ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Gene Hoglan : l’interview atomique


Le 9 juillet dernier nous recevions du lourd dans Anarchy X ! En effet, ni plus ni moins que Franky Costanza, batteur de Dagoba, et Gene Hoglan (Fear Factory, Tenet, Mechanism, Zimmer’s Hole, Dethklok, ex-Death, ex-Dark Angel, ex-Strapping Young Lad, ex-Testament, etc.) se sont joints à nous par téléphone. Résultat : une interview de plus d’une heure avec Gene ainsi qu’un face-à-face où Franky a pu poser ses questions directement à son idole. Un échange qui fut extrêmement instructif et fort en émotion puisqu’on peut dire que, tel un gamin devant Chantal Goya, le Marseillais a « kiffé sa race » le moment.

Un entretien à ne pas manquer et dont la retranscription est désormais disponible dans nos pages (juste après cette petite bafouille). Pour une plus grande facilité de lecture, elle a été réorganisée en trois parties. Dans la première partie Gene révèle tous les secrets de son DVD intitulé « The Atomic Clock ». La seconde partie donne la casquette de journaliste à Franky. Dans la troisième partie sont évoqués les divers groupes de Gene, leur passé et leur actualité. A noter que la petite intervention « amuse-bouche » de Gene du 7 juillet, dans cette même émission, a été intégrée au tout. Vous en conviendrez, difficile de faire plus complet.

Vous vous apercevrez d’ailleurs qu’il y a de quoi manger, qu’il y en a pour tous les goûts et pas que pour les batteurs. Alors, pour tout savoir sur cet éminent musicien qu’est Gene Hoglan, c’est par ici !



PARTIE 1 : The Atomic Clock

Radio Metal : Salut Gene, comment ça va?

Gene Hoglan : Hé bien, avec Fear Factory, on vient de démarrer la troisième partie de notre tournée américaine hier soir où on a joué à Los Angeles et là on est de nouveau dans le bus direction Portland dans l’Oregon. On a un très long trajet à faire aujourd’hui.

Il parait que votre bus est tombé en panne. Qu’est-ce qu’il s’est passé?

Nous avons simplement eus quelques petits problèmes avec le bus ce matin. On a eu du mal à le faire démarrer, du coup on est reparti avec quatre heures de retard. Ce n’était que des problèmes techniques, donc rien de grave.

En tout cas on espère que ca ne va pas créer des problèmes pour le reste de votre tournée…

Non ça n’arrivera pas. On a jusqu’à demain pour arriver là-bas et en ce moment on roule donc tout est va bien. Ça nous a juste pris un moment pour régler le problème.

Et qu’est-ce que tu fais en ce moment? On a entendu parler d’un DVD de batterie qui est sorti.

Oui c’est vrai. Le DVD s’intitule The Atomic Clock et est sorti récemment. Il est disponible et en vente sur le site hoglanindustries.com. C’est un DVD sur la pratique de la batterie qui est vraiment génial et marrant à regarder. Il est aussi très intéressant, et pour l’instant, toutes les personnes qui l’ont vu l’ont aimé, on peut donc dire que j’ai beaucoup de chance. On m’a aussi dit qu’il est très différent de la plupart des DVD de batterie parce qu’il est vraiment fun. Souvent les DVD pédagogiques de batterie, guitare ou basse sont cool mais ils n’ont pas autant de personnalité et sont ennuyeux. Mais je ne suis pas quelqu’un d’ennuyeux donc j’ai fait en sorte que ce DVD soit divertissant pour les gens qui le regardent. The Atomic Clock est très instructif mais il y a aussi quelques clins d’œil et un aperçu de ma vie lorsque je joue. Le DVD permet de comprendre comment j’arrive à créer les sons que je joue et c’est avant tout ma façon de dire : « Si moi je peux le faire, alors n’importe qui d’autre peut le faire et il y a de la place pour tout le monde au top ». J’espère que beaucoup de batteurs, musiciens ou même des non-musiciens, vont s’inspirer de ce DVD pour faire leur propre truc.


« Souvent les DVD pédagogiques de batterie, guitare ou basse sont cool mais ils n’ont pas autant de personnalité et sont ennuyeux. Mais je ne suis pas quelqu’un d’ennuyeux donc j’ai fait en sorte que ce DVD soit divertissant pour les gens qui le regardent. »

Qu’est-ce qui t’a motivé à faire un DVD pédagogique sur la batterie?

J’ai eu l’idée à l’époque où Strapping Young Lad venaient de se séparer et à ce moment là je n’étais pas très sûr de ce qui allait suivre. Du coup, je me suis dit que faire un DVD pourrait être amusant et que ça me maintiendrait occupé. Je voulais aussi pouvoir me consacrer à quelque chose à moi en particulier. Au début je n’avais pas l’intention de faire un DVD pédagogique mais plutôt faire un film de deux heures sur moi. Mais une fois qu’on a commencé à filmer, le DVD a évolué de cette manière. D’ailleurs, la plupart des gens me disent qu’il a un côté très humain et que, contrairement à beaucoup de DVD musicaux, il est assez léger. Ce genre de DVD n’est pas censé être barbant, ils sont censés être divertissants justement!

Tu as mentionné que tu cherchais un moyen pour rester occupé. Pourrait-on dire que tu es un accro du travail?

(rires) En fait, j’aime ne rien faire mais ce n’est pas quelque chose qui arrive très souvent. Par contre, si jamais un jour je gagne à la loterie, je peux vous garantir que vous ne me reverrez plus jamais jouer de la batterie! (rires) Je sais que j’ai beaucoup de chance d’être aussi surchargé que je le suis, parce que ça me donne l’opportunité de jouer avec des gens géniaux et c’est tout ce que j’ai voulu faire depuis que j’étais jeune. Je voulais gagner ma vie en jouant de la musique et c’est exactement ce que je fais aujourd’hui, donc c’est cool.

Les vidéos pédagogiques faites par des musiciens techniques sont souvent inaccessibles pour les débutants. Par exemple, je suis bassiste et quand j’ai vu le DVD instructif de Victor Wooten, j’ai complètement flippé! Du coup, ne penses-tu pas que les batteurs débutants vont se sentir découragés par ta vidéo?

Cette vidéo n’a pas été faite pour des batteurs débutants mais plutôt pour les fans de Gene Hoglan, c’est à dire les personnes qui s’intéressent avant tout à moi. C’est pour cette raison que ce DVD n’est pas vraiment un DVD pédagogique et d’ailleurs c’est inscrit au dos de la boîte. Est-ce que ce DVD va apprendre des choses aux gens ? Peut-être, qui sait ? Donc pour répondre je dirais que ce DVD n’est pas fait pour les batteurs débutants mais plutôt pour ceux qui veulent en savoir plus sur Gene Hoglan et sur tout ce qu’il peut faire.

Tu dis que ce DVD est pour les fans de Gene avant tout, mais serais-tu en train de nous dire qu’il n’y a pas de batteurs débutants parmi les fans de Gene Hoglan ?

Je pense qu’il y a beaucoup de choses sur ce DVD qui devraient plaire aux batteurs débutants ; par exemple quand je montre mes techniques d’étirements et mon travail avec les poids que je me mets sur les jambes. Personnellement, si quelqu’un m’avait montré ces techniques quand j’étais plus jeune, j’aurais été vraiment content. Ce qu’il y a sur le DVD est pour les batteurs débutants comme pour les batteurs plus avancés et aussi pour les gens qui cherchent simplement à s’amuser pendant quelques heures. Au début, ce que je voulais faire c’était simplement un DVD de deux heures sur Gene. Quand mon réalisateur a commencé à faire les retouches sur ce qu’on avait filmé, il s’est rendu compte que le DVD prenait la direction d’une vidéo pédagogique et que toutes les autres parties pourraient être mises dans les bonus. Je lui ai fait confiance et c’est à ce moment là que le DVD est devenu une vidéo pédagogique pour batteurs plutôt que quelques jours dans la vie de Gene Hoglan. Si mon DVD arrive à plaire à des batteurs débutants ou avancés je serai heureux mais à la base il a été créé pour des guitaristes, bassistes et même des gens qui ne sont pas musiciens. J’espère juste qu’après avoir vu ce DVD les gens puissent se dire qu’ils n’ont pas gaspillé leurs temps en le regardant. J’ai reçu quelques emails de non-musiciens qui ont vu le DVD et ils m’ont dit « je ne joue pas d’un instrument, mais j’aime la musique et on m’a dit que ce DVD était cool, du coup je l’ai acheté et ils avaient raison !». Les quelques trucs comiques dans les bonus font que ce n’est pas un DVD pédagogique comme les autres. Il est vraiment pour tout le monde.

Est-ce que tu penses que ce DVD pourrait m’aider à devenir un meilleur bassiste ?

Je ne sais pas. En fait, ça dépend de si tu es intéressé par mon style de batteur. Beaucoup de ce que je fais sur ce DVD est rythmique et donc certaines parties pourraient t’aider si tu es plus qu’un simple bassiste métal. Il y a des parties funk que tu pourrais suivre avec ta basse pour créer quelque chose de vraiment cool. Mais malgré le fait qu’il y a sûrement des choses qui pourraient t’aider sur mon DVD, il n’a pas été créé pour qu’un bassiste devienne meilleur.

Tu as dit qu’il y a des parties funk dans ton DVD, mais tu es considéré comme une des batteurs les plus métal qui existe. Est-ce que tu joues d’autres styles de musique ?

Oui et depuis toujours. Je suis seulement connu pour le metal mais je suis un batteur complet. C’est facile pour les gens de m’associer purement au metal parce que la plupart de mes projets metal sont ceux que j’ai pu enregistrer. En jouant des trucs qui ne sont pas du tout metal, j’arrive à montrer d’autres facettes de mon style de batteur. J’ai toujours été très ouvert d’esprit et je peux aimer le funk, la soul et la musique pop aussi bien que du metal extrême. Si quelqu’un veut seulement être métalleux c’est cool aussi, mais personnellement, j’aime beaucoup de styles variés et ça me permet d’essayer de nouvelles techniques. J’aime m’éclater en jouant de la batterie et tester des nouvelles rythmiques. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu inclure du shuffle, de la funk et des projets non-metal dans mon DVD. Si les gens aiment alors c’est génial et sinon ils pourrait toujours passer outre ces parties là.

Est-ce que tu as déjà fait des albums où on peut t’entendre jouer de la musique qui ne soit pas du metal ?

Dans le travail que j’ai fait avec Devin Townsend, notre approche n’était absolument pas metal extrême comme sur l’album Infinity sur lequel j’ai joué avec une seule pédale et tout ce qui ressemble à une double pédale sur cet album a été fait avec mes mains ou mes pieds pour créer ce son-là. J’ai aussi joué des congas par exemple et l’album Mr Plow c’est plutôt du punk acoustique et du folk un peu bizarre. Pour finir, j’ai aussi joué une chanson sur l’album de Jilly C qui est en cours de mixage en ce moment, je pense. Et donc pour répondre, j’ai fait beaucoup de choses qui ne sont pas metal mais elles sont plus difficiles à trouver.

Dans la bande annonce du DVD on te voit en train de t’entraîner avec tes jambes et tes pieds pour jouer sur la double pédale et aussi que tu emploies des techniques d’entrainement assez originales. Tu nous fais découvrir quelques-unes de tes techniques secrètes ?

Oui je pense. Avant tout, je suis un batteur auto-didacte donc j’ai conçu beaucoup d’idées auxquelles d’autres batteurs n’avaient jamais pensé. Mon style n’est pas orthodoxe et je pense que ça vient du fait qu’on ne m’a jamais imposé de règles. Par exemple, quand j’avais une vingtaine d’années, je voulais que mes jambes soient plus fortes et plus rapides, donc je me suis mis a utiliser des poids sur mes jambes. Personne n’avait pensé à faire ca avant, mais maintenant, tous les batteurs que je rencontre me disent « mon Dieu, je n’avais jamais songé à faire ça ». Mon DVD est plein de techniques de batterie qui ne sont pas orthodoxe mais qui fonctionnent.

Dans l’interview qu’il y a sur ton DVD, on dirait que tu n’es pas intéressé par le vocabulaire de la batterie. Tu dis, par exemple, que tu faisais déjà des blast beats avant même de savoir ce que c’était.

Oui. Il y a beaucoup de termes techniques que je comprends mais ça ne veut pas dire que je m’en sers. Si je suis en train de parler avec quelqu’un qui ne connaît pas ces termes techniques et que je commence à les employer, j’aurais l’air de vouloir me faire passer pour un intellectuel. C’est mieux de parler de batterie d’une façon que tout le monde puisse comprendre. Et de toute façon, ce n’est pas la terminologie qui est importante, c’est ce que tu ressens dans ton cœur et ton âme que tu dois mettre dans ta technique. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu transmettre dans mon jeu de batterie.

Tu nous a dis que tu es un batteur autodidacte. Est-ce que tu encouragerais d’autres gens à en faire autant?

Je dirais que j’ai été capable d’apprendre la batterie tout seul parce que j’ai été capable de prendre ma propre destinée en mains. C’est à dire que tout ce que je voulais apprendre, je l’apprenais, et tout ce qui m’ennuyait, je ne l’ai pas appris. J’ai toujours pensé de cette façon mais maintenant que je vieillis, je dirais aux batteurs plus jeunes que c’est important de suivre son propre chemin avant tout. Si tu peux être autodidacte alors c’est génial, mais il ne faut pas ignorer les bases et ça, c’est quelque chose que j’ai fait. Je pense qu’il faut suivre son propre chemin mais il ne faut jamais négliger le chemin des autres non plus.

Est-ce que ce DVD peut aider des musiciens à trouver leur propre personnalité? Est-ce que tu penses qu’en voyant ce DVD, il y aura des batteurs qui vont réaliser que le fait d’avoir la technique n’est pas suffisant parce qu’il faut avoir sa propre personnalité aussi ?

Je suis entièrement d’accord avec ça. C’est exactement ça qui est amusant avec la musique. C’est génial d’avoir une bonne technique mais c’est largement plus cool d’avoir une bonne personnalité. Ces deux critères sont importants mais c’est seulement quand on les met ensemble que le meilleur peut vraiment en ressortir. J’essaie d’inspirer les gens en leur disant «mon pote, si tu peux faire ça, alors tu peux aussi faire ça». Techniquement, je pense que je ne suis pas trop mauvais mais ma force c’est vraiment ma personnalité avant tout.

Est-ce que tu penses que le fait d’écouter un prof de musique à la lettre pourrait empêcher un musicien d’être créatif ? Est-ce que c’est le message que tu essaies de transmettre dans ta vidéo ?

Ce n’est pas vraiment un message auquel j’ai beaucoup réfléchi. Je ne veux pas dire aux gens ce qu’ils doivent faire mais j’essaie plutôt de leur montrer ce qui fonctionne pour moi. Je n’ai jamais eu de cours de batterie, j’ai appris à jouer tout seul et j’ai aussi fait ressortir ma personnalité à travers ma manière de jouer. Voila ce que je veux montrer dans ce DVD et non pas dire aux gens ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire. Je te montre ce que je fais et peut-être que ça marchera pour toi aussi.

On a remarqué que tu joues souvent avec les lacets de tes bottes défaits. Est-ce que ce n’est pas un peu difficile de jouer à la double-pédale comme ça ?

Je porte des grosses bottes maintenant mais avant je jouais avec mes lacets défaits parce que j’avais la flemme de les attacher. Je ne les ai attachés qu’une seule fois et ensuite j’ai pris des bottes sans lacets. Au bout d’un moment, mes bottes se sont élargies, donc j’ai été obligé de faire mes lacets. Déjà le fait que je joue avec des bottes et avec des poids sur les jambes, c’est quelque chose de très inhabituel. Je ne pense pas que beaucoup de gens font ca, ni même qu’ils y ont jamais songé. Je pense que c’est important de souffrir un peu pour se sentir vivre donc je ne veux pas me faciliter la tâche. Si je vais jouer du thrash metal, alors ce sera en même temps que je cours un marathon, tout en criant et avec des poids sur mes jambes !

Un auditeur qui est aussi batteur dans un groupe mais qui est débutant, donc il ne connaît que les bases, aimerait te demander quelle marque de batterie tu lui conseillerais pour commencer ?

Pearl est la marque de batterie que j’utilise et ils ont une gamme excellente pour les débutants. Si tu ne veux pas dépenser plus de mille euros pour une batterie mais que tu veux quand même pouvoir accomplir quelque chose avec ton matériel, ils ont plusieurs gammes géniales comme l’Export Series ou Vision et Forum. Elles sont toutes vraiment excellentes, et pour les débutants, la marque Pearl est la meilleure. Autrement dit, il y a beaucoup de marques qui sont bien mais ils sont vraiment super doués chez Pearl. Ou alors, il peut toujours se servir de casseroles comme moi je l’ai fait !


De Gene à Franky : « Salut Franky, je voulais te dire que je suis fan de votre musique, mec ! Vous êtes vraiment des tueurs et c’est un honneur de parler avec toi. »

PARTIE 2 : Quand Franky rencontre Gene

Franky, le batteur de Dagoba, a quelques questions pour toi maintenant. Franky : Salut Gene!

Gene Hoglan : Salut Franky, je voulais te dire que je suis fan de votre musique, mec ! Vous êtes vraiment des tueurs et c’est un honneur de parler avec toi.

Merci beaucoup! Je suis vraiment super excité et impressionné de pouvoir passer ce moment avec toi. Et maintenant, j’ai quelques questions pour toi. Je suis un grand fan des albums Symbolic et Individual Thought Patterns de Death parce que les chansons sont excellentes et la batterie est hallucinante. Quand vous avez reçu les premières versions des chansons avec la boite à rythme, combien de temps est-ce que ça vous a pris pour retravailler les chansons et tout enregistrer ?

Quand on a enregistré Individual Thought Patterns, Chuck (Schuldiner) n’avait pas le matériel, du coup, il s’est servi de deux magnétos. D’abord il se mettait à jouer dans le premier magnéto et ensuite il appuyait sur « play » pour ensuite enregistrer la partie de guitare par-dessus avec le deuxième. Il m’a envoyé une cassette de riffs avec à peu près dix chansons dessus. Les chansons n’avaient pas de parties de batterie et les riffs partaient un peu dans tous les sens, alors on s’est mis à retravailler les morceaux. Ça nous a pris trois semaines au total pour faire l’album du début jusqu’à la fin, et j’ai fait toutes les parties de batteries en trois ou quatre jours. Pour l’album Symbolic, on avait une boîte à rythme de base pour commencer, mais Chuck était encore en train d’apprendre à la programmer même s’il avait déjà toutes les chansons en tête. Cette fois-ci, ça nous a pris entre six et neuf mois à travailler dessus, ce qui est forcement beaucoup plus longtemps que les trois petites semaines pour Individual Thought Patterns.

J’ai l’album avec la boîte à rythme et je sais que le travail que tu as effectué est incroyable. Ça a dû être un énorme challenge pour toi, mais le résultat est vraiment excellent.

Chuck m’avait envoyé la démo originale avec la boîte à rythme dessus et j’ai commencé à jouer les parties programmées par-dessus. On a tenté de faire une autre démo avec la batterie par-dessus les parties de boîte à rythme mais on n’arrivait pas à trouver un bon son de batterie. Du coup, j’ai demandé à Chuck s’il me laisserait programmer la machine moi-même pour améliorer le son sur la démo. Au final, ca m’a pris à peu près quatre heures par chansons et c’est pour ça que la démo ressemble autant à ce qu’on a fini par faire sur Symbolic. Je jouais déjà ces parties-là sur la batterie avant de les programmer dans la boite à rythme après.

Sur cet album, j’adore ton jeu de cymbale. Est-ce que tu pourrais nous dire quelles sont les cymbales « ride » dont tu te sers sur cet album ?

C’est une paire de Zildjian Mega Bells.

Ce sont les mêmes de chaque côté ?

Oui, mais bien sûr, le timbre de chaque cymbale varie un peu pour qu’elles ne sonnent pas pareil.

J’ai entendu dire que tu t’étais servi de grosses pièces de métal, comme un obus une fois.

Oui je m’en suis servi quelques fois.

Tu ne t’en sers que pour créer un effet?

En fait, je m’en servait en guise de splash sur Individual Thought Patterns. J’avais une hélice de bateau en cuivre qui pesait à peu près 5 kilos et que je mettais sur les toms à la place d’une splash. A chaque fois que je frappais, ça faisait un bruit excellent et ça tournait donc je m’en suis beaucoup servi pour faire des effets de ride-bell. D’ailleurs on l’entend très bien dans le refrain de « Overactive Imagination », ou dans l’intro de « The Philosopher ». A chaque fois qu’on pourrait croire qu’il s’agit d’une ride bell, en fait c’est moi qui tape sur une hélice de bateau. Pour l’album Symbolic, j’ai fini par prendre un M14 Cannon Shell, qui ressemble à un obus. Je l’ai attaché à ma batterie et on peut l’entendre quelques fois dans Symbolic.

Quelles sont tes plus grandes influences?

J’ai tellement d’influences, et on peut les entendre sur chacun de mes albums. Pendant que nous faisions Individual Thought Patterns, Steve Gadd et Sean Reinert m’ont beaucoup influencé ; surtout parce que l’album Human a ouvert plusieurs portes pour le metal à cette époque. On était tous des mecs venant de la fusion, du jazz rock, du rock progressif ou des groupes comme Watch Tower. Quand Sean a commencé à tester de nouvelles idées dans notre milieu, on a pu se lancer dans de nouvelles choses. Sur cet album-là, je me suis aussi beaucoup inspiré de Neil Peart (Rush), comme dans certaines parties de YYZ où je suis carrément en train de le copier. Steve Gadd, qui faisait partie de l’époque Al Di Meola était une influence directe sur mon jeu de batterie. Et enfin, sur l’album Symbolic, c’est Deen Castronovo qui m’a influencé le plus avec son album Dragon’s Kiss (de Marty Friedman) et surtout la chanson « Forbidden City ». On écoutait beaucoup ce genre de musique à cette époque-là, et j’ai toujours aimé rendre hommage à mes héros musicaux. Sur chaque album que je fais, je joue toujours une partie pour rendre hommage à un de mes héros.

J’adore vraiment ta façon de faire le show et les tours que tu fais avec tes baguettes. Je sais aussi que tu viens de Los Angeles, alors qu’est-ce que tu penses des groupes comme Poison ou Mötley Crüe et de batteurs comme Tommy Lee ? Est-ce qu’ils ont influencé ton sens du show et tes jeux avec les baguettes ?

En fait, je suppose que ces mecs là ont dû m’influencer parce que j’ai toujours considéré que le fait de faire des tours avec ses baguettes est le truc le plus con qui existe. Je trouve que quand un batteur qui est en train de jouer du Mötley Crüe commence à faire tourner ses baguettes dans tous les sens, ça fait vraiment pitié. Mais c’est vrai que quand tu joues du thrash metal avec des blast beats, c’est vrai que ca peut être cool de faire quelques petits tours. En fait, c’est assez ironique, parce que j’ai commencé à faire ça pour me foutre de la gueule de tous ces groupes horribles des années 80. Je me suis dit «OK bande de connards, vous pouvez faire ça lorsque vous faites vos « BOOM – BAM – BOOMBOOM – BAM », alors voyons si vous pouvez faire pareil quand vous jouez des PAPAPAPAPAPAPAPA blast- beat ! ». C’est vraiment un gros « FUCK YOU ! » que j’envoie à tous ces groupes de cock rock-hair metal.

Ok, c’est tout pour moi ! Merci beaucoup !

C’est cool les mecs, ça m’a fait plaisir de parler avec vous.

(Radio Metal)Franky vient de nous dire que c’est son anniversaire le 22 Juillet et qu’il va recevoir ton DVD.

Trop bien. Bon anniversaire en avance Franky !


« Je pense que le cul de Devin (Townsend) est comme deux coudes mis côte à côte. Je dois avouer que je trouve le cul de Byron beaucoup plus intéressant que celui de Devin (rires). « 

PARTIE 3 : Par-delà le Metal

On t’a vu au Hellfest quand tu jouais avec Fear Factory. Comment s’est passé ton set ?

Oula. C’était il y a longtemps mais à mon avis ça s’est bien passé. Je ne me rappelle pas être descendu de la scène pour rentrer chez moi en me disant « quelle merde ! ». Mais je me rappelle que le festival était vraiment cool et toutes les personnes là-bas étaient géniales.

Est-ce que tu as vu d’autres groupes jouer?

Je ne pense pas que j’ai pu voir qui que se soit parce que, en fait, on est arrivé et directement après notre set on a dû partir. Par contre, j’ai rencontré les mecs de Raven et c’était vraiment très cool.

Le lendemain de votre set, Devin Townsend a joué sur l’une des grandes scènes. Comment ça se fait que tu n’es pas joué sur scène avec lui?

Je n’ai pas joué avec Devin depuis 2006 parce que Devin nous a tous virés et il ne veut plus jouer avec nous en quelque sorte. Moi je jouerais bien avec Devin, mais il veut prendre une nouvelle tournure dans sa carrière donc il est en train de faire son truc à lui et je n’en fais pas partie. Mais je le comprends et tout est cool entre nous.

Tu es en bons termes avec lui?

Absolument! J’adore Devin et nous sommes toujours de bons potes.

Vu que tu le connais assez bien… Devin nous a dit que son nouvel album serait comme prendre un voyage dans son propre cul. Quand on a rencontré Devin au Hellfest pour lui demander une explication sur le sujet, il nous a dit qu’il pensait que son cul était très intéressant. Est-ce que tu as déjà vu son cul, et si oui, est-il aussi intéressant qu’il prétend ?

Je pense que le cul de Devin est comme deux coudes mis côte à côte. Je dois avouer que je trouve le cul de Byron beaucoup plus intéressant que celui de Devin (rires).

L’année dernière tu as rejoins Fear Factory. Comment ressentais-tu le fait de remplacer Raymond Herrera qui est l’ancien batteur du groupe et très apprécié par les fans ?

J’essaie de rendre hommage à ce qu’a fait Raymond. C’est un batteur génial et quand j’ai rejoint le groupe, je savais que ce serait difficile de le remplacer. On joue souvent des chansons qu’il a écrites en live et ça me permet de jouer des morceaux de batterie vraiment bons.

Tu as un nouveau projet qui s’appelle Mechanism. Est-ce que tu peux nous en dire plus ?

C’est un projet monté entre moi et des mecs de Vancouver, ainsi que Val (Chris Valagao) le chanteur de Zimmers Hole. Le projet a commencé quand le guitariste Chris Schultz est venu me voir et m’a dit « salut mec, j’ai écrit un album en entier en t’imaginant à la batterie ». Son groupe de Vancouver a toujours eu la réputation d’avoir des bonnes parties de batterie, donc j’étais très intrigué parce que j’ai toujours aimé son travail. Quand j’ai entendu ce qu’il avait écrit, ça m’a plu et j’ai voulu jouer dessus. Ensuite on a enregistré le tout et ça nous a pris un moment à sortir l’album parce qu’on n’était pas pressés. Maintenant, même si on ne l’a pas encore sorti officiellement, on peut le trouver sur internet.

Quand Devin Townsend a mis fin à son groupe, Strapping Young Lad, est-ce que tu étais déçu de sa décision?

Oui, bien sûr. Je ne vais pas vous mentir, je pensais vraiment que Strapping était en train de devenir quelque chose de vraiment cool et qu’on arrivait enfin à travailler ensemble comme un groupe, mais Devin n’était pas heureux. Il disait que c’est parce qu’il ne voulait plus faire de metal et peut-être que c’est nous qui ne l’intéressions plus. Je trouvais que notre musique avec Strapping était magnifique et marrante à jouer mais Devin n’était simplement plus intéressé et je peux le comprendre. Il nous disait qu’il ne voulait plus être un metalleux donc voilà. Je respecte sa décision et je n’étais pas triste, je me suis juste dit qu’il fallait que je continue malgré tout. Tout ça est arrivé à un mauvais moment parce que tout allait vraiment bien avec Strapping et on a donné énormément de notre temps libre pour ce projet. J’ai consacré une part énorme de ma vie, de mon âme et de ma pauvreté à Strapping. J’ai passé de nombreuses années à manger de la merde pour être dans Strapping et quand le moment est enfin arrivé où les choses marchaient vraiment bien, c’est là que Devin nous a virés. Mais qu’est-ce qu’on peut y faire ? Il est heureux et c’est tout ce qui compte.

Strapping Young Lad s’était déjà séparé une fois auparavant et ensuite Devin a reformé son groupe pour faire “S.Y.L”. Est-ce que tu penses qu’il y a une possibilité que les membres de Strapping Young Lad se remettent ensemble ?

Le truc avec Dev, c’est que tu ne sais jamais ce qu’il va faire. Ça dépend entièrement de Devin mais de toute façon, je ne suis pas sûr que je puisse en faire partie parce que je vais être assez pris toute l’année. Si Devin veut qu’on se remette ensemble c’est à lui de décider mais je doute qu’il va le faire.


« J’essaie de rendre hommage à ce qu’a fait Raymond (Hererra). C’est un batteur génial et quand j’ai rejoint le groupe, je savais que ce serait difficile de le remplacer. »
Quand Devin Townsend a mis fin à Strapping Young Lad, les autres membres, Jed Simons, Byron Stroud et toi même avez formé le groupe Tenet, qui est dans la même veine ultra-violente et extrême. Est-ce que tu vois ce groupe comme une extension de Strapping Young Lad ?

Non, ce n’est pas du tout une extension. Je vois ce groupe comme étant le bébé de Jed. Jed était un des paroliers de Strapping, donc si les deux groupes se ressemblent, c’est parce que c’est encore lui qui a écrit toutes les chansons. Malgré ce que les gens peuvent penser, on écrivait tous les chansons pour Strapping, même si la majorité venait de Devin Townsend. Si Tenet est un peu comme Strapping, alors c’est purement une coïncidence. C’est un projet que Jed avait planifié bien avant de rejoindre Strapping. Je dirais plutôt que c’est Tenet qui a eu une influence sur Strapping Young Lad en fait.

Comment est-ce que tu as réussi à convaincre Steve Souza, l’ancien chanteur d’Exodus, de faire partie du groupe ?

On n’a pas vraiment eu à le convaincre parce que Glen (Alvalais) l’a appelé pour lui demander s’il voulait jouer sur notre album et il a accepté. Je pense que son chant sur l’album est vraiment cool.

C’est un chant très extrême…

Ouais. D’ailleurs j’étais très surpris de savoir qu’il pouvait chanter comme ca et j’aimerais l’entendre chanter comme ça plus souvent parce que c’était vraiment cool.

Est-ce qu’on peut s’attendre à un deuxième album pour bientôt?

Je sais que Jed est en train de travailler sur du matériel en ce moment et que c’est de la tuerie. Je ne sais pas si c’est pour Tenet, mais en tout cas je lui ai dit que je voulais en faire partie parce que c’est vraiment bon. Je pense aussi que Zimmers Hole vont sortir quelque chose bientôt.

Est-ce que vous comptez faire un tournée en France avec Fear Factory ou d’autres de tes projets?

Oui, sûrement. On a joué au Hellfest le mois dernier et je suis sûr qu’on fera une tournée française bientôt.

Est-ce que vous allez faire des concerts avec Mechanism?

J’espère. Ça fait longtemps qu’on ne s’est vu et qu’on n’a a pas joué ensemble. J’ai été très occupé avec Fear Factory récemment.

Peut-être que Mechanism pourrait faire la première partie…

C’est ce qu’on est en train de faire en ce moment-même avec Divine Heresy et Fear Factory. Et pendant notre dernière tournée, un de mes groupes de Cleveland, qui s’appelle Pitch Black Forecast, a fait la première partie pour quelques-unes de nos dates dans le Mid-West. On ne sait pas encore ce qu’on va faire avec Mechanism mais c’est une idée.



  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3