tortueux du côté de Formulas Of Death avec « Suspiria » et « Ultra Silvam », deux titres particulièrement atmosphériques et variés, et l’agressivité de « Lacrimosa ». De quoi désarçonner les plus trve, qu’on voit lutter pour ne pas taper du pied comme les autres, et réjouir les fans, qui applaudissent le groupe avec chaleur. En quatre albums, une dizaine d’années de carrière et d’innombrables concerts, Tribulation a trouvé la formule qui lui est propre, et l’expose avec un art et une conviction irrésistibles.

Setlist Tribulation :

Lady Death
Melancholia
The Lament
The Motherhood Of God
Suspiria De profundis
Cries From The Underworld
Ultra Silvam
The World
Nightbound
Strange Gateways Beckon
Lacrimosa

Gaahls Wyrd

Même si la soirée avance et que la foule s’alcoolise, pas question pour autant de rater le clou de la soirée : Gaahls Wyrd, soit le dernier projet en date de Gaahl, ex-leader légendaire de Gorgoroth. Si ce qui l’a précédé mettait à l’honneur les nouveaux talents, il entre sur scène avec une aura de patriarche, et sa présence même semble adouber les groupes qui partagent l’affiche avec lui. La carrière de Gaahl est longue et agitée : c’est ce que reflète Gaahls Wyrd, qui tient autant du nouveau projet que de la célébration du passé, le set étant essentiellement composé de titres de Trelldom, Gorgoroth et God Seed, groupes précédents du chanteur. Au programme, donc, des incontournables (« Incipit Satan », « Prosperity and Beauty » de Gorgoroth, pour ne citer que ceux-ci), des retours aux sources (« Sannhet, Smerte og Død » de Trelldom), quelques incartades du côté de God Seed (« From The Running of Blood » notamment), et au milieu de tout cela, un nouveau titre, annoncé sobrement par le chanteur : « Ghosts Invited », de l’album à venir de Gaahls Wyrd.

Entre Lust Kilman et Eld, impressionnants, Gaahl est toujours la même présence presque minérale : statique dans l’ombre des cornes qui ornent le backdrop, il se meut avec une lenteur calculée voire habitée, et enchaîne avec le même visage impassible hurlements possédés et litanies de stentor en regardant les spectateurs droit dans les yeux. La foule écoute avec révérence, exulte lors des titres iconiques de l’artiste et accueille avec enthousiasme les nouveautés. Bref, un final en beauté : les fantômes du Nord n’ont pas fini de nous hanter…

Setlist Gaahls Wyrd :

Steg (Trelldom)
Carving A Giant (Gorgoroth)
From The Running Of Blood (God Seed)
Aldrande Tre (God Seed)
Høyt opp i dypet (Trelldom)
Ghosts Invited
Til Minne… (Trelldom)
Sannhet, Smerte og Død (Trelldom)
Incipit Satan (Gorgoroth)
Exit – Through Carved Stones (Gorgoroth)
Alt Liv (God Seed)
Prosperity And Beauty (Gorgoroth)

Report : Chloé Perrin
Photos : Matthis Van der Meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3