ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Glenn Hughes & Jason Bonham : du Black Country à la Californie


Si la disparition de Black Country Communion courant 2013 n’aura pas fait de remous, c’est sans doute parce que la fin était déjà visible à l’horizon dès l’été 2012. En pleine promo pour ce qui s’est avéré être leur ultime album, Afterglow, Glenn Hughes pointait du doigt les obligations du guitariste Joe Bonamassa qui empêchaient le supergroupe d’atteindre ses ambitions et, pour cela, l’existence de leur quatuor (avec le batteur Jason Bonham et le clavier Derek Sherinian) arriverait bientôt à son terme.

Des déclarations qui ont semble-t-il blessé Bonamassa qui se retrouvait affublé du masque de Judas, lui qui, comme il l’a ensuite raconté à Music Radar, s’était déjà senti exclu, mis à l’écart par Hughes, en studio lors de l’enregistrement de leur opus n°3. En avril 2013, il affirmait enfin que pour lui, BCC, « ce n’était plus amusant », « par bonheur, [il n’était] plus impliqué », c’était donc fini. Entre temps, Hughes s’était quand même fendu d’une ultime accusation envers le guitariste pour montrer que si il n’y avait plus d’avenir possible pour BCC, c’était parce que « Joe est parti et ne nous autorisera pas à garder le nom. Sympa, pas vrai ? Jason, Derek et moi continuerons quand ce sera le bon moment. » Et le temps est donc venu pour le chanteur-bassiste de dévoiler son nouveau bébé.

Son nom : California Breed. Si pour Black Country Communion, sa signification était assez évidente (l’union de quatre musiciens issus de ce pays du charbon anglais), il est assez cocasse de se déclarer de race californienne pour deux Anglais et un New-Yorkais… Car oui, c’est un trio. Et comme il ne voulait pas complètement gâcher une bonne équipe, Hughes est encore accompagné du batteur Jason Bonham (Led Zeppelin Experience et fils de…). Adieu donc Derek Sherinian, ou à la prochaine… Et puisque pour monter un groupe de rock, il faut nécessairement un guitariste, ils sont allés le trouver à New York. Ou plutôt, c’est le New-yorkais qui s’est retrouvé à Los Angeles, où Hughes l’a rencontré pour la première fois lors d’une exposition d’un ami commun, le photographe Julian Lennon (autre fils de…), il y a un an : « [Julian] m’a dit : ‘Tu dois rencontrer ce gars, c’est le plus fantastique des guitaristes’. » Ainsi est apparu Andrew Watt, 23 ans, dans leur vie, que Bonham compare à un « Jimi Hendrix blanc. Et il joue en studio comme il le fait sur scène. » Exemple ci-dessous avec le clip pour une de ses œuvres solo :

Comme quoi le rock n’a pas d’âge : trois générations se rencontrent ici, avec un doyen né avec le style et l’ayant traversé dans toutes ses déclinaisons (du Rhythm & Blues au metal), l’héritier d’un des plus grands groupes de hard de l’histoire et une jeune pousse qui a grandi en écoutant du grunge mais aussi les disques de The Who, des Rolling Stones et de Led Zeppelin de son père, dont les influences seraient aussi à chercher du côté de Mick Ronson (Mott The Hoople, David Bowie) et Jimmy Page, et qui pourra partager le chant avec Hughes. Et en parlant de voix : Julian Lennon est déjà annoncé comme étant invité au chant sur une des chansons ; sans doute pour le remercier d’avoir permis la naissance de ce nouveau trio.

Autre paradoxe de ce disque estampillé « California », son lieu d’enregistrement : Nashville. Demi paradoxe, en fait, car il s’agit tout de même de la mythique Music City et aussi car c’est, en décembre dernier, au studio de Dave Cobb que ce disque a été mis dans la boîte ; Cobb, l’homme qui a produit les albums de Rival Sons, groupe représentant en bonne partie un revival des Seventies et l’amour de ce bon vieux rock plein d’âme. Ce premier album enregistré en quasi live contiendra douze chansons, écrites par les trois membres du groupes, sortira en mai chez Frontiers Records. Deux premiers singles doivent voir le jour d’ici là : « Midnight Oil » et All Falls Down ». Et un premier extrait de la chanson « The Way » a aussi déjà été dévoilé via Instagram montrant que tout ce qui a été fait avec Black Country Communion n’est pas parti bien loin.

Enfin, si Hughes nourrit les mêmes ambitions pour ce groupe qu’il avait pour Black Country Communion, il est à parier que la récré est fini, notamment avec les Kings Of Chaos, groupe de scène réunissant un line-up all-star (Slash, Corey Taylor, Matt Sorum, Duff McKagan, Myles Kennedy, Joe Elliot, etc.) avec lequel il fantasmait faire quelques enregistrements. Probable aussi que les idées d’album solo sont à remettre au rayon des projets futurs, même si en 2011 le musicien sentait bouillonner un de ces nouveaux disques. D’ailleurs, le jour où il ressortira ce plan des cartons, il ne faudrait sans doute plus s’attendre au Glenn Hughes funky, dans la lignée de ses First Underground Nuclear Kitchen (2008) et Music For the Divine (2006), comme il le faisait comprendre en mars 2013, en interview avec Guitariste.com, à une époque où lui même croyait encore à un avenir pour BCC : « 90% de mes fans sont des rockeurs mais 10% sont plus intéressés par mon côté soul/funk/black. J’ai une mauvaise nouvelle pour ces derniers : je ne suis pas près de revenir à ça ! J’ai fait des albums cultes pour les fans de R’n’B pendant vingt ans, mais c’était plus pour me prouver quelque chose à moi-même. Je suis blanc, pas noir. J’ai joué avec Stevie Wonder et cinquante musiciens noirs récemment. Ils jouent « noir », ils parlent « noir », ils pensent « noir » car ils sont noirs ! Moi je suis blanc et je ne peux pas jouer dans la même cour. J’ai mis du temps à le comprendre. Je blague à moitié mais il y a un vrai fond… J’ai connu la gloire dans un groupe de rock, donc je dois me livrer à 100% dans le rock. »



Laisser un commentaire

  • Twisted Brother dit :

    J’attends cela avec grande impatience! Espérons que les relations au sein du groupe seront au beau fixe cette fois ci.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3