ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Good New Morning Dew


A dire vrai, il m’est difficile de me rappeler la raison exacte de ma venue à ce concert. Hormis la curiosité, et quelques morceaux entendus à droite à gauche, je ne savais pas trop où cette soirée allait m’emmener.

C’est donc un plaisir d’arriver au New Morning et de constater que la salle est pleine. La moyenne d’âge n’est pas si moyenne mais on voit quelques jeunes visages dans l’assistance, ce qui ne les empêche pas d’être de réels supporters. La prestation d’un musicien nommé Norfolk AC semble avoir suffi à la foule pour patienter.

Les premières notes de ‘Good Morning’ rencontrent un public déjà très enthousiaste et curieux de juger la nouvelle monture de Blackfoot, malgré un bassiste, Greg T.Walker toujours présent, et un chanteur, Mike Estes, qui a fait ses preuves dans Lynyrd Skynyrd. Ce ‘Good Morning’ donne le rythme de la soirée, à savoir des morceaux empreints d’une chaleur immédiate, des refrains simples, et des cadences entraînantes, sans compter les cinq reprises qui s’intègrent bien dans la setlist.



Artistes : Blackfoot
Lieu : Paris
Salle : New Morning
Date : 12 avril 2011


Chaque musicien semble avoir une forte personnalité. Greg T.Walker, qui marque les esprits par sa tenue, possède l’atout de l’expérience, il est à l’affût des moindres mouvements de ses compères, chante très bien et se laisse porter par la musique en fermant les yeux. Mike Estes et lui jouent régulièrement côte à côte et Kurt Pietro, à la batterie, a aussi droit à sa visite. Ce dernier est peut-être le petit dernier mais sa frappe est largement convaincante. Comme c’est souvent le cas lors des prestations live, les titres prennent une dimension rock énervée à laquelle le batteur est loin d’être étranger (comme chez Uriah Heep, par exemple). Kurt Pietro frappe fort et entraîne ses collègues tout en prenant du plaisir.

Charlie Hargrett

Ce rythme, Charlie Hargrett l’habite déjà depuis longtemps, notamment grâce à son passé au sein de Blackfoot. Sur scène, il ne tient pas en place et sa façon offensive d’attaquer les cordes de sa guitare laisse entrevoir une motivation sans faille. Alors que le chanteur-guitariste se fait un peu charmeur, Charlie Hargrett montre la face hard rock de Blackfoot, les premiers rangs peuvent facilement observer les gouttes de sueur qui perlent du guitariste.

Les titres s’égrainent à une grande vitesse et reprennent de plus belle après un break agrémenté d’un solo de batterie puis d’une jam entre musiciens durant laquelle Greg T.Walker s’offre une mise en avant bien méritée.

Le public suit toujours, même si les fans des premiers rangs ont dû littéralement en prendre plein les oreilles tant le son était élevé dans cette zone. Contrairement aux concerts de groupes plus récents, les appareils photos ne fusent pas pour filmer tel ou tel morceau ; les fans venus sont des initiés, les paroles n’ont pas de secret pour eux et, tandis qu’une jeune fille sur la gauche est complètement emportée dans le concert, un jeune homme sur la droite tente désespérément, et de façon extrêmement maladroite, de se faire signer ses pochettes.

L’album Strikes de 1979 est à l’honneur, suivi de Marauder (1981), et malgré les années qui passent et les années de vaches maigres pour Blackfoot, les titres passent l’épreuve de la scène sans difficulté, surtout lorsque ces derniers sont accueillis par un public conquis et sonore.

Le fameux titre ‘Train Train’ est décidément bien court mais les fans ont bien compris les consignes de Mike Estes lorsqu’il faut reprendre les mots « Train train ». On embarque avec plaisir !

Le dernier morceau, ‘Highway Song’, est l’occasion pour les musiciens de ne jamais terminer leurs soli. Les fans n’ont pas envie de voir la soirée se terminer si vite et le chanteur nous assure à deux reprises que Paris est le meilleur public depuis le début de leur tournée européenne.

Mike Estes et Greg T. Walker

Blackfoot revient cependant bien vite pour un rappel et une cinquième reprise. Le morceau ‘Crossraods’ est bien emballé et pesé. Ému, Blackfoot quitte la scène du New Morning heureux et le public a peine à y croire. Le nom du groupe est scandé pendant de longues minutes après la fin du show, les yeux sont fixés sur la petite porte de droite qu’on voudrait voir s’ouvrir à nouveau pour profiter du rock sudiste toute la nuit. L’insistance des fans n’aura pourtant pas suffi à faire revenir le groupe sur les planches. Ce dernier s’est rattrapé par un contact chaleureux auprès des fans. Il va sans dire que les réactions étaient très positives. Il va sans dire également que je vais de ce pas rattraper mon maudit retard sur ce groupe qui vaut plus qu’un détour.

Setlist :

Good Morning 
Wishing Well (reprise de Free)
Morning Dew (reprise de Bonnie Dobson)
I Got A Line On You (reprise de Spirit)
Baby Blue 
Drum & bass solo
Great Spirit 
Fox Chase 
Left Turn On A Red Light 
Dry County 
Rollin’ & Tumblin’ (reprise de Muddy Waters)
Fly Away 
Train Train 
Highway Song 

Rappel :

Crossroads (reprise de Robert Johnson)



Laisser un commentaire

  • RAJASS BLANKASS dit :

    mince qu’ est ce qu’ il devient le père rick medlocke ??? il a planté sa hache de guerre ainsi que sa tente dans une réserve sioux ??? un bon petit souvenir d’ avoir parlé avec lui en 88 dans les bureaux de line up mag !!! un grand bonhomme au sens propre comme au figuré et ensuite une soirée hard sudiste avec blackfoot et molly hatchet escusez du peu !!! juste mes deux groupes sudistes préférés et ce a l’ élyséee montmartre !!!just TO HARD TO HANDLE …

    [Reply]

  • Découvert en 1977, j’ai beaucoup aimé les premiers albums.
    J’y étais aussi à ce concert et je suis content d’avoir trouvé la playlist sur ce blog, et de trouver le nom d’un très bon morceau : morning dew.
    La jeune fille qui s’est laissée emporter est finalement tombée sur mon pote!
    Sinon très bon concert. Dommage que Ricky ne soit plus membre du groupe

    [Reply]

  • j’etais à ce concert, je fais parti des jeunes (21 ans) et j’en suis sortie ravie !
    commentaire tout à fait indispensable il faut l’avouer

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3