ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Grammys 2014: une avalanche d’icônes et un final presque parfait


La 56e édition des Grammy Awards qui avait lieu la nuit dernière à Los Angeles et qui récompense traditionnellement ceux qui ont marqué l’année passée a fait une nouvelle démonstration de force Rock. En effet, outre les multiples récompenses accordées à nos Frenchies de Daft Punk (meilleur album, meilleur duo et meilleur enregistrement de l’année avec « Get Lucky »), c’est une vraie déferlante d’icônes qui s’est abattue sur la scène du Staples Center de Los Angeles Downtown hier soir, avec Metallica, Black Sabbath, Nine Inch Nails et des membres de Queens Of The Stone Age ou Fleetwood Mac.

Scène pharaonique, effets spéciaux en cascade et versions incroyables de titres phares… tout le monde en a pris plein les yeux et est ressorti ravi… à une exception près.

Tout avait pourtant bien commencé : Metallica, qui interprète une version dantesque de « One », avec le pianiste virtuose chinois Lang Lang, introduite par Jared Leto de 30 Seconds To Mars, dans un décor hallucinant, un public aux anges et un carré VIP debout pour les applaudir, Pharell Williams en tête. Bon, les puristes y trouveront peut-être à redire, car la superposition des arpèges de la guitare de James Hetfield, les solos de Kirk Hammett plus l’avalanche de notes de Lang Lang… tout cela fait sûrement un peu beaucoup. Mais la performance valait tout de même le coup d’œil. Et ceux qui ont l’oeil remarqueront sans doute le T-shirt à l’effigie de l’album Transformer de Lou Reed, porté par Hammett, en mémoire de leur vieil ami.

Les Grammy sans Dave Grohl ne seraient pas vraiment les Grammy. Faute d’avoir un album des Foo Fighters ou de l’un de ses autres groupes à présenter, l’ex-Nirvana vient quand même prendre sa dose de récompenses : la meilleure chanson Rock de l’année pour son interprétation avec Paul McCartney, Krist Novoselic et Pat Smear de « Cut Me Some Slack », qui paraissait sur la bande originale de son documentaire sur les studios de Sound City… bande originale en forme de compilation de titres qui remporte le Grammy de la discipline devant le Django Unchained de Tarantino. L’ami Grohl repart donc avec deux Grammies. Et pour en revenir à McCartney, celui-ci était aussi présent ce soir là pour recevoir un Grammy d’honneur pour les cinquante ans des Beatles, offrant ainsi une performance exceptionnelle avec Ringo Starr, l’autre dernier membre vivant des légendaires Fab Four.

La grande année de Black Sabbath qui a vu la sortie d’un nouvel album s’est trouvée également récompensée avec la meilleure performance metal de l’année pour le titre « God Is Dead » tiré de 13, récompense remportée devant les autres nominés qui étaient cette année Anthrax (« TNT »), Dream Theater (« The Enemy Inside »), Killswitch Engage (« In Due Time ») et Volbeat (« Room 24 »). Un autre groupe de légende a été également récompensé : il s’agit de Led Zeppelin pour leur Celebration Day, élu album Rock de l’année, devant notamment Queens Of The Stone Age. Un trophée quelque peu discutable, puisque l’album est la captation live d’un concert enregistré à Londres, mais la carrière et l’aura de Led Zeppelin vaut décidément bien un trophée de plus sans que personne n’y trouve à redire.

Bouquet final de la soirée que tous les fans de metal et de rock auront attendu jusqu’au bout : un final où l’on retrouve Dave Grohl (bien sûr, il n’allait pas s’arrêter deux paragraphes plus haut) derrière les fûts, mais surtout le frontman de Nine Inch Nails Trent Reznor au chant, la légende de Fleetwood Mac Lindsey Buckingham à la guitare pour une reprise épique de « Copy Of A » extraite du dernier album de Nine Inch Nails, Hesitation Marks. On voyait une silhouette jouer de la guitare derrière les panneaux lumineux… il s’agissait en fait de leur collègue et ami Josh Homme des Reines de L’Age de Pierre, venu faire un petit coucou en apparaissant sur la scène, pour enchaîner avec « My God Is The Sun » des Queens Of The Stone Age, tout ce beau monde qui avait été réuni par Dave Grohl pour le documentaire Sound City ensemble sur la scène, et Reznor étant passé au clavier.

Superbe moment que cette interprétation avec tout le gotha du rock alternatif américain… jusqu’à ce qu’un écran publicitaire présentant un sponsor des Grammys apparaisse et coupe la prestation quasiment en plein milieu, avec la musique en fond mais la caméra qui ne filme plus que la scène de très loin… Et la retransmission s’arrête alors que le groupe est toujours en train de jouer. Un évènement qui a particulièrement déplu au leader de Nine Inch Nails qui s’est fendu d’un tweet plutôt explicite : « La plus grande nuit de la musique… à qui on a manqué de respect. Un « FUCK YOU » qui vient du cœur. »

Dommage que ces récompenses si riches pour le Rock et le Metal se terminent de cette manière… On retiendra tout de même de cette soirée paillettes un enthousiasme non-feint de l’académie des Grammy à l’égard des grands du Rock et du Metal, et ça, c’est toujours une bonne nouvelle.



Laisser un commentaire

  • vidéo bloquée pour des raisons de droits d’auteur.

    [Reply]

  • Dites, c’est moi ou le son cradingue youtubesque vient masquer la voix légèrement défaillante de monsieur Kirk … ?

    [Reply]

  • Je ne sais pas sur quels critères ils se basent (les ventes ?), mais l’album de Daft Punk qui remporte le grammy de l’album de l’année… LOL. Celui de Kendrick Lamar a marqué davantage le public mais également les artistes. Après ce n’est que son 2nd album, sans compter les mixtapes qu’il a pu faire avant.

    J’avais surkiffé le 1er Daft Punk, le 2nd était bien. J’ai jamais écouté le 3ème et pour le dernier j’avais même pas trouvé qu’il était digne d’être diffusé dans un ascenseur… c’est vous dire. Après les goûts et les couleurs.
    Gros marketing pour sa sortie, mais contrairement aux deux 1ers opus, il n’y pas autant de singles forts.

    La France et les autres pays ne seront jamais au niveau. On a pas les artistes déjà :), on a la même culture musicale, et encore moins cette tradition du show.
    Puis les américains, même si c’est par calcul de notoriété, d’amour du billet vert, ils n’hésitent pas à mélanger les genres, à prendre des risques et tant pis pour les pertes. Ils se referont ailleurs. pascal nègre et cie sont dans la rentabilité.
    La presta’ de Kendrick Lamar avec Imagine Dragons c’était juste le feu.

    Tout le monde palpe chez eux. En France, c’est chacun pour soi.
    Chez nous, tu retrouveras en majorité dans les victoires de la musique, ceux des enfoirés (la mafia de la variété française comme j’aime les appeler). Le gâteau est assez gros pourtant.

    Pour terminer (parce que je pourrais continuer longtemps), c’était vraiment irrespectueux pour NIN. Retard ou pas, les artistes font le déplacement, il prépare un show et se retrouve charcuter pour un sponsor pu***n.
    Super cérémonie, il y en avait pour tous les goûts, ça permet de faire des découvertes, de s’ouvrir davantage. Les trVes ne comprendront pas, ils sont encore bloqués sur kill em all de Metallica (le point, toujours. Je suis obligé car j’avais beaucoup aimé cet article 😉

    [Reply]

  • Et personne ne gueule dans les commentaires pour l’horreur que ces agents publicitaires ont osé faire? C’est scandaleux, l’argent ne devrait pas surplomber l’amour pour la musique

    [Reply]

  • daft punk a refusé de concourir aux victoires de la  » musique  » en france…tu m etonnes , quand tu cotoies metallica , fleetwood mac , sabbath…..etc…..vous les voyez cotoyer les merdes francaises à la jennifer et compagnie…..

    [Reply]

    Matzed

    c’est surtout parce que les grammy sont plus prestigieux mais aussi parce que la France n’a pas voulu d’eux à leur début. Joli pied de nez.

  • BourrinleBrave dit :

    Je trouve ça plutôt cool que Metallica joue des morceaux avec d’autre instruments, le piano pour « One ». Mais je trouve que ça fait un peu trop, le piano viens même gâcher certains passages du morceau… Bref, plutôt cool dans l’ensemble !

    [Reply]

  • Nasghull666 dit :

    La France devrait en prendre l’exemple pour ses victoires de la musique …qui devraient pour le moment s’intitulées : victoires de la merde !!!

    [Reply]

  • Mais merde le pianiste lors de metallica ? pouvait pas se casser de la scène ?

    [Reply]

    JojoPops

    Putain mais c’est clair quoi…qu’il joue au début ouais d’accord mais alors pendant le solo de Kirk mais qu’il aille se pendre putain, ça a beau être un grand pianiste il a tout gâché…

    Un grand pianiste, je ne sais pas (je n’ai jamais entendu parler de lui et je ne sais pas ce qu’il a fait d’autre), mais sur cette « performance », non seulement ça gâche totalement le chef d’œuvre qu’est « One », mais en plus on a l’impression qu’il débite ses notes au hasard, sans trop savoir ce qu’il fait.
    Même l’intro ne me fait rien ressentir. En gros, il est peut-être très fort techniquement (et ce n’est pas flagrant ici), mais aucune émotion ne transparait lorsqu’il joue.

    PS: les 2 dernières vidéos ne passent plus.

  • La grande parade du music BUSINESS. Daft punk meilleur album, bonjour le niveau. Amateur de propagande impérialiste welcome !

    [Reply]

    cerd

    En plus à la base j’aime bien Daft Punk, mais un tel overrating ça saoule…

    Metal'o Phil

    Daft punk = propagande impérialiste ? Sérieusement ?

    MegaRalf

    Oui, je suis un peu étonné là… Un tube comme « Television Rules The Nation » c’est pas la meilleure des propagandes impérialistes je trouve,… non ?

    Drehea

    non mais arretez de comparer daft punk et l’espece de truc que c’est devenu aujourd’hui,ils ont perdu tout ce qui les rendaient unique, pratiquements TOUTES leurs chansons des albums précédentes je les aimes beaucoup, je les ai beaucoup écouté (certes plus jeune mais elles ont encore une place dans mon coeur) mais la, c’est fou comment ils se sont fait bouffer par le mainstream.

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3