ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Gojira et les pirates


Après le White album des Beatles, après le Black album de Metallica, voici le Green Album de Gojira. En fait, plutôt qu’un album, c’est un EP- quatre titres que se préparent à enregistrer les Bayonnais dont tous les droits et bénéfices iront à l’association Sea Shepherd luttant contre la traque baleinière. La bande des frères Duplantier rentrera en studio la semaine prochaine à Los Angeles sous la houlette de Logan Mader (ex-Machine Head, ex-Soulfly) avec qui ils avaient déjà pu travailler pour l’album The Way Of All Flesh. Quelques special guests seraient même attendus.

En matière d’engagement dans la lutte écolo, ils rejoignent ainsi le même terrain qu’Epica (en concert ce soir à Paris, live report et photos bientôt sur notre site) qui ont sorti le 15 octobre dernier en single le titre « This is The Time » au bénéfice du World Wild Fund For Nature (WWF, et qui n’a rien à voir avec le catch comme le pense le Doc). A ce sujet les membres d’Epica déclarent : « Chaque jour nous prenons de plus en plus conscience que nous devrions mieux prendre soin de la Terre. Nous devrions aussi vivre en harmonie avec la nature. Les textes d’Epica sont fortement liés à ces thèmes et nous aimerions nous dévouer à cette cause pour un monde meilleur. »


Ceci est bien sûr tout à l’honneur du groupe. L’ONG au panda veille depuis près de cinquante ans et est depuis aussi longtemps une référence en matière de lutte pour la protection de l’environnement et pour la préservation des espèces menacées. Malheureusement on ne peut pas en dire autant des nouveaux amis de Gojira. Même si la Sea Shepherd Conservation Society existe depuis 1977, bien qu’elle ait pu recevoir le soutien de bien des célébrités (tels que Sean Penn, Richard Dean Anderson, Rutger Hauer ou Martin Sheen) ou de certains scientifiques au cours des années elle n’en est pas moins controversée.

Son fondateur, Paul Watson, dit « Capitaine » Paul Watson, est un ancien membre de Greenpeace, renvoyé de cette ONG en raison de son extrémisme. Au-delà des actions et manifestations relativement symboliques de ses anciens coreligionnaires (contre lesquels il ne se retient jamais de pester), le Capitaine, au sein de Sea Shepherd, préconise et pratique des actions coup de poing pouvant même être qualifiées d’éco-terrorisme. Dans sa lutte pour faire respecter les lois sur la pêche à la baleine, les membres de Sea Shepherd n’hésitent pas à pratiquer l’abordage des navires baleiniers, des actes de sabotage et autant d’autres actions pouvant être assimilées à de la piraterie. Même si les actes parlent parfois mieux que les mots, cet activisme engendre autant de dénonciation que d’adhésion.

On a aussi récemment reproché à cette association son manque de crédibilité, faisant de leur action un activisme d’opérette en raison de la série télévisée « Whales War » sur la chaîne américaine Animal Planet dont le Capitaine (qui ne crache pas sur l’étiquette d’entertainer) et sa flotte sont le centre d’intérêt. La série a pour but de montrer leurs actions et par ce biais faire prendre conscience de la nécessité d’un écologisme actif, pour ne pas dire carrément virulent. Mais cela a surtout souligné leur manque d’organisation, se lançant souvent tête baissée dans des attaques contre la flotte japonaise (la plupart du temps), mettant le plus souvent leur vie en danger pour au final peu de résultat, leurs cibles semblant plus agacées que réellement interpelées ou décourager dans leur entreprise de pêche à la baleine.

Sea Shepherd et Gojira, ils en parlaient déjà au JT en avril dernier

Et Gojira dans tout ça ? Bon, c’est vrai que c’est toujours plus « EXTREME !!! » de se frotter à des pirates qu’à des pandas. Et l’engagement de Gojira n’en est pas moins louable pour autant. On se demande juste s’ils ont fait le bon choix. En tout cas, ne vous attendez pas à trouver cet EP chez votre disquaire préféré. Les quatre titres seront uniquement vendus en téléchargement sur le site de Gojira. Si vous ne le saviez pas encore les CD ne sont toujours pas biodégradables et (comme tous ces écrans plasma ou LCD dont on ne se passe plus) on ne sait toujours pas comment les recycler.



Laisser un commentaire

  • Paul Watson n’est pas un ancien membre de Greenpeace, c’est un co fondateur. Il a quitté Greenpeace (et els autres membres fondateurs ont fini par le suivre) car il n ese reconaissait plus dans la tournure purement protestataire de GP.

    Si Sea shepherd était si désorganisée et aveuglément tête brulée que vous le dites, il y’aurait eu de la casse dans leurs rangs depuis longtemps. Plus de 33 ans d’actions directes et aucun blessé sérieux à ce jour. On ne peut pas en dire autant des marines professionelles, ni même des baleiniers.

    Vous dites par ailleurs que les actions de Sea Shepherd reviennet à faire beaucoup de bruit pour pas grand choses et que els baleiniers sont « plus agacés que réellement interpellés ». Ils sont en tout cas suffisament agacés pour négocier secrètement avec le gouvernement américain le sabordage fiscal de l’association comme l’a récement révélé Wikileaks. Toujours d’après Wikileaks, le gouvernement japonais considère les actions de Sea shepherd comme un des problèmes majeurs du pays. Pas mal pour des « activistes d’opérette ».

    [Reply]

  • Votre article illustre parfaitement votre ignorance concernant Sea Shepherd… Depuis 7 ans Sea Shepherd va en Antarctique, depuis 4 ans la flotte baleinière japonaise ne fait plus de profit grâce aux actions de l’ONG et contrairement à d’autres ONG, Sea Shepherd a effectivement des actions « coup de poing » pour faire appliquer des lois existante (Elle a le droit de le faire et pour cela elle s’appui sur la charte mondiale pur la nature des Nations Unies), mais n’a jamais blessé ni tué qui que ce soit ce qui n’est pas forcément le cas d’autres « grosses » ONG qui ont déjà eu des blessé sérieux et qui collecte des fonds pour des campagnes antarctique contre les baleiniers alors qu’ils n’y vont plus depuis 4 ans et fonctionnent de toute manière avec 300 000 000$ à l’année… Vous voyez de qui je parle? Je finirai juste en ajoutant qu’avec peu de moyen, Sea Shepherd obtient du résultat là ou l’ONG intervient nottament aux Galapagos ou l’association est présente depuis 10 ans et travaille en coopération avec les autorités équatoriennes (elle leur a remis un bateau, une équipe cynophile et une équipe est en permanence sur place pour surveiller le sanctuaire marin),donc avant de pondre un torchon comme celui-ci,qui illustre parfaitement votre méconnaissance du sujet, renseignez vous un peu plus.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Mainstage 1 @ Hellfest - jour 3
    Slider
  • 1/3