ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Son D'Histoire   

Gloria Cavalera : une histoire du Metal


Gloria Cavalera, épouse du célèbre Max, chanteur-guitariste, compositeur et fondateur de Sepultura, Soulfly, Nailbomb ou encore Cavalera Conspiracy, tient depuis octobre 2012 un blog et même tout lecteur un minimum curieux serait fort avisé (comme Albin, lecteur de RM, qui nous l’a conseillé) d’y tester son niveau en anglais tant il a valeur de témoignage unique pour qui tente de comprendre un pan de l’histoire du Metal.

Cette femme de l’ombre du mouvement nous conte des épisodes de sa riche existence aux côtés de son chevelu de mari qu’elle a rencontré en 1989 et dont elle est devenue manager peu de temps après leur rencontre initiale. Entre les épisodes sombres qui ont accablé par moments leurs vies et les multiples étapes qui ont participé à façonner le mythe de la tribu Cavalera, Gloria a assisté, managé, souffert et parfois joué un rôle clé dans ce clan central de l’histoire du metal international des années 1980 à nos jours. Anecdotes fascinantes, épisodes épiques, images rares et clichés de diverses époques dont l’une, particulièrement dorée musicalement pour les Cavalera et le metal en général, et une autre qui a vu le clan Cavalera accablé par les drames et la tristesse, ce n’est rien de moins qu’une plongée dans les coulisses d’un quart de siècle de metal qu’offre Gloria Cavalera à qui ira lire ses billets, qu’on déguste avec curiosité et émotion.

La rencontre entre Gloria et Max se fait donc fin 1989. Gloria s’occupe à l’époque de plusieurs groupes dont le groupe de thrash américain originaire de Phoenix, d’où vient également la jeune femme, Sacred Reich. Dans une époque très fertile pour le metal, qui s’installe de plus en plus dans les clubs et salles de concert à travers le monde, il y a de quoi faire. Gloria a sa vision du boulot de manager: elle ne s’occupe que de peu de groupes, en revanche elle s’occupe de tous les aspects ou presque. Elle est ainsi à la fois manager, tour-manager, gestionnaire et responsable du merchandising. Sacred Reich, le groupe dont elle s’occupe surtout à l’époque, est signé sur Metal Blade Records, mais est distribué dans le monde par un certain label en pleine expansion : Roadrunner.

Et c’est une personne de Roadrunner qui va mettre en relation Gloria et Sepultura pour la première fois en lui proposant de s’occuper du groupe. Elle refuse une première fois, puis constate à l’occasion d’une tournée du groupe que Sepultura a un fort potentiel, dégage une énergie unique et surtout est managé à distance par un manager qu’ils ne voient jamais et qui les laisse sans le sou en tournée, dans des conditions financières et matérielles plus que précaires.

C’est donc ainsi le début d’une collaboration et d’une idylle entre Gloria et le clan Sepultura, composé à l’époque des deux frères, Max et Igor, ainsi que d’Andreas Kisser et l’éternel Paulo Pinto Junior, le seul membre fondateur a toujours faire partie du groupe en 2013. Gloria participe activement à l’essor international du groupe et conte les étapes importantes qui ont façonné le succès de Sepultura : la tournée avec Ministry en 1992, où Sepultura gagne une énorme notoriété et grimpe dans les charts alors que la manageuse est enceinte de Zyon, le fils qu’elle aura avec Max, les rencontres avec Ozzy, Slayer, l’amitié avec les défunts Dimebag Darrell et Layne Staley d’Alice In Chains avec qui Sepultura partagera également l’affiche en 1992…

Une galerie de portraits, un portfolio de rencontres et de moments choisis dans les travées backstage des clubs, dans les bus de tournée ou sur scène. On découvre ou redécouvre l’importance qu’a eu Sepultura pour la scène metal des années 1990 et les liens qu’ils nouent avec les autres groupes majeurs ou débutants de l’époque. Jusqu’à l’album devenu culte, Roots, en 1996, la vie est idyllique pour Sepultura et Gloria. Le groupe parcoure le monde, explose les hauts des classements, Max et Gloria se marient, ont un enfant, et vivent très proches d’un autre couple, celui d’Andreas Kisser le guitariste et de sa femme Patricia. Mais cette unité et ce succès va brusquement voler en éclats…

Gloria a eu un fils d’une première union, Dana Wells, qui a grandi dans le metal et aux travers des groupes que sa manager de mère a rencontré. Il vit auprès de ses idoles, est un proche ami de Jason Newsted, traîne ses basques backstage avec les Metallica et les Deftones dont il est éperdument fan… l’adolescence la plus Metal qui soit. Mais le 16 août 1996, tout s’effondre. Le garçon de 21 ans est tué sur le coup dans un accident de voiture à Phoenix. Accompagné de deux autres hommes, l’accident de voiture n’est pas banal et la mort du jeune homme a été suspectée d’être liée à un règlement de compte de gangs visant les autres personnes dans la voiture qu’il conduisait, bien que cela n’ait jamais été reconnu par la justice malgré les incessants efforts de la famille. Quoi qu’il en soit, Dana, qu’on appelait aussi D-Low, est mort et le choc est immense pour le clan Sepultura. Dana avait cette même année participé à l’écriture des paroles d’un titre qui fera date dans l’histoire du metal, le célèbre « Attitude » qui figurera sur Roots.

Cet événement en amènera en partie un autre sur le plan professionnel, à savoir le départ de Max Cavalera de Sepultura, pourtant au sommet de son succès. Alors que les autres membres du groupe en ont apparemment assez d’être managés par Gloria, ce qui sera une explication du départ de Max, on découvrira beaucoup plus tard, en 2010 dans une interview donnée à un média néerlandais qu’un événement lié à la mort du gendre de Max a amené le départ de celui-ci du groupe. Ainsi, le groupe jouait aux Monsters Of Rock à Donington (Royaume-Uni), quand ils ont appris la nouvelle de la mort du fils de Gloria, et la femme du guitariste de Sepultura aurait décidé de prendre les choses en main sans l’assentiment des principaux intéressés : « La femme d’Andreas a essayé d’enterrer Dana avant que Gloria ne rentre à la maison. […] C’est l’une des raisons pour laquelle j’ai quitté Sepultura. » déclarera Max pour clarifier les choses.

On apprend dans le blog de Gloria qu’un groupe a aidé le clan Sepultura à sortir de la torpeur causée par la perte de D-Low : ce sont les Deftones, qui, alors qu’ils enregistrent Around The Fur à Seattle avec Terry Date, proposent à Max un titre en hommage au défunt, de façon à exorciser en quelque sorte, cette perte. Max accepte, prend la guitare et le micro, et le résultat est le formidable « Head Up », qui reprendra des paroles écrites par Dana Wells peu de temps avant qu’il décède : « Walking through this world, you have to hold your head up high ». Le titre est enregistré quasi-live et c’est cet enregistrement qui donnera l’idée à Max du nom de son prochain groupe : Soulfly. Car après un dernier show à Brixton, Sepultura se sépare. Comble de la poisse : étant donné la séparation, les comptes de Sepultura sont bloqués, le temps que le split soit acté de manière légale. Le couple Cavalera se retrouve privé d’un fils, d’un groupe qui était comme une famille et sans revenus. Il faut donc rebondir, ce que Max va faire avec Soulfly.

Il se met à écrire à la table de sa cuisine, enregistre seul des pistes, et ses premières paroles donneront lieu à la chanson au titre évocateur « Eye For An Eye ». En quelques semaines, il écrit les paroles, compose les parties musicales et enregistre ce qui deviendra les classiques de Soulfly : « No », « Primitive », « No Hope, No Fear ». Gloria retourne donc voir Roadrunner et leur annonce que Max est de retour, et qu’il a plein de choses à leur faire écouter en dépit du fait qu’il n’ait pour l’instant personne dans son groupe. Des membres sont vite trouvés et Max et Gloria partis pour mettre un terme à leur sombre période, prêts à reprendre la route, en compagnie de Deftones, notamment. Heureusement pour eux à cette époque, le metal, notamment grâce au néo, se porte très bien et les débouchés commerciaux sont nombreux. Soulfly, grâce à deux premiers albums très solides et un soutien de la planète metal se fera une place de choix sur la scène internationale.

Le blog de Gloria qui traverse les années, parle également de deux sujets plutôt intéressants : le projet indus Nailbomb, qui restera malgré un seul album dans les annales du metal, et celui tout récent en compagnie de Greg Puciato (Dillinger Escape Plan) qui s’apparente un peu au projet sus-nommé. Nailbomb naît en 1993, sûrement inspiré par la tournée en compagnie des maîtres de l’indus, Ministry. Alex Newport, producteur, est l’autre moitié créative du groupe en compagnie de Max, et Gloria les pousse à créer une sorte de brulôt sauvage et sans concession, au-delà des limites de styles habituelles. L’enregistrement de l’album unique de Nailbomb se fait à Phoenix en 1993, le processus d’enregistrement est épique et des invités amis sont inclus au line-up de l’album : Dino Cazares de Fear Factory, Iggor Cavalera et Andreas Kisser de Sepultura. Un seul concert du groupe aura lieu, au festival Dynamo Open Air de Eindhoven, aux Pays-Bas, ce qui donnera lieu à un enregistrement live qui sortira un peu plus tard en disque. Ce one-shot fera toujours espérer aux fans un improbable retour, mais Alex Newport ne crût pas réellement au potentiel à long terme de ce projet.

Quant au tout récent projet avec Greg Puciato, on en apprend un peu plus sur la façon dont s’est très récemment formé ce projet. De la rencontre de Greg et Max à un concert en faveur de Chi Cheng de Deftones, à la composition d’un quinzaine de titres que Gloria n’hésite pas à qualifier de Nailbomb II, on apprend également comment Troy Sanders (Mastodon) et Dave Elitch (The Mars Volta) sont arrivés à participer à cet album à venir, Dave Elitch ayant proposé ses services pour accompagner ce duo prometteur. Gloria met donc un point d’honneur à montrer que l’histoire est toujours en marche. L’intérêt de son blog est évident, il présente une vision du metal à travers son point de vue, et apporte un éclairage très intéressant sur les trente dernières années, cette période fascinante du mouvement. Il montre également une incroyable volonté de perdurer et de vivre à travers le mouvement metal, tout au long de sa vie, plutôt passionnante. Une sorte d’autobiographie sur le web, à déguster sans modération.



Laisser un commentaire

  • Un article de l’époque sur al mort de Dana Wells.
    https://www.phoenixnewtimes.com/news/for-reasons-unknown-6421469

    [Reply]

  • Roots bloody roots, merci pour le billet, très sympa !

    [Reply]

  • une citation ? un fake ? explique toi gibbon

    [Reply]

  • Leurs histoire est époustouflante, voir considérablement marquante. Trop d’informations, qu’il me manquait

    [Reply]

  • Michael Gibbons dit :

    Unfortunately, Dana Wells was not murdered, Dana Wells was not ran off the road. The real truth to the story is this. Dana Wells was the instigator, the aggressor and was under the influence and caused his own accident resulting in his death. Phoenix Police has closed the case, they did their jobs the right and correct way. For whatever unknown reason, Gloria Cavalera has to continue to lie about Dana Wells being chased by gang members and murdered. The real and factual story and the truth is that, Dana Wells shot out of a side street from 32nd street just North of Cactus and didnt stop. Of course middle fingers were exchanged and a fight was ensured. Dana Wells lifted his shirt indicating he had a weapon. I took off, with my passenger, same passenger as Ive always had on the night in question. Dana Wells gave chase, Dana Wells caught up to us at speeds of 85-90 MPH. Dana Wells threw out a beer bottle, which resulted in him over-correcting his vehicle, losing control and ended up crashing. Dana Wells was responsible for his own death. A couple years ago, in an interview, Gloria Cavalera lied about that I refused a polygraph. (from HornsupRocks). I never refused a polygraph. I never was given one. Gloria Cavalera lied about that Dana Wells was not under the influence. Maricopa County Coroners Office has the documents that states that Dana Wells was under the influence at the time of his death. Facts: Dana Wells had alcohol and marijuana in his system Fact: I never refused a polygraph and never was given one. Fact: The same passenger I named that was with me on the night in question has and was always the same passenger. Fact: I have never been a part of, never have been associated with any gangs. My passenger has never been a part of or never has been associated with any gangs. Fact: Dana Wells had a weapon, turned out it was not a gun, but a beer bottle in his pocket. (I found that out after reading the one sided article from Phoenix NewTimes) Fact: Gloria Cavalera signed documentation that I was not responsible for Dana Wells accident, I have the documents and Liberty Mutual has the documents with Gloria Cavaleras signature. Fact: Dana Wells was killed in a car accident that was his own fault. For what it is, Phoenix Police did their jobs accordingly. It had nothing to do with what he wore, what music he listened to. None of that. It is just ridiculous that Gloria Cavalera has to continue to lie about Dana Wells being chased by gang members and being murdered, when the real truth is. Dana Wells was the aggressor and chased me. I have never been in a gang, not then, not now. Gloria Cavalera is nothing short of a liar. i have no problem giving an interview, a polygraph, anything. I was never asked to give an interview by anyone. All the stories and interviews has always been one sided and untruthful by Gloria Cavalera. Again, Phoenix Police closed the case, Maricopa County District Attorneys will not and have no plans prosecuting a case for anything because the fact is Dana Wells was 100% at fault for his own accident and death. again, I have no problem giving a polygraph and its going to show that Gloria Cavalera is nothing short of a liar and its going to show that the real truth is that Dana Wells was the aggressor and the one who chased me down Cactus. It is going to show that Nobody was at fault but Dana Wells for his own accident and death. I have no problems giving interviews to articles or magazines if anyone wanted to interview me at any given time. I’ve never been contacted once by any news, magazines or journalists to give my side of the story which is 100% truth.

    [Reply]

  • Elle a vraiment beaucoup de courage et elle doit aimer très fort cet homme. Personnellement, je pense que je ne serais jamais séduite par un rockeur. Je leur souhaite tout le bonheur du monde en tout cas.

    [Reply]

  • et moi qui pensait que le départ de max était du à un conflit avec son frère iggor……….me suis planté^^

    [Reply]

  • Game-system dit :

    Mon Dieu, quel article aussi riche! J’ai appris pas mal de choses que je ne savais sur Max!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3